Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2020 2 28 /07 /juillet /2020 05:06

Très bonne réflexion de Régis Debray sur un de ses combats de toujours.

 

« Un Français ne peut pas sacrifier de bon cœur ses traditions provinciales de galanterie et d’amour courtois, son goût des mots à double sens, ses clins d’œil et ses bises, ses sourires ambigus à la transparence morale du puritain, et à la surveillance du vocabulaire désormais de mise dans les multinationales, pour le marketing, et bientôt dans nos rues et nos mails. C’est le malheur de la France, "la patrie de la politique", disait Marx, que d’être le pays d’Europe qui, étant donné son passé, avec ses barricades et ses salons mixtes, a le moins à gagner et le plus à perdre dans l’acculturation en voie d’achèvement. [...]

 

Le succès d’une domination par le centre nerveux de la planète à tel ou tel moment se reconnaît à ceci qu’elle est intériorisée non comme une obligation mais comme une libération par les innervés et les énervés de la périphérie ; quand un nous exogène devient le on de l’indigène, sans marque de fabrique, sorti de nulle part et libre d’emploi. Quand M. Macron écoute La Marseillaise en mettant la main sur le cœur, quand M. Mélenchon met un genou à terre, quand Mme Hidalgo donne le plus bel emplacement parisien aux tulipes en bronze de Jeff Koons ou quand un dealer honore ses juges d’un "Votre honneur", ils n’ont pas tous conscience d’imiter qui que ce soit. Ils veulent être dans le ton. [...]

 

Les captations d’hégémonie, y compris picturale et musicale, épousent les rapports de force monétaires et militaires. Derrière Périclès, il y a l’hoplite, derrière Virgile, le légionnaire, derrière Saint-Thomas, le Chevalier, derrière Kipling, la Royal Navy et derrière Hollywood, la Silicon Valley et Marilyn Monroe, le billet vert et dix porte-avions. [...] Une emprise est parachevée quand on prend l’autre pour soi et soi-même pour un autre. Quand le particulier peut se faire prendre pour un universel. Quand les journaux de notre start-up nation cessent de mettre en italiques running, cluster, prime time, ou mille autres scies de notre globish quotidien. »

 

Régis Debray sur l'acculturation en France
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
"Alignez-vous" :

https://www.marianne.net/debattons/les-mediologues/alignez-vous-par-regis-debray
Répondre
A
Ne serait-ce pas (mais pas certain) "Le Dire et le faire" par Régis Debray, essai publié chez Gallimard en avril 2020 ? Il me semble que "Marianne" en avait publié des extraits. Mais je fais peut-être erreur. Je crois aussi me rappeler qu'en 2017, Alain Finkielkraut et Régis Debray avaient longuement débattu lors des élections présidentielles et ce cher Finkielkraut avait décrété qu'il voterait Macron "pas de gaieté de coeur" mais il y avait péril ! En 2020, on peut se demander s'il n'y a pas en effet "péril" pour la République...
Répondre
M
Cher Bernard, où peut-on trouver le reste de l´article s´il vous plaît....?????
Répondre
B
Je pense bien avoir tout cité
D
Les media sont-ils l'effet? ou la cause ?
https://youtu.be/Y0YQJaACFbQ
Répondre
M
entre les parenthèses..3 petits points....????
A
J'aime bien lire ou entendre Debray. Il y a chez lui ce que j'attends d'un penseur : un biais ou une originalité qui me montrent la réalité sous un jour différend ou qui remettent dans l'ordre un événement sur lequel je serais passé trop vite par paresse ou par complaisance.
Ainsi du genou à terre de Mélenchon.
C'est par ces détails qu'on aménage une place au Diable.
Par ailleurs Il sait rendre à des idées progressistes, mais récupérées à des fins contraires par les bons petits soldats du système. leurs but originel. Je pense à son éloge des frontières.
Répondre
G
Et quel style ! Cela dit (mais on s'en balance), je connais des gens dont il est proche. Il n'est pas toujours facile à vivre...