Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2020 4 19 /11 /novembre /2020 06:36

Je reprends ici un article publié par L'Express en septembre 2016 :

 

"Assistant" de Ricoeur, thèsard chez Balibar... Emmanuel Macron jouit d'une aura philosophique insolite dans l'arène politique. Pourtant, de Michel Onfray aux membres du Fonds Ricoeur, plusieurs intellectuels s'agacent publiquement d'une mise en scène qu'ils jugent surfaite.

Emmanuel Macron, un philosophe en politique? Doué en rhétorique, jamais avare d'une citation littéraire, le jeune fondateur d'En Marche! est régulièrement présenté comme ancien assistant de Ricoeur. Belle sur le papier, l'histoire du philosophe devenu banquier irrite pourtant une partie de l'intelligentsia française. "Je ne sais pas s'il est autant philosophe que ce qu'on a bien voulu le dire", a ainsi ironisé lundi Michel Onfray sur le plateau des "Grandes Gueules", chez RMC.  

 
Assistant de Ricoeur? 

Michel Onfray a ravivé la polémique. "On dit qu'il a été l'assistant de Paul Ricoeur, je crois qu'il a dû corriger les épreuves d'un de ses livres. On dit qu'il est agrégé, normalien, apparemment ce n'est pas le cas", a-t-il déclaré, cinglant. Quelques jours plus tôt dans Le Monde, la philosophe Myriam Revault d'Allonnes émettait également des réserves sur le rôle réel tenu par Emmanuel Macron auprès du philosophe.  

Membre du conseil scientifique du Fonds Ricoeur, elle précise au quotidien du soir qu'Emmanuel Macron n'a été qu'assistant éditorial de l'ouvrage La Mémoire, l'histoire, l'oubli (Seuil, 2000). "Et non pas "l'assistant" de Paul Ricoeur à l'université, abus de langage souvent repris par les médias, ce qui supposerait qu'Emmanuel Macron ait enseigné la philosophie, ce qu'il n'a jamais fait, qui plus est avant Mai 68", raille-t-elle 

Une thèse avec Balibar ? 

 

Avant d'entrer à l'ENA, Emmanuel Macron a fait une hypokhâgne et une khâgne au lycée Henri IV, puis a obtenu un DEA de philosophie à l'université Paris-X Nanterre. De cette période, l'ancien ministre dit avoir été "beaucoup inspiré" par le philosophe marxiste Etienne Balibar.

De fait, le professeur en question admet n'avoir "aucun souvenir de son travail" universitaire. Et, souligne Le Monde, s'il n'a "aucune hostilité particulière à l'égard" de l'homme politique, il trouve "absolument obscène cette mise en scène de sa formation philosophique qu'il organise lui-même ou que son entourage organise". 

Une caution intello usurpée? 
 
L'ancien énarque en fait-il trop avec la philo? Dans les premiers portraits que lui consacre la presse, Emmanuel Macron est décrit comme un ancien élève brillant, connaissant dès la sixième "les racines grecques et latines de la langue française". Une réputation usurpée? Non, à en croire plusieurs membres du comité de rédaction de la revue Esprit, auquel a appartenu Emmanuel Macron.  
 

C'est le cas de l'actuel directeur des études du think-tank de gauche Terra Nova, Marc-Olivier Padis qui loue -toujours dans Le Monde- son "agilité intellectuelle", et qui assure que sa relation avec Ricoeur n'a pas été gonflée. Idem pour Olivier Mongin, qui dirigé la revue jusqu'en 2012 et qui vante "l'incontestable solidité philosophique" du ministre démissionnaire.  

Banquier éborgneur : oui ; philosophe : non !
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Ce qui est continuellement étonnant c'est la confusion permanente entre les moyens et leur utilisation. Comme si un homme ou une femme possédant intelligence ou culture ou les 2 à la fois faisaient de ces qualités un usage inévitablement bienveillant pour son entourage ou ses contemporains. L'Histoire a démontré définitivement cette erreur.<br /> Quant au cas particulier de Macron, s'il a sans conteste accumulé des connaissances, si il a sans nul doute prouvé certaines capacités intellectuelles par son parcours universitaire, il démontre à contrario par sa strategie au service de ses objectifs pourris et son comportement immature des lacunes intellectuelles. Disant cela je pense à un homme comme Talleyrand dont les objectifs politiques etaient sans doute au service des mêmes mais dont l'intelligence relevait d'une autre dimension.
Répondre