Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 06:19

 

Á propos de la non-invitation des dirigeants russes aux commémorations d’Auschwitz, Jean Lévy écrit dans son blog :

 

« Á entendre les médias, on pourrait penser que ce sont  les Israéliens qui  ont libéré Auschwitz. Et quand l'un de leurs journalistes se veut plus précis, il évoque “ les Russes ”. Et bien non, ce sont les Soviétiques et les soldats de leur Armée rouge, composée de Russes, bien sûr, mais aussi venus de Sibérie, du Caucase, d'Ukraine, de Biélorussie, de toutes les Républiques qui alors fédéraient l'URSS. Ces forces, qui ont écrasé l'Allemand à Stalingrad,  planteront le drapeau rouge sur les ruines de Berlin.

A cette époque, la propagande officielle de Berlin, et celle de leurs valets parisiens, n'évoquait le pouvoir soviétique que sous le terme de “ judéo-bolchevique ” et les consignes données à la Wehrmacht étaient alors de massacrer systématiquement “ les commissaires politiques communistes et les juifs ”.

Cette assimilation, thème de la propagande nazie, n'est plus de mise aujourd'hui. L'Etat d'Israël fait partie aujourd'hui du dispositif militaire occidental. 

L'ennemi, ce sont les Russes, ceux d'hier comme ceux d'aujourd’hui, coupables de ne pas laisser piller les richesses de leur pays, en clair,  de ne pas livrer celui-ci aux intérêts étrangers.

C'est ce qui conduit les instances de l'Union européenne, sous la direction de l'Allemagne,  à considérer Moscou comme l'ennemi. Et d'assimiler Poutine à Hitler ! Le goujaterie occidentale va même jusqu'à ne pas inviter les dirigeants russes à Auschwitz, que leurs troupes ont libéré, lors de la commémoration  officielle de cet événement alors que les responsables de Berlin sont conviés à visiter les bunkers nazis des plages normandes, lors  des anniversaires du débarquement de juin 44 ! »

 

Communistes Hebdocritique Edouard Philippe « qui demande que les blocages, intrusions et “ coupures sauvages de courant  pour protester contre la réforme des retraites soient “ sanctionnés . Il vocifère contre les grévistes, les accusent de ne pas respecter le service public alors que c’est Macron et lui avec son gouvernement qui privatisent la SNCF, ENGIE, Aéroport de Paris, Française des jeux, cassent l’hôpital ou Radio France.  Il ne supporte pas que la détermination du mouvement reste intacte.

La CFDT ne fait même plus mine de négocier les reculs sociaux. Deux poids lourds du macronisme viennent à la rescousse de Laurent Berger dans l’objectif de cette “ conférence de financement ” pour raboter les retraites de 12 milliards d’euros. La confédération va être épaulée notamment par des économistes qui furent proches d’Emmanuel Macron durant la dernière campagne présidentielle. Parmi eux, Jean Pisani-Ferry, le directeur du programme du candidat d’En marche ! en 2017 et Philippe Aghion, l’autre architecte du projet économique de Macron.

 

Casser la retraite solidaire par répartition pour la remplacer par un système individuel par points qui baisse les pensions et recule l’âge de départ en retraite, obligeant les travailleurs à se diriger vers les banques et assurances privées qui auront de quoi accroître encore plus leurs profits, c’est le cœur de la réforme capitaliste. Jean Malhomme, directeur épargne AXA France ne s’en cache pas, il affirme : « L’année 2019 va être marquée par de profondes modifications sur le marché de la retraite avec de belles opportunités à saisir. Nous avons tous les atouts en main pour les exploiter au mieux : une nouvelle offre issue de la loi PACTE ». »

 

 

Evariste, dans Res Publica estime que la grande vague de protestation actuelle « trouve son origine dans la crise du capitalisme lui-même. L’action des couches populaires et principalement de la classe populaire ouvrière et employée et des parties les plus conscientes des couches moyennes intermédiaires devient centrale dès que ces derniers refusent d’être, par leur nombre, la variable d’ajustement de l’intensification des politiques néolibérales. Et c’est à ce moment-là que l’on s’aperçoit que tous les mouvements sociaux ne peuvent pas converger naturellement puisque les uns font mine de croire que l’on peut humaniser le capitalisme et que d’autres pensent qu’il est possible de créer un paradis à côté du capitalisme ou en son sein ou encore que d’autres pensent aboutir à leurs fins sans la globalisation des combats et que beaucoup pensent qu’il est inutile de penser et d’agir sur les conditions indispensables à la transformation sociale et politique puisqu’il suffit pour eux d’attendre… Godot et la naturelle coagulation sociale et politique qui n’arrive jamais si on ne l’aide pas un peu. »

 

Revue de presse (306)
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
La guerre 40/45. J'ai lu récemment " l'affaire Léon Sadorski " de Romain Slocombe. Il s'agit d'un roman policier qui se déroule au début de la guerre. Le personnage central est ce Sadorski, policier collabo au quai des orfèvres. On y trouve la description du quotidien dans ces locaux de police. Les arrestations arbitraires, nombreuses, les interrogatoires violents, la torture. Il me semble qu'avec le temps cette réalité crue finit par s'estomper et disparaître au profit de souvenirs déshumanisés. Il ne reste plus que des noms de ces femmes et de ces hommes. <br /> Si j'en parle c'est parce que j'y trouve un lien avec le sort qui est fait aux martyrs soviétiques. Nous avons basculés dans l' ère de la théorie où les victimes perdent toute humaine singularité car elles sont enterrées une seconde fois sous leur nombre, les arrangements avec l'Histoire et les intérêts mesquins.<br /> On mesure ce gouffre qui sépare l'énoncé d'un fait et sa réalité concrète en lisant le journal d' Hélène Berr. L' étoile jaune est une abomination mais cette abomination se révèle réellement dans toute son étendue par la description tout en retenu qu'elle fait de cette violence symbolique au quotidien. Une expérience qui ronge le corps et l'esprit de la victime
Répondre
G
J'ai vu récemment, chez Badou peut-être, un reportage sur la préparation du procès Weinstein. Cette ordure a acheté le silence de quantités de victimes (ce qui prouve qu'il est coupable), ce que permet le système zunien, et qui ne témoigneront pas contre lui. Le journaliste concluait en disant : dans ce système, la victime doit être parfaite.