Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 05:15

 

 

 

Né en 1548, Giordano Bruno était un frère dominicain et un philosophe. Son plus grand apport aux sciences, insupportable aux yeux de l’Église, fut d’avoir développé la théorie de l’héliocentrisme. Il postula, après Copernic, que le soleil n’était plus le centre de l’univers mais un point autour duquel s’organisait le système solaire. D’un point de vue philosophique, le concept débouchait sur l’hérésie suprême : l’univers était infini et n’avait ni circonférence ni centre : « Il n'y a aucun astre au milieu de l'univers, parce que celui-ci s'étend également dans toutes ses directions. Chaque étoile est un soleil semblable au nôtre, et autour de chacune d'elles tournent d'autres planètes, invisibles à nos yeux, mais qui existent. Il est donc d'innombrables soleils et un nombre infini de terres tournant autour de ces soleils, à l'instar des sept « terres » [la Terre, la Lune, les cinq planètes alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne] que nous voyons tourner autour du Soleil qui nous est proche. »

 

 Or, pour l’Église, seul Dieu était infini. Bruno fut donc accusé d’athéisme et d’hérésie. Comme, par ailleurs, il affirma que Jésus Christ n’était qu’un « mage habile », que le saint-Esprit était l’âme de notre monde et que Satan serait sauvé, il fut condamné à être brûlé vif après huit années d’aveux extorqués par la torture, de rétractations et de procès.

 

Bruno fut un étudiant brillant qui entra chez les Frères Prêcheurs heures à l’âge de 17 ans. Il est ordonné prêtre à 25 ans. En secret, il admire Érasme et sa liberté de pensée par rapport aux canons. Il s’intéresse à la magie et à la cosmologie. Il repousse le dogme de la Trinité et doit abandonner son froc dominicain. Un procès est instruit afin de le déclarer hérétique. Il s’exile dans le comté de Savoie, à Chambéry puis dans la calviniste Genève.

 

Il est excommunié en 1578. Il séjourne ensuite à Lyon, puis à Toulouse où il exerce comme maître ès-arts en mathématique et en physique. Il publie Clavis Magna, un ouvrage sur la mnémotechnique (sa mémoire était phénoménale). Henri III devient son protecteur et lui octroie une chaire de « lecteur extraordinaire et provisionné ». Il se rend ensuite à Londres et à Oxford où il s’en prend à l’Église anglicane. Dans ses écrits scientifiques (La Cause, le principe et l’un, De l’Infini, de l’univers et des mondes), il imagine un univers rempli d’une infinité de mondes. Dans Les Fureurs héroïques, il offre la vision d’un monde d’où Dieu est exclu.

 

Il retourne à Paris mais n'est plus en odeur de sainteté auprès d’Henri III. Il se rend en Allemagne et se rapproche des luthériens. Cependant, il finit par être excommunié de leur Église. Il poursuit ses recherches sur l’infiniment petit et sur le système mnémotechnique.

 

Il retourne Italie mais est dénoncé auprès de l’Inquisition vénitienne. Il est incarcéré dans la prison du Saint-Office de San Domenico di Castello.

 

Au cours de huit années de procès, l’accusation va d’abord se concentrer sur son rejet de la transsubstantiation, de la Trinité, de sa négation de la virginité de Marie, de son blasphème contre le Christ. Sont ensuite critiquées sa vision cosmologique et sa croyance en la métempsycose. Puis dix accusations sont ajoutées. Mais les tribunaux vénitiens le blanchissent.

 

Il n’est malheureusement pas libéré car le pape Clément VIII le fait extrader vers Rome. Il refuse de se rétracter : « Je ne recule point devant le trépas et mon cœur ne se soumettra à nul mortel. Je ne crains rien et je ne rétracte rien, il n'y a rien à rétracter et je ne sais pas ce que j'aurais à rétracter. » Il est condamné à être exécuté « avec autant de clémence qu'il se pourrait et sans répandre de sang » (« ut quam clementissime et citra sanguinis effusionem puniretur »). Sur le bûcher Bruno déclare : « Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir. »

 

Les circonstances de sa mort, après huit années de procès, ont été relatées par le menu. Il est entièrement dénudé et on lui cloue la langue sur un mors de bois pour l’empêcher de parler pendant son martyre.

 

 

Quand l’Église catholique soumettait à la torture le plus grand scientifique au monde avant de l'exécuter

Un lecteur m'écrit ceci :

 

Bons chocolats. 
Giordano Bruno était un emmerdeur de trop, en des temps de compétition impérialiste sur les âmes et +. Par ce n-ième martyre infligé par la Sainte Inquisition, l'Eglise aura verrouillé son monde pour encore encore quelques décennies. Le téléfim de 2006 « Galilée ou l'amour de Dieu » (youtube.com/watch?v=19cUtss1ga8 ) rend assez bien compte à mon avis des enjeux de l'époque, et peut-être d'aujourd'hui ? N'est-ce pas, Khashoggi, . 
Guy Béart dans « La vérité » (youtube.com/watch?v=AfpSRnahQig), et les mésaventures de différents lanceurs d'alerte jusqu'en notre ère covid, nous suggèrent que le contrôle des esprits est inséparable de la structuration de la société. Liberté, je n'écris pas ton nom impunément. Et vive Vivas.

Partager cet article
Repost0

commentaires