Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 06:12

Ces Verts lyonnais sont délirants. Il s'est installé ces dernières années une espèce de souk autour de la station de métro Guillotière. On n'y vend pas que des T-shirts et des savonnettes. On y vend toutes sortes de drogues ... et des femmes ! Les vendeurs viennent principalement d'Afrique noire, d'Europe de l'Est et d'Asie.

 

Bulgares, Albanais, Afghans tiennent le haut du pavé. Un marché de la misère pour des pauvres hères qui ont atterri à Lyon et dont on se demande comment ils pourront en repartir. Et puis des fournisseurs invisibles qui ne connaissent ni les mots patente ou sécurité sociale et qui s'en mettent plein les poches.

 

Je passe plus jamais dans le coin car je suis harcelé de manière pressante par des vendeurs de “ Mabro ” (Marlborough). Mes filles ne prennent plus jamais le métro à Guillotière, de même qu'elles n'en sortent plus car elles font l'objet de sifflets, de remarques déplacées.

 

Les riverains sont fous : il y a quelques années, ils ont payés un bon prix des appartements désormais invendables.

 

Au fait : il m'est arrivé de discuter avec quelques-uns de ces détaillants. Deux sur trois sont en situation illégale.

 

 

REPRIS DE LYON MAG :

 

Lyon : la mairie prête à légaliser le marché clandestin de la Guillotière plutôt que de l'interdire ?

La plupart des vendeurs à la sauvette et ceux du marché sauvage plient alors bagage, se cachent, puis reviennent dans la foulée.

 

Une situation qui n'est bonne pour personne, à commencer par les habitants qui, aux côtés de la mairie de Lyon, cherchent donc des solutions.

 

Dans le compte-rendu d'un atelier de la concertation "Mieux vivre la place du Pont" dont nous nous sommes procuré les points importants, on apprend que Grégory Doucet et sa majorité écologiste réfléchit à la possibilité de légaliser ce marché, en faire un marché des biffins comme à Paris. Un véritable aveu de faiblesse pour plusieurs participants de ces ateliers, et notamment des membres du collectif Guillotière en colère qui dénonce une concertation fantôme, visant à faire passer la pilule plus facilement. "Une idée sortie de nulle part" par Fanny Dubot, maire du 7e arrondissement, qui estime que "le réprimer tous les jours ne résout pas le problème" et que le mieux est de le déplacer et "l'encadrer" sans pour autant "soutenir une activité illicite". "C’est un travail à mener avec différents acteurs", promet le compte-rendu.

 

Un nouvel atelier est prévu le 16 mars. Et il promet d'être explosif, maintenant que tout le monde connaît les ambitions de la Ville de Lyon de promouvoir un marché de la misère à la Guillotière.

 
 
Légaliser un marché maffieux : le projet du maire de Lyon ?
Partager cet article
Repost0

commentaires