Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 06:19

 

Problème : 1) question à résoudre, point obscur que l’on se propose d’éclaircir : « j’ai coutume de distinguer dans les problèmes de l’esprit ceux que j’aurais inventés […] et les autres qui sont les problèmes d’autrui » (Paul Valéry).

 

2) difficulté qu’il faut résoudre pour obtenir un résultat : « […] voilà le difficile problème que les artistes du moyen âge ont presque toujours résolu avec bonheur » (Théophile Gautier).

 

3) chose incompréhensible : pour moi, son attitude est un vrai problème.

 

 

Problématique : science de poser les problèmes. Ensemble des problèmes dont les éléments sont liés ; champ théorique qui définit les positions relatives de problèmes liés : « si , dans le monde sacré, on ne trouve pas le problème de la révolte, c’est qu’en vérité on n’y trouve aucune problématique réelle, toutes les réponse étant données en une fois » (Albert Camus).

 

Définitions du Robert qui montrent clairement que ces deux mots mots n’ont pas du tout le même sens.

 

 

Poursuivons avec Le Robert.

 

Technique : 1) qui appartient à un domaine particulier, à l’exclusion des domaines abstraits et théoriques de la connaissance.

 

2) qui, dans le domaine de l’art, concerne ou, suppose le savoir-faire, les procédés de travail et d’expression plus que l’inspiration : « Quant aux œuvres postérieures d’Hugo, elles n’ont été publiés que longtemps après la mort de Baudelaire. Je leur attribue une importance technique infiniment supérieure à celle de tous les autres vers d’Hugo » (Paul Valéry).

 

3) Ensemble de procédés empiriques employés pour produire une œuvre ou obtenir un résultat déterminé : « Mais les accapareurs vous ont défendu de jouir parce que vous n’avez pas l’intelligence de la technique des arts, comme des lois et des affaires » (Baudelaire).

 

Technologie :  1) ensemble de termes techniques propres à un domaine.

 

2) étude des techniques, des outils, des machines : « une technologie qui se limiterait à la classification des formes des outils et à l’analyse des états d’une fabrication entretiendrait vis-à-vis de l’ethnologie les mêmes rapports que la zoologie systématique vis-à-vis de la biologie animale » (A. Leroy-Gourhan).

 

3) anglicisme abusif : technique de pointe moderne et complexe. Pour Le Robert, l’emploi de technologie à la place de technique, sous l’influence de l’anglais, est conditionné par l’emphase de la publicité.

 

Technique et technologie n’ont pas non plus le même sens. Sans même parler de la publicité, dans le cas de l’usage erroné et abusif du mot technologie, la contamination date des années 50 avec pour origine le Royaume Uni. Alors qu’en France nous nous contentions de collèges et de lycées techniques, les Britanniques fondèrent le premier « college of advanced technology ». Ces collèges obtinrent le statut d’université en 1966, avec le surnom d’« universités en verre double ». Naturellement, ces établissements ne se contentèrent pas d’enseigner les techniques. Elles réservèrent une bonne part de leur cursus à la théorie, la réflexion sur ces techniques.

 

Quant au recouvrement de problème par problématique, il s’agit d’un dérapage franco-français, le mot “problematics ” en anglais étant très scientifique et un peu pédant. Problématique est utilisé à toutes les sauces, comme dans la photo ci-dessous, avec ce petit texte rédigé par une personne qui, par ailleurs, manie fort bien le français. La problématique du chômage induit différents problèmes : précarité,  manque de formation, retraites diminuées, image de soi que l’on renvoie au groupe.

 

Je me dis que les gens – dans ce cas d’espèce : de tous les milieux et de tous les niveaux culturels – qui utilisent ce mot long de problématique de manière un peu snobinarde, veulent se rassurer dans le confort d’un terme technique. Ils veulent peut-être aussi impressionner, mais il en va des mots pseudo-scientifiques comme des métaphores fatiguées : ils se banalisent, deviennent de moins en moins scientifiques et de plus en plus pseudo.

 

La problématique de la technologie
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Il y a des phrases, comme certaines ici, qu’il me faut relire pour comprendre ou tenter de comprendre le sens surtout quand on a quelques difficultés avec l’abstraction.
Problématique : tout pareil, depuis toujours j’ai trouvé l’utilisation de ce mot insupportable. J’avais remarqué d’ailleurs que le mot était souvent utilisé par des personnes qui cherchaient à masquer des lacunes.
Quant au mot technique qui renvoie implicitement au travail manuel on comprend très bien que sa substitution par le mot technologie l’en extrait et le place du coté de l’esprit donc plus valorisant.
En art j’ai la faiblesse de penser que la qualité d’un artiste est confirmée d’abord ( le mot important c’est : d’abord ) par la maitrise d’une technique. Celle-ci, prouvée ou démontrée, légitime de fait toutes les évolutions et tous les excès suivants.
Non pas que l’artiste devrait se justifier mais la démonstration du talent d’un Picasso, par exemple, se trouve déjà en puissance dans ses créations de jeunesse. San doute déjà, même, dans son petit picador jaune peint à l’âge de 8 ans. En plus une pointe d’émotion : Picasso, 8 ans. Quoique peut-être le regard qu’on porte sur ce petit tableau est-il inversement conditionné par la connaissance de ce qui c’ est passé par la suite ?
Pour revenir à la technique en art, c’est son absence dans la production d’un Jeff Koons qui m’empêche de le considérer comme un artiste. Il est a noté qu’ en général plus la technique est absente plus le commentaire qui accompagne une œuvre prend de l’importance jusqu’à en être parfois inflationniste, plus déterminant que l’œuvre elle-même et pour finir par se substituer à elle.
Répondre

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche