Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 06:10

Je découvre, 56 ans après, que la chanson “ Nathalie ” de Gilbert Bécaud n'avait rien d'un mythe imaginaire ou évanescent.

 

A Léningrad, l'hiver n'en finit pas

Et nos glissades le long de la Neva

Nous font oublier le froid

Est-ce qu'un jour tu reviendras ?

A Léningrad, je vis avec maman

Des camarades me sortent de temps en temps

Au musée, au restaurant Je viens d'avoir 19 ans 3.

A Novgorod, j'entre à la faculté

Au mois d'Octobre, petite mère est effrayée

Mais vous serez fier de moi

Quand j'aurai fini mon droit

Avec maman, quand le cœur est au gris

Après l'dîner, on se passe "Nathalie"

Ça la fait un peu pleurer

Et moi ça me fait danser

Rappelle-toi la place était vide

Et dans ce temps-là, maman était guide

Pouchkine elle en parle tout l'temps

C'était son bon temps

J'voudrais bien aller à Paris

Voir les magasins et les rues la nuit

Mais pour avoir un pass'port

Crois-moi c'est du sport

A Léningrad, les longues nuits de Juin

On se régale de rock américain

On chante aussi tes succès

En français et en anglais

Envoie-nous des cartes postales

De la Tour Eiffel, du Château d'Versailles

Et une diapo couleurs

De mes petites sœurs

Moi j't'envoie une photo de moi

Ma jupe est trop longue

Mais ici c'est comme ça

Est-ce que j'ressemble à maman

Il y a 19 ans ?

A Léningrad, tout le monde t'attend

A Léningrad, c'est bientôt le printemps

Si tu revenais avec lui

Elle serait contente Nathalie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Nathalie. J’y ai vu longtemps et encore aujourd’hui dans cette chanson la preuve de la force d’une idéologie à la mode, non pas nécessairement dominante.<br /> En 64 encore la gauche et particulièrement le PC occupaient le centre des débats en politique, critiques ou adhésion aux idées.<br /> Chez Delanoé et Bécaud , pourtant très éloignés de cette idéologie , même s’ils n’évoquent qu’en passant la révolution d’octobre, l’événement a cependant une connotation implicitement positive.<br /> On imagine mal aujourd’hui les mêmes personnes écrivant le même texte avec au total une description paisible du communisme.<br /> Pour les mêmes raisons, c’est-à-dire celles prégnantes de la mode, les idées de gauche ont du mal à s’imposer face au libéralisme dont les valeurs le sont.<br /> Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté je ne me situe parmi ceux qui oubliant l’Histoire avec ses débuts, ses nécessités et ses cheminements contradictoires jettent à la poubelle la totalité de l’histoire soviétique.<br /> On ne dira jamais assez l’influence des modes même et peut-être surtout chez les intellectuels qui pourtant devraient d’en méfier.
Répondre