Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 17:47
 
Le caudillisme quotidien du banquier éborgneur.
 
Je passe après la bataille. Une bonne cinquantaine de flics, pour beaucoup armés de LBD, ont dégagé des lycéens peu nombreux et non violents de l'entrée du Lycée. Un jeune a reçu un projectile de LBD dans la joue, ce qui a nécessité son évacuation par les pompiers. Il a recouvré son intégrité après une opération de plusieurs heures. Une jeune fille a été plaquée au sol sans raison, puis emmenée dans un car de flics où elle a été insultée et giflée avant d'être relâchée. J'ai discuté une demi heure après les faits avec un ado qui pleurait encore. On comprend la stratégie du caudillo banquier : terroriser, humilier pour que les citoyens, les jeunes en particulier, redoutent fortement d'aller manifester. Honte, naturellement, aux cognes qui mettent cela en pratique !
 
L'assaut des CRS a été globalement violent et a duré environ 45 minutes. Il faudra déterminer si ces charges violentes ont été sollicitées par la direction, ou non.
 
Un peu plus tard, je marche sur la rive gauche du Rhône quand, soudain, sur la rive droite, se font entendre des hurlements de sirènes de flics. 50 cars de police passent à toute allure sur la rive droite. 50 ! Allant je ne sais où. Dividendes et camions de CRS, le “ pognon dingue ” du banquier éborgneur.
 
Sur la vidéo ci-dessous, on distingue furtivement une jeune flique qui vaporise à bout portant des lycéens parfaitement calmes et ne présentant aucun danger pour la société. Je me suis retrouvé une demi-heure plus tard à côté de cette flique qui brandissait son vaporisateur en rigolant avec un ou deux collègues du bon tour qu'elle avait joué à des jeunes gens âgés de quatre ou cinq ans de moins qu'elle.
 
J'ai raconté à mes enfants qu'il n'était pas toujours facile de manifester en mai 68. Mais :
 
- les matraques étaient moins dures que celles d'aujourd'hui qui vous cassent un avant-bras comme rien
 
- les lacrymos étaient beaucoup moins concentrées qu'aujourd'hui
 
- il n'y avait pas de LBD.
 
Seule point commun entre les deux époques : la jouissance barbare des cognes, en particulier contre des jeunes totalement inoffensifs car sans armes.
 
Lyon, ce matin 6 décembre, devant le lycée Ampère
Lyon, ce matin 6 décembre, devant le lycée Ampère
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Vidéo : Une flique ? ? <br /> Mais... sans une tenue ? Je n'en reviens pas.
Répondre