Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 05:15

Le mouvement Black Lives Matter a été créé en 2013, après l'acquittement de George Zimmerman qui avait assassiné le jeune adolescent noir Trayvon Martin, dans le but de lutter contre le racisme systémique  à l'égard des Noirs aux États-Unis.
 

 

Ce mouvement a une légère tendance fasciste lorsque, aux Etats-Unis ou ailleurs, il interdit le slogan « All Lives Matter » (toutes les vies comptent) en exerçant par exemple des pressions sur certains directeurs d’entreprise pour qu’ils licencient des employés qui se risquent à énoncer ce slogan universaliste.

 

On a vu récemment des slogans mettant en avant la communauté juive étasunienne comme étant particulièrement privilégiée parce que juive. Ont été ressorties des statistiques sur la présence des Juifs dans les universités, à Hollywood ou dans l’édition, comparativement plus importante que leur présence dans le pays. L’antisémitisme, le philonazisme aux États-Unis sont une vieille histoire. Des personnalités prestigieuses s’y sont adonnées, comme Lindbergh ou Walt Disney. Sans parler du Parti nazi américain, fondé en 1959 et toujours bon pied bon œil. Le pays a accueilli 10 000 nazis après la Deuxième Guerre mondiale. Il y a donc belle lurette qu’un terreau existe. On se souvient que, pendant la Guerre, certains restaurants et lieux publics étaient interdits aux Noirs, aux Juifs et aux chiens. Est-ce que la militante pour les droits des femmes Linda Sarsour s’en est souvenue lorsque le 16 juin dernier, elle a organisé une manifestation ouverte à tous « sauf aux flics et aux sionistes » ?

 

Comme par hasard, le mouvement Black Lives Matter s’en est pris à un seul État étranger : Israël qui commet, selon ses dires, un « génocide » à l’égard des Palestiniens. Le 6 juillet 2020, le footballeur professionnel DeSean Jackson publia, avant de s’excuser, un message sur la plateforme Instagram contenant une fausse citation d'Adolf Hitler : « Because the white Jews knows that the Negroes are the real Children of Israel and to keep Americas secret the Jews will blackmail America. They will extort America, their plan for world domination won't work if the Negroes know who they were... » (« Parce que les Juifs blancs savent que les nègres sont les vrais enfants d'Israël, et pour garder le secret des États-Unis, les Juifs feront chanter les États-Unis. Ils voleront les États-Unis, leur plan de conquête du monde échouera si les nègres savent qui ils étaient… »). L'extrait comportait également le passage « Hitler was right » (« Hitler avait raison »). Un tel propos en France aurait été suivi d’une inculpation. Mais pas aux EU, où l’on ne peut plus se permettre la moindre plaisanterie à l’égard des Noirs, des femmes, des immigrés. Récemment la célèbre journaliste de centre-gauche Barri Weiss a démissionné du New York Times, après avoir été traitée de nazie, alors qu’elle est juive. Il lui était reproché d’être trop ouvertement sioniste.

 

Sur la durée, le chef de la Nation de l’Islam, Louis Farrakhan affirme que les Juifs sont responsables de la traite des Noirs et de l’esclavage. En 1961 et 1962, il avait invité George Lincoln Rockwell, chef du parti nazi, à s’exprimer lors de congrès de son mouvement. En 1995, il déclara à l’adresse des Juifs : « vous  êtes la synagogue de Satan, et vous avez enroulé vos tentacules autour du gouvernement américain, vous trompez et vous envoyez cette nation en enfer». Oublié le temps oùNathan Meyer Rothschild avait financé une partie des 20 millions de livres sterling versés par le gouvernement britannique pour « compenser la perte de main d’œuvre »de l’industrie des plantations. Sans cette « rançon », les exploitants refusaient de libérer leurs esclaves, malgré les nouvelles lois.

 

Comment alors comprendre cet antisémitisme d’une partie de la communauté noire alors que, pendant longtemps, les deux communautés ont vécu de manière mitoyenne ? Avec l’augmentation du coût des loyers, certains Afro-Américains ont dû déménager, remplacés par des Blancs, des Latinos ou des Asiatiques et leur colère s’est concentrée non pas sur leurs remplaçants mais sur des boucs émissaires qui n’avaient pas eu besoin de quitter leur quartier : les Juifs.

 

Pour de nombreux militants de Black Lives Matter, l’humanité comporte désormais deux catégories d’individus : les Blancs, par essence privilégiés et méchants, et les Noirs, par essence malheureux car victimes de Blancs. Les Juifs, bien sûr, appartiennent à la catégorie des Blancs.

 

 

Le mouvement Black Lives Matter est-il antisémite ?
Partager cet article
Repost0

commentaires