Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 05:48
Je reprends ici une analyse de Jérôme Skalski (Facebook)
(Une critique de gauche)
L'écriture dite "inclusive" ou, "épicène" en sa qualification savantissime, mais qui serait mieux désignée comme "bactérienne" aussi bien pour des raisons philologiques – du grec βακτηρία signifiant "bâton" : c'est une écriture qui use de petits bâtons pour passer certains mots de la langue française au hachoir symbolique – que prophylactiques – cette écriture étant "inclusive" pour la valeur publicitaire du slogan, c'est-à-dire pour couillonner le locuteur- consommateur, pose deux problèmes majeurs à la langue de Molière ou plutôt de Descartes.
 
C'est une anglicisation tacite du français. Notons tout d'abord qu'elle n'existe pas en anglais sous cette forme, du moins du fait de l'absence d'accord de genres et de marques génériques grammaticales en général. Pourquoi ? parce qu'elle remplace la conception "compréhensive" du substantif dominante en français par une conception "massive" ou "extensive" du substantif caractéristique de l'anglais –  raison pour laquelle nous avons tant de mal à bien utiliser le "the" en anglais. De ce fait, elle travaille au mouvement d'acculturation spécifique qui nous vise et qui consiste à démolir le français pour le remplacer à moyen terme par l'anglais comme langue hégémonique du capitalisme occidental, pas seulement en France mais dans les anciennes colonies françaises et la francophonie, en Afrique en particulier (front pionnier majeur au XXIème siècle).
 
C'est une pratique qui vient perturber la logique pas seulement de la langue mais dans la langue française. Je m'explique. Quand on fait du français, comme Monsieur Jourdain, sans le savoir, faisait de la prose, on fait des mathématiques sans le savoir : on pense dans un univers ensembliste. Les substantifs sont des ensembles formels, pas des ensembles par référence à un contenu extra-linguistique référentiel. Partant, c'est une des langues les plus rationnelles parmi les grandes langues vivantes actuelles. L'écriture "inclusive", c'est un dispositif anti-logique qui vient miner de l'intérieur cette caractéristique clef de notre langue. Quand on dit "Bonjour à tous", on dit bonjour à "tous" : sans distinction (reflexivité). Quand on écrit - car c'est un procédé écrit - "Bonjour à tou-te-s", on dit - "Bonjour à tous" ( au sens exclusif au sens du "référent " masculin + "Bonjour à toutes" (au sens du "référent" féminin). + "Bonjour à tous", ( au sens non distinctif). Bref, on "part" dans une "boucle" algorithmique ( du nom de محمد بن موسى الخوارزمي, Mohammed bin Musa Al Khwarazmi) sans fin.
 
En passant par un tel hachoir symbolique, il est peu probable que s'y retrouvent nos connexions synaptiques, sauf que certaines bandes de neurones veillent et se marrent et foutent ça à sa juste place : game over, poubelle (trash can) ...
 
Le pire c'est que ce sont de soi-disant "communistes" et "féministes" (en fait, ceux-ci sont objectivement, de droite et "libéraux", comme Monsieur Jourdain, sans le savoir) qui nous emmerdent avec ces merdes inventées par la CIA pour nous torpiller culturellement. Revient Ferrat ! Ils-elles (ielles ?) sont devenus fo(u)-lles - ...et tellement à racler les fonds de casseroles gauchistes et clientélistes pour trouver des voix hors des classes populaires (beurk ! qui s'en foutent comme de colin-tampon) qu'ils se sont mis à bosser pour les Ricains ... sans le savoir ( je le suppose encore... ).
 
Á propos de l'écriture bactérienne

 

 

PS : Pour ceux qui souhaitent s'opposer à l'écriture inclusive dans les échanges officiels, je propose ce formulaire tout simple, un rappel à la loi, comme on dit :

 

Á propos de l'écriture bactérienne
Partager cet article
Repost0

commentaires