Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 05:06

 

 

Le site Anti-K relève que la Chambre d’agriculture et ses dirigeants viennent d’être condamnés à de la prison ferme « pour avoir construit illégalement une immense retenue d’eau au profit de quelques exploitations agricoles. Malgré les interdictions, le barrage de Caussade dans le Lot-et-Garonne – un ouvrage de 378 mètres de large et 12,5 mètres de haut – a tout de même été creusé sous la pression de la chambre d’agriculture. Le 10 juillet, le tribunal correctionnel d’Agen a condamné les commanditaires de cet ouvrage illégal, le président de la chambre d’agriculture du département, Serge Bousquet-Cassagne, et son vice-président, Patrick Franken, à neuf mois de prison ferme et à la révocation d’un précédent sursis de quatre mois pour le premier ; à huit mois ferme et quatorze mois de sursis pour le second. Une peine assortie d’une amende de 7000 euros chacun. Les prévenus ont fait appel du jugement. Il leur est reproché d’avoir exécuté des travaux nuisibles à l’eau et aux milieux aquatiques et de les avoir pollués au passage.

 

 

Dans Le Grand Soir, Ramin Mazaheri décrit le « tsunami social » qui est en train de submerger les Etats-Unis : « Près d’un tiers des ménages étasuniens – soit 32% – n’ont toujours pas payé l’intégralité de leur loyer pour le mois de juillet, selon une enquête de la plateforme de location en ligne. Et avec des experts de la santé publique qui avertissent que les gens vont devoir sans doute, retourner chez eux prochainement, le slogan « Stay at Home » prend une nouvelle dimension presque perverse, étant donné la nouvelle catastrophe humanitaire imminente qui va impacter près de 28 millions de personnes qui risquent de se retrouver expulsées et donc sans abri. Certains experts juridiques s’attendent à « au moins » 50 000 dépôts d’expulsion à New York seulement lorsque le moratoire général d’expulsion de l’ État prendra fin le 20 juin , la plupart pour non-paiement du loyer.

 

 

 

Revue de presse (331)

 

Á l’occasion d’un portrait de Marc Guillaume, ancien Sécrétaire général du gouvernement, Mariannemontre comment les intérêts privés noyautent le Conseil constitutionnel : « l'Alep, le lobby des grandes entreprises françaises, dépose régulièrement des argumentaires devant le Conseil constitutionnel. Fin 2012, les sages de la Rue de Montpensier censurent la taxe à 75 % sur les hauts revenus en retenant la démonstration de l'Afep, développée… par Guy Carcassonne, comme l'expliquera Marc Guillaume lui-même dans un colloque, le 10 avril 2014. Un autre membre de cet influent think tank de juristes, l'universitaire Denys de Béchillon, révélera d'ailleurs en 2017 être un rédacteur fréquent de ces interventions diligentées par de grandes sociétés privées. » 

 

 

Selon Le Monde, Renaud Van Rumbeke a décliné une mission sur la réforme de la justice proposée par Eric Dupond-Moretti. Le juge réputé, figure de la lutte contre la corruption, n’a pas souhaité s’engager auprès du nouveau ministre de la justice en estimant qu’il « serait difficile de mener à bien une vraie réforme de la justice en si peu de temps ». L’attelage aurait eu du sens. Les deux hommes, qui se sont croisés notamment quand l’avocat Eric Dupond-Moretti défendait le tradeur Jérôme Kerviel, se respectent. Et, alors que le tout jeune ministre de la justice doit faire face à une grande méfiance des magistrats, l’arrivée de Renaud Van Ruymbeke, juge réputé, figure de la lutte contre la corruption, apprécié par les avocats pour son respect des droits de la défense, aurait pu contribuer à apaiser le climat. Mais celui-ci n’a pas souhaité s’engager auprès du nouveau ministre de la justice comme cela lui a été proposé la semaine dernière.

 

 

Le site Communistes Hebdo dénonce le fait qu’ «  En contrepartie des 15 milliards d’aide de l’Etat à l’aéronautique Airbus supprime 15000 emplois. Rien ne justifie la mise en place de Plan d’accompagnement imposé aux travailleurs par la direction d’Airbus. Le carnet de commande assure du travail pour 8 ans (cf. Hebdo n°665).Avant la crise du Covid Airbus livrait 60 avions par jour aujourd’hui, il en livre 40. Ses bénéfices n’ont pas cessé d’augmenter ces dernières années : en 2017, 2,9 milliards d’€, en 2018 3 milliards d’€ (+29%), en 2019, 6,9 milliards de bénéfice opérationnel… en 10 ans Airbus à accumulé des bénéfices qui lui permettraient de payer pendant 6 ans un salaire moyen de 2 800 € (ce qui est loin d’être le salaire de tous les employés), cotisations sociales comprises, des 15 000 travailleurs dont il veut se débarrasser.  Airbus profite des aides à la filière aéronautique, auxquels il faut ajouter 1,5 milliards à la branche Recherche et Développement pour un avion neutre en carbone en 2035, « ce qui propulse la France et l’Europe au 1er rang dans le domaine de l’aviation décarbonée » -B. Le Maire, affirme les préoccupations écologistes du gouvernement, c’est le budget de l’Etat, donc le peuple qui paie les impôts et la TVA qui finance les recherches d’une entreprise privée qui elle seule en touchera les bénéfices. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Le procureur avait demandé la remise en état du site sous 8 mois mais les juges ne l'ont pas suivi. (long d'un bon kilomètre avec une digue de 12,5 mètre de haut sur le cours de la rivière! )
Répondre