Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 06:28
 

Nous sommes en juin 1968 à Amiens.

Le 12, le quotidien local Le Courrier Picard publie un communiqué de l’ORTF Amiens-Picardie. La station régionale explique pourquoi elle est en grève. Elle annonce que des tracts seront distribués dans la ville et que le soir, à 21 heures, un grand meeting-gala se tiendra au cirque municipal (une construction en dur bien connue des Amiénois pouvant contenir 6 000 spectateurs). Interviendront le journaliste sportif François Jannin (spécialiste de la natation et ardent militant syndicaliste), Michel Drey, également du service des sports, le présentateur Gérard Klein, dont les sympathies de gauche sont discrètes mais connues, et le chanteur Jo Dassin.

Le 13 juin, jour du gala, Le Courrier Picard apporte d’importantes précisions. Jacques Dutronc (disons anar de droite), Françoise Hardy, Marie Laforêt et Éric Charden (clairement de droite) seront de la fête. Il est signalé que Joe Dassin fera malheureusement faux bond.

Tout cela pour dire que, alors que le mouvement était en phase de recul, qu’Hubert Beuve-Méry, le patron du Monde, retour de Madagascar, avait traité les manifestants de « voyous » et que Bertrand Girod de l’Ain venait de comparer, dans l’édition du 12 juin, la Sorbonne à un « bateau ivre », d’importantes vedettes de la chanson, nullement en phase avec les soixante-huitards, surfaient sur la vague encore quelque peu tourbillonnante d’événements qui avaient sidéré De Gaulle et que Pompidou n’avait pas vu venir.

Ces vedettes viendront toutes seules et rapidement à résipiscence.

 

Document transmis par mon ami et camarade Claude Dewaele

 

Mai 68. Dutronc, Hardy et quelques autres
Partager cet article
Repost0

commentaires

AF30 25/02/2021 19:04

Françoise Hardy est le symbole de ma mauvaise foi. Depuis toujours et même à son âge je lui trouve un charme particulier ( pas bien original : facile et banale ). Beaucoup de chansons encore souvent écoutés. «  il n’y a pas d’amour heureux ‘ par elle est pour moi la meilleure version surtout dans ce passage où un soupir d’accordéon vient souligner ‘ que le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard ‘.
Alors que ses remarques politiques ou ses plaintes ur la fiscalité, en dehors de ces moments, lachées par d’autres me les feraient définitivement détestés. J’aurais retiré depuis longtemps la porte derrière moi.
Nobody’s perfect !

jean-jacques clement 25/02/2021 11:40

Dutronc? Laforet? Pourquoi pas Sylvie?