Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 05:22

Vous, je ne sais pas, mais moi j'irai passer mes vieux jours au Kerala.

 

Confirmed cases Negative increase 560 (14 May 2020)[1][note 1]
Active cases Negative increase 64[1]
Recovered Steady 493 (14 May 2020)[1]
Deaths
Steady 3 (24 April 2020)[1][note 2]

 

 

Les trois premiers cas de Covid-19 détectés en Inde l’ont été au Kerala

Le système de santé indien aura vraisemblablement du mal à faire face à une explosion de cas ; on compte en moyenne 0,55 lit d'hôpital pour 1000 personnes dans le pays. Il y a en revanche dans cette fédération d'États une région au sud qui s'en sort jusqu'à présent très bien : le Kerala, qui compte plus de 34 millions d'habitants. L'État a identifié dès fin janvier les tout premiers cas indiens de Covid-19, trois jeunes gens de retour de l'université de Wuhan, la ville chinoise d'où est partie la pandémie. Ils ont été aussitôt mis en isolement, et près de 3400 personnes ayant été en contact avec eux ont été mises en quarantaine. Le quotidien indien The Business Standard explique que les autorités sanitaires locales, prévenues de l'épidémie chinoise, incitaient les voyageurs, en provenance de Chine à un dépistage dans les cinq aéroports que compte cet l'État. Entre l'entrée sur le territoire du Kerala du premier cas et la mise en quarantaine des 3400 contacts avérés des trois premiers malades, il s'est passé cinq jours seulement si l'on en croit les chronologies établies par le magazine India Today. Les autorités sanitaires étaient déjà sur le pied de guerre avant même que le virus ne soit identifié officiellement sur le territoire.

Les instructions de l’OMS suivies “à la lettre”

Depuis l'arrivée de la première patiente du Covid-19 fin janvier jusqu'à aujourd'hui, le Kerala dit avoir appliquer le “mantra” de l'Organisation mondiale de la santé : “test, trace, isolate, treat”, autrement dit tester, isoler, traiter et rechercher les contacts. Une vigilance de tous les instants qu'analyse le quinzomadaire indien Frontline. L'isolement des cas a concerné tous les cas symptomatiques retrouvés à force d'enquêtes minutieuses, menées par des contingents de fonctionnaires, policiers et assistants sociaux. Pour retrouver la trace des rencontres d'un malade, des cartes des lieux visitées par celui-ci ont été établies et diffusées auprès du public avec un numéro d'appel. Les cas positifs ont été isolés chez eux, à l'hôtel ou traités à l'hôpital. Les installations en place pour isoler et traiter s'inspiraient des protocoles observés pour Ebola. Le Kerala les avait déjà utilisés pour deux épidémies de virus Nipah en 2018 et 2019. Le magazine Frontline parle même de “réflexe” acquis lorsqu'il décrit la réactivité des autorités sanitaires à remonter les chaînes de contamination, à isoler, mettre en quarantaine, former les personnels au nouveau virus. Autre point important : la maîtrise de l'information sur l'épidémie. Pour contrer la désinformation qui saisit régulièrement les réseaux sociaux indiens, le Ministre en chef et deux de ses ministres dont la ministre de la Santé K.K. Shailaja sont montés au front quotidiennement : messages de mises à jour des cas, points sur les avancées médicales, de mises en garde et conseils répétés sur les gestes barrières sont passés par le truchement de conférences de presse quotidiennes et de posts sur les réseaux sociaux. L'État méridional est le premier du pays à avoir fermé ses écoles, cinémas et autres lieux publics jusqu'à la fin mars, à promouvoir la distanciation sociale jusque dans ses prisons, à figer tout mouvement. 

Partager cet article
Repost0

commentaires