Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 06:08

 

 

Á l’époque maire adjoint d’Auch, il nous avait fait l’honneur et l’amitié de nous marier, Nathalie et moi. Et puis il avait présidé aux baptêmes républicains de Raphaëlle et de Rébecca. Il nous a quittés après une longue, beaucoup trop longue, maladie, sans se plaindre, dans la plus parfaite des dignités.

 

C’était un homme exceptionnel. Gersois jusqu’au bout des ongles, cet agrégé d’histoire et géographie connaissait chaque centimètre carré de son département, dans sa géographie comme dans son histoire. C’était un homme de convictions, un vrai socialiste, laïque et républicain.

 

Il était né dans une famille d’agriculteurs de Lasserrade, à l’ouest d’Auch, en bordure des vignobles du Madiran et du Saint-Mont, en terre d’Armagnac. On le voit ci-dessous nous préparer un breuvage géant. Élève de l’école normale, il débuta comme jeune instituteur en Normandie puis fut nommé professeur d’histoire et géographie au lycée du Garros à Auch après s’être spécialisé dans l’étude des Premier et Second Empires. Il fut l’une des chevilles ouvrières de la Société archéologique du Gers. Sa vie durant, il fut par ailleurs un passionné de rugby qu’il pratiqua à un bon niveau.

 

En tant qu’adjoint à la culture d’Auch, il lança de nombreux chantiers culturels, dont celui de la restauration de l’escalier monumental et de la place de la Libération.  Il œuvra à la transformation du musée des Jacobins devenu musée des Amériques et pôle national de référence pour les arts précolombiens. Il présida à la naissance du centre d’innovation et de recherche circassien.

 

En Afrique noire, on a coutume de dire qu’un “ vieux ” qui meurt, c’est une bibliothèque qui disparaît. C’est tout à fait le cas avec le décès de Gilbert Sourbadère. Sans forfanterie, sans être pédant, il savait tout.

 

Á Marie-Hélène, à leurs enfants et petits-enfants, je présente mes plus sincères condoléances.

 

Sur la photo du bas (2005), de gauche à droite : Marie-Hélène Sourbadère, Gilbert Sourbadère, Raphaëlle Gensane sur les genoux de sa tante Patricia Rossi-Neves.

 

 

Gilbert Sourbadère
Gilbert Sourbadère
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Un bien bel hommage. Retrouverons-nous, un jour, cette sorte "d'hommes honnêtes" dans tous les sens anciens et modernes du terme ?
Répondre