Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2020 5 21 /02 /février /2020 06:18

Je ne suis pas chrétien, je n’ai même pas été baptisé (la mécréantitude vient de loin chez nous). Mais quand des gens souffrent, en particulier pour ce qu’ils sont, cela me pose problème. Huit chrétiens sont tués chaque jour pour leur foi. En 2019, 9 488 églises ou bâtiments chrétiens ont été attaqués et 3 711 chrétiens ont été détenus sans procès, arrêtés, condamnés et, pour certains, exécutés.

 

Le pays le plus hostile aux chrétiens n’est pas un pays musulman : il s’agit de la Corée du Nord qui les déporte ou les exécute sans sommation. 60 000 seraient derrière les barreaux.

 

L’Inde est particulièrement malveillante vis-à-vis des chrétiens. Les hindous sont à la manœuvre, impunis. La situation des chrétiens empirera sérieusement le jour où le gouvernement aura peaufiné la reconnaissance faciale de la population.

 

Cela dit, l’oppression islamique reste la principale source de persécution à laquelle sont confrontés les chrétiens dans de nombreux pays majoritairement musulmans ou ayant une population musulmane importante.

 

En tête, l’Afghanistan où il est illégal pour un Afghan de quitter l’islam. Même chose en Somalie. Au Maroc, dont le roi se réclame de la descendance du prophète, se convertir est très périlleux, l’islam étant la religion dominante par défaut. L’article 6 de la Constitution marocaine stipule que « l’islam est la religion de l’Etat qui garantit à tous le libre exercice des cultes ». En d’autres termes, l’écrasante majorité des Marocains est musulmane, mais les autres religions monothéistes sont admises. Dans les faits, si la loi ne réprime pas les convertis, elle ne leur donne tout simplement pas les moyens juridiques d'exister en tant que tels. Lorsqu'il n'est pas de confession juive, un citoyen marocain est considéré comme musulman par défaut. En 2015, l’État islamique a massacré 34 Éthiopiens dans le nord de la Libye. Au Pakistan, les chrétiens sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Les lois anti-blasphème sont appliquées avec la plus extrême rigueur contre la minorité chrétienne, ce qui rend dangereux de sortir du bois. Surtout descendants d'hindous issus de basses castes, les chrétiens vivent pour la plupart dans des bidonvilles sans eau courante ni électricité. Au Soudan, de nombreuses églises ont été démolies. Les chrétiens, les Noirs et les sud-Soudanais sont poussés dehors dans la perspective de la création d’un état islamique et arabe homogène. En Iran, où l’église chrétienne a été fondée par un apôtre du Christ, une loi de 1979 exige que les chrétiens n'adoptent pas de vêtements distinctifs (c'est-à-dire, par exemple, que les femmes sortent sans voile et que les hommes portent des shorts montrant le genou), ne consomment pas d'alcool et se conforment à la séparation des sexes en public. Il est illégal de produire de la littérature chrétienne ou d’organiser des services religieux en farsi.

 

 

Plus de 200 millions de chrétiens dans le monde sont persécutés

 

En Afrique noire, la situation des chrétiens devient de plus en plus problématique. Au Burkina Faso, où toutes les religions ont longtemps coexisté très pacifiquement, des dizaines de prêtres et pasteurs ont été tués, comme à Pansi tandis que les fidèles célébraient la messe du dimanche avant que le pasteur protestant soit enlevéAu Mali, l’existence du pays est menacée à cause des djihadistes islamiques. Au nord-Cameroun, Boko Haram massacre des chrétiens avec l’aide de bergers musulmans, ce qui renforce l’instabilité dans le pays.

 

Au Sri Lanka et aux Philippines, des centaines de personnes ont été massacrées ces deux dernières années. Les Maldives, très appréciées des touristes occidentaux, sont régies par la charia. Les églises sont interdites. On ne peut vendre des exemplaires de la Bible.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Ce qui doit nous rendre solidaires des victimes c'est parce qu'elles le sont. <br /> Toute autre considération est secondaire. <br /> Ont-elles des qualités, des défauts ? Peu importe. <br /> Nous connaissons tant d'exemples des ces victimes qui sont devenues ultérieurement des faiseurs d'injustice ! <br /> Preuve s'il en est que les victimes ne sont que très banalement humaines et qu'il y a à prendre en compte en priorité leur situation.
Répondre