Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2020 1 24 /02 /février /2020 06:29

 

 

Sur le site de l’1dex, Vingtras dénonce l’abaissement du niveau de la vie politique française : « Alors qu’une poignée de vaillants députés s’affaire dans une bataille de tranchées autour des crapouillots afin de bombarder d’amendements une majorité cynique qui exécute les volontés du prince pour accoucher d’une loi scélérate, l’opinion publique reste accaparé par les tribulations grivoise.Et tandis que l’Assemblée nationale ressemble de plus en plus à la guerre des boutons, sa majesté Emmanuel jacte doctement sur les différences qu’il y a lieu de distinguer entre le communautarisme et le séparatisme…ce qui n’empêche nullement le rubicond et moustachu-barbu avocat-vedette Dupont-Moretti de venir donner des leçons de bienséance juridique sur le plateau de « C à vous ».Dans ce monde franchouillard faisandé où dominent les approximations et les faux semblants, la médiocrité est en train de s’emparer du fond de l’air dont on tolère encore que la commune atmosphère polluée à la bêtise contrôlée soit à disposition pour tout un chacun…Mais le 4/40 se porte bien et les coffres forts des bourgeois sont bien garnis !

 

Alors que nous importe le sort d’un Assange ? Et des Syriens pilonnés par Assad.

Paris vaut bien une fesse… »

 

 

Communiste Hebdo analyse la stratégie militaire de la France dans la concurrence impérialiste : « Emmanuel Macron, en représentant des intérêts capitalistes, ne néglige pas que la question de la puissance ne se résout pas dans la force de frappe et dans les capacités de projections de forces armées. Il affirme : « Mais la liberté d’action européenne, la défense et la sécurité de l’Europe, ne peuvent reposer sur une approche uniquement militaire. Pour construire l’Europe de demain, nos normes ne peuvent être sous contrôle américain, nos infrastructures, nos ports et aéroports sous capitaux chinois et nos réseaux numériques sous pression russe ». Nous voila donc bien revenu à l’essentiel ; les luttes au sein du système impérialiste pour s’assurer la suprématie technologique, celle de la production et des échanges.

Ce discours nous éclaire sur l’état des concurrences violentes qui sont à l’œuvre au sein de l’impérialisme et qui explique la montée en puissance des politiques de renforcement des arsenaux militaires et éclaire les conflits régionaux mais fortement internationalisés qui se déroule sous nos yeux. Quel rapport avec les mesures et lois anti-sociales que chaque pays capitaliste met en œuvre et qui soulèvent la colère des peuples ? La réponse est simple : TOUT. En effet, c’est bien parce que la loi de développement du capitalisme est celle du profit maximum et de l’accumulation du capital que les puissances impérialistes à ce stade de développement sont amenées à une guerre sans merci pour contrôler et exploiter les ressources matérielles et humaines et qu’elles ont besoin d’aller encore plus loin dans la liquidation des conquêtes qui entravent à leurs yeux ces objectifs. »

 

 

 

Anti-K analyse l’adieu d’Anticapistalistas à Podemos. L’ensemble de l’exécutif d’Anticapitalistas de Podemos Andalousie quittera ses fonctions en mai. La démarche adoptée est étonnante : ces démissions ont en effet été négociées avec la direction centrale de Podemos. Il s’agit d’un passage de témoin en douceur qui amènera ces militants à se consacrer désormais exclusivement à Adelante Andalucía (En Avant l’Andalousie), la coalition militante et électorale qu’ils ont construite en 2018 avec Izquierda Unida Andalousie et deux organisations andalousistes. Ce cadre unitaire est vite devenu la pomme de discorde entre Podemos A et la direction centrale iglésiste : les Anticapitalistas ont très tôt adopté une orientation « nationaliste » de gauche (ce qui signifie internationaliste mais favorable à un renforcement de l’autonomie de l’Andalousie dans le cadre formulé comme d’un projet fédéraliste) qu’ils ont essayé de faire accepter en vain à celle-ci. En construisant Adelante Andalucía, ils ont pris acte de l’impossibilité de déboucher sur une la reconnaissance comme une entité jouissant dans Podemos d’une large autonomie, non seulement politique, en particulier sur les choix des candidatures électorales, mais aussi financière, et en devenant seuls gestionnaires des listes d’adhérents.

 

 

 

 

Revue de Presse (310)
Partager cet article
Repost0

commentaires