Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 06:05

 

 

Quel que soit le parti, si les concepteurs de “ projets ” (plus de “ programme ”, désormais) n’utilisent pas le mot “ écolo ” à toutes les sauces, autant rester chez eux. Tout doit être écolo, vert, respirer le sent bon. La misère s’installe partout, les injustices s’aggravent, mais du moment qu’on peut convoquer trois brins d’herbe, la foi est sauve.

 

J’ai sous les yeux Met’, le magazine de la métropole de Lyon. Que souhaitent les édiles, non pas pour Vaux-en-Velin, mais pour “ Vaux-en-Velin Village ” (un gros village pour une ville qui compte 50 000 habitants) ? Je cite : « Les travaux de la rue de la République ont démarré. Vieillissante et peu adaptée aux modes doux, cette voix majeure du nord de Vaux va être réaménagée pendant deux ans. Objectif : apaiser la circulation automobile et améliorer les liaisons entre les lieux emblématiques du quartier. […] Et aussi créer des espaces [ah, la magie du mot “ espace ” !] pour les piétons et les cyclistes, des bancs, une piste cyclable [différente d’un espace pour cyclistes, donc] et des aires de jeux pour les enfants. » Les enfants que Khaled Kelkal n’a pas eus auraient sûrement aimé cette version originale d’un paradis vaudais. Même chose pour Lyon intra-muros : « Le projet [sic] a été choisi par concours : il prévoit 5 000 mètres carrés de pelouse et une cinquantaine d’arbres, pour apporter de l’ombre et de la fraicheur. Sur la place Louis-Pradel, un bassin et un ruisseau seront créés et les marche seront refaites en gradins : de quoi s’asseoir pour pique-niquer ou profiter de la vue sur l’architecture de la Presqu’île. » Rien dans cette brochure de la métropole de Lyon sur la spéculation immobilière ; le chômage, la vie des entreprises. Ou plutôt si, mais toujours selon le même biais : « Les industriels continuent de réduire leur consommation d’énergie. Pour les petites et moyennes entreprises, c’est la plateforme Lyon ÉcoÉnergie qui les accompagne dans leur transition énergétique. » Pendant ce temps-là, Lyon demeure la septième ville de France en matière de pollution. Selon Greenpeace, plus de la moitié des écoles et crèches lyonnaises sont dans le rouge et le taux d’oxydes d’azote dans l’air concerne, selon l’OMS, toute la métropole.

 

Apocope d’écologiste, “ écolo ” date de 1970. Écologiste datant du début des années soixante, on peut dire qu’écolo a bien pris et a supplanté puis remplacé son originel. Dans les années soixante-dix, les écolos critiquaient durement la société industrielle basée sur le rendement et le profit. Souvenons-nous de La Gueule ouverte. Le mot “ Ökologie ”a été forgé en 1866 par le biologiste évolutionniste allemand Ernst Haeckel. Il fut adopté par les Britanniques en 1873 sous la forme d’“ oecology ” avant  d’arriver en France. Á l’origine, il s’agissait d’étudier la relation entre les êtres vivants et leur milieu (oikos, la maison en grec). Le mot “ écolo ” devient réellement populaire en France lors de la candidature de René Dumont à l’élection présidentielle de 1974. On se souvient de ce premier candidat écologiste brandissant un verre d’eau pendant la campagne électorale à la télévision en craignant que l'eau du robinet ne soit plus consommable avant peu.

 

Depuis le succès – certes relatif – de Dumont, de nombreux partis et organisations ont intégré le mot “ écolo (giste) ” à leur programme ou dénomination. Sous l’influence des Allemands et des Britanniques (grün, green), les Français ont adopté la couleur verte : « un élu vert ». Tel parti a opéré la synthèse : Europe Écologie – les Verts. On y pratique, naturellement, l’écriture inclusive, mais pas avec la plus grande rigueur (toujours la tendance au joyeux bordel chez les Vert-e-s) : « Isabelle Sévère et Rémy Batiot, co-présidents du groupe des élu.e.s Europe Ecologie Les Verts de Le Mans Métropole, tiennent à marquer leur désaccord avec la décision du maire du Mans d’offrir une gratuité d’une heure les vendredis, samedis et dimanches sur les parkings de centre-ville du 6 au 31 décembre. »

 

Pas de petits combats chez les écolos. Au fait : pas de féminin pour le mot “ écolo ” ?

 

 

Les mots chéris des médias et des politiques (13)
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Pas de féminin pour coco ou socialo,ni pour réac ou godillots
Répondre

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche