Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 06:35

 

 

Le tsunami est une vague qui peut être monstrueuse, jusqu’à 100 mètres de haut. En France, on n’a jamais connu cela. Ni même 30 mètres. Je me souviens du tsunami qui, suite à l’effondrement, en 1979, d’une partie du remblai de l’aéroport de Nice, avait inondé plusieurs quartiers d’Antibes sous 3 mètres d’eau. Un de mes amis, jeune ingénieur, avait annoncé cela dans sa thèse de Troisième cycle deux ans auparavant. Il n’eut aucune difficulté pour trouver du travail par la suite.

 

Ce mot, qui signifie « vague de port » en japonais, est entré dans la langue française en 1915 alors que « raz-de-marée », qui ne signifie pas tout à fait la même chose selon les dictionnaires, date de 1680 (en ancien français, un raz est un courant d’eau violent : le raz de Barfleur ; il a la même origine que le mot anglais race : course). L’onde d’un tsunami, engendrée par un phénomène sismique, une éruption volcanique, voire à un glissement de terrain, peut atteindre facilement 800 km/heure.

 

Le plus terrifiant de tous les tsunamis de l’ère moderne se produisit en 2004, suite à un tremblement de terre en Indonésie. Une vague gigantesque d’une trentaine de mètres de hauteur fit au moins 250 000 morts dans tout l’océan Indien.  Mais l’intérêt du tsunami est ce que nous en faisons, nous les francophones, au sens figuré.

 

On note ces dernières années l’effacement de raz-de-marée au profit de tsunami (celui-ci est utilisé 300 fois plus souvent que celui-là). Mais aussi l’adjectif substantif « déferlante », qui qualifie ces vagues redoutables – le mot lui-même fait peur – qui s’enroulent sur elles-mêmes.avant de se briser en écume, ou d’être brisées, dans le cas de manifestations qui déferlent, par des services d’ordre surarmés. Autrefois, on aurait dit que «la vague conservatrice a tout emporté sur son passage ». Désormais, on parlera de tsunami, ce qui est à la fois plus ampoulé, plus amphigourique, et surtout plus exotique. Bref, ce qui ne veut plus dire grand-chose. L’important est de mettre tsunami à toutes les sauces : tsunami de la croissance, tsunami de la misère, tsunami des soldes.

 

Les mots chéris des médias et des politiques (30)

PS : Raphaëlle et Rébecca me voient comme ça. Je n'y peux rien...

Les mots chéris des médias et des politiques (30)
Partager cet article
Repost0

commentaires