Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 05:04

 

 

La première fois que j’ai entendu mes filles utiliser le mot « mytho » j’ai été surpris. Je ne voyais pas exactement ce qu’elles voulaient dire, mais il était clair qu’elles n’utilisaient pas ce vocable dans son acception la plus évidente, celle de mythomane, mythomaniaque, à savoir un individu ayant une tendance pathologique au mensonge, à la fabulation ou à l’affabulation. Donc relevant de la psychiatrie.

 

Ainsi les djeuns ne disent plus « menteur » mais « mytho ». Il n’y a pas si longtemps, un mytho racontait des bobards. J’aime beaucoup l’étymologie de ce mot (selon le CNRTL) : « Ca 1900 d'apr. DauzatNotes étymol. et lex. dans Fr. mod., t. 8, pp. 13-14); 1912 pop. (cité dans Esn.). Prob. dér. en -ard* du rad. onomatopéique bob- exprimant le mouvement des lèvres, d'où la moue, la bêtise; à rattacher à l'a.fr. boban « vanité » (xiies. dans T.-L.), bober « tromper » (xiiies., ibid.), bobert « présomptueux, sot » (xiiies., ibid.), m.fr. bobeau « mensonge », xvies. dans Gdf., mots qui ont largement survécu dans les dial. (Dauzatloc. cit.). Á noter que, pour bobard, les anglais ont « fib », qui vient vraisemblablement de « fable » et, mieux encore « canard », qu’ils nous ont piqué sans vergogne.

 

En se répandant par la bouche des djeuns, le mot « mytho » a perdu de sa violence (ce qui est banal : je me souviens que, dans les années cinquante, « vachement » était un terme plutôt violent et vulgaire).

 

Dire « mytho » au lieu de « mythomane » est malin : cela le rend plus péjoratif et moins précis, comme « facho » qui a remplacé « fasciste ». Mais s’est évidemment perdue la notion d’invention d’un réel. On évacue également la notion du « comme si », le célèbre « als ob » sur lequel ont glosé nombre de philosophes et de psychanalystes allemands pendant le XXe siècle. Avec l’idée fondamentale, exprimée par Hans Vahlinger, que « l’apparence, ce qui est faux en toute conscience, jouent un rôle énorme dans les sciences et la philosophie ».

 

 

 

Les mots chéris des médias et des politiques (22)
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
"J'suis snob" chantait un certain Boris Vian, bien de sa génération qui employait le mot précieux "snob" dont la paternité est, je crois (mais suis pas sûr) à attribuer à Thackeray. Aujourd'hui on dit (et mes petits-enfants, bien de leur génération aussi, ont tendance cataloguer ainsi un "mec", paraît-il, plutôt chiant) plutôt snobinard, ce qui atténue un peu la prétention et le dandysme du mot :<br /> <br /> https://www.youtube.com/watch?v=yFdYZQmQtcs
Répondre