Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2020 4 30 /07 /juillet /2020 05:10

 

Je ne regarde pratiquement jamais Russia Today (la chaîne ou le site), mais une télé détestée par le banquier éborgneur m’est a priori sympathique.

 

Elle évoquait récemment la manière dont le site internet The Day traite de Vladimir Poutine, chef d’État élu, ce qui n’est pas le cas de la cheffe d’État du Royaume-Uni, ne l’oublions jamais.

 

The Day est consulté par 600 000 élèves dans près de 700 écoles, ce qui n’est pas négligeable.

 

Ce site a donc publié le 22 juillet un article intitulé “ Poutine, l’homme le plus dangereux au monde ” (j’ai craint un instant qu’en matière de danger il ait pu évoquer le dangereux terroriste Assange, retenu prisonnier politique dans des conditions scandaleuses dans les prisons de sa Majesté pas élue).

 

Pourrons-nous arrêter Poutine, demande le site, ce « président impitoyable coupable d’une conduite scandaleusement criminelle à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières ? »

 

Sans plus attendre, le site établit un rapprochement avec la période de la Guerre froide quand l’URSS lançait des défis aux États-Unis en usant et abusant de « terrifiante » manière de la stratégie de la corde raide (brinkmanship), et que ses espions étaient lancé à l’assaut du monde « libre ». 

 

Peut-on stopper Poutine, demande The Day ? Malheureusement non. La Russie siège au Conseil de sécurité, son armée est redoutable et elle dispose de considérables réserves en gaz et pétrole. Le talon d’Achille de ce pays est son économie, « seulement » la dixième du monde (cela devrait s’arranger car elle devrait bientôt passer devant la France). Pour The Day, il va malheureusement falloir s’accommoder encore un bon moment de cet État « voyou ».

 

Globalement, Poutine est décrit comme un personnage « sans vergogne », responsable de la plupart des événements dramatiques de ces dix dernières années dans le monde.

 

Après un exposé totalement tendancieux que les nuances n’étouffent pas, le site passe aux travaux pratiques. Il est demande aux élèves de répondre à la question « Préférez-vous vivre dans un pays fort avec un chef méchant ou dans un pays faible avec un chef vertueux ? ». Puis si, selon eux, la Russie devrait être expulsée des Nations-Unies. Un atelier propose aux élèves de décrire une rencontre imaginaire avec Poutine du temps où il était agent du KGB en Allemagne de l’Est. Et aussi de réaliser un photomontage montrant Poutine jouant à la marelle (sic).

 

Je ne sais si Poutine a jamais été communiste (le doute m’habite) mais le fait est que lui et ceux qui l’entourent ont  renié depuis plus de deux décennies les idéaux communistes pour entrer sans complexe dans le capitalisme le plus débridé. Je me demande vraiment ce que des sites comme The Day attendent des Russes en matière politique. Á part se coucher devant l’hystérique Trump, je ne vois pas.

 

 


 

Poutine vu par un site anglais qui s’adresse aux élèves
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je lis souvent les transcriptions des interventions de Poutine et particulièrement celles qui concernent la politique étrangère.<br /> Je suis chaque fois étonné, chaque fois, de ses propos mesurés et de l'ouverture de ces propositions pour parvenir à des accords où chacun pourrait trouver des avantages raisonnables.<br /> Beaucoup seraient d'ailleurs étonnés s'ils se donnaient à cet exercice.<br /> Maintenant si on observe le Monde et qu'on fait le bilan des interventions hors de leur pays des uns et des autres, il est facile de constater que l'un ( les USA ) est dans bien d'endroits, physiquement, quand ce n'est pas de manière sournoise dans d'autres, quand l'autre ( la Russie ) l'est très peu et encore quand le problème est situé non loin de ses frontières. <br /> J'imagine si les USA appliquant cette politique : une grande partie du Monde s'en trouverait relativement apaisé.<br /> Il est vrai que la chose est inimaginable en l'état en raison des énormes intérêts du complexe militaro-industriel et de son économie qui est la seconde jambe du système. <br /> On reproche souvent à Poutine son ancienne appartenance au KGB en omettant de faire de même pour Busch père qui a occupé les mêmes fonctions à la CIA.<br /> Maintenant, si j'étais citoyen russe il est peu probable que je vote pour lui car de ce que j'en sais sa politique à de fortes tendances libérales et l'oligarchie a l'air de bien se porter. Quoique pas plus que chez nous.<br /> Pour terminer Il me semble que ce pays garde encore et malgré tout des traces du temps d'avant. Je citerai à l'appui de cette hypothèse un reportage sur un lieu isolé de Sibérie où, aux dires des commentaires, la vie reste tenable grâce aux financements publics.
Répondre
G
Poutine fut un petit soldat du KGB. Bush père fut directeur de la CIA.