Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 05:16

Je reprends ici une analyse du Parti de la démondialisation.

 

Concernant l’existence ou non d’un peuple européen, tout dépend de la définition que l’on se fait de ce qu’est le peuple. En ce qui concerne le Pardem, nous récusons l’existence d’un peuple européen car elle ne repose sur aucune réalité politique.

 

Si on se demande ce qui fait qu’un peuple est un peuple, et non simplement une ethnie, une communauté, des croyants, les habitants d’un territoire, des entrepreneurs, un ensemble de consommateurs : c’est la politique. Un peuple est politique ou n’est pas. Or, à l’échelle européenne, rien pour l’instant n’indique l’existence ni même la création en cours d’un peuple européen. Hormis quelques rares pays, essentiellement ceux dans lesquels se sont tenus des référendums, il n’existe même pas de délibération publique sur les questions européennes.

 

Un peuple, pour avoir une existence politique, ne peut qu’être composé de citoyens. Et une vraie citoyenneté impose une participation à la politique : conception, mise à jour et défense du contrat social incarné dans la Constitution ; élaboration de la loi comme expression de la volonté générale et garantie de l’État de droit ; implication dans la délibération publique ; participation au suffrage universel. Il s’agit d’autant d’éléments indissociables qui constituent les bases de la démocratie dans une visée universelle. La vraie citoyenneté est un engagement débordant les frontières de l’élite politisée pour s’investir dans les structures parallèles à l’appareil d’État que sont les syndicats, les partis, les associations, les collectifs militants les plus divers. Rien de tout cela n’est en gestation au niveau européen.

 

En fait, « Ce qui est certain, c’est que la volonté irréductible de l’Internationale est qu’aucune patrie n’ait à souffrir dans son autonomie. Arracher les patries aux maquignons de la patrie, aux castes du militarisme et aux bandes de la finance, permettre à toutes les nations le développement indéfini dans la démocratie et dans la paix, ce n’est pas seulement servir l’internationale et le prolétariat universel, par qui l’humanité à peine ébauchée se réalisera, c’est servir la patrie elle-même. Internationale et patrie sont désormais liées. C’est dans l’internationale que l’indépendance des nations a sa plus haute garantie ; c’est dans les nations indépendantes que l’internationale a ses organes les plus puissants et les plus nobles. On pourrait presque dire : un peu d’internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale ; beaucoup de patriotisme y ramène. » 

 

(Jean Jaurès, L’Armée nouvelle, 1911). 

Un peuple européen existe-t-il ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Le texte de Jaurès est édifiant non seulement pour ce qui y est dit mais également par sa datation. Nombreux seraient surpris, s’ils avaient la curiosité de s’informer par la lecture, que beaucoup de thèmes en débat aujourd’hui ne sont pas nouveaux et que les conditions étant les mêmes, mis à part le décor, les costumes et la technique, les logiques en œuvre actuellement sont peu différentes.
On nous a vendu la mondialisation en nous chantant l’universalisme et il apparaît aujourd’hui que les superstructures politiques comme l’’Europe qui n’est qu’un échelon dans cette logique a pour finalité ultime que de mettre la plus grande distance possible entre le citoyen et les centres de décision, de les préserver de tout contrôle démocratique, d’en faire des gestionnaires.
Il faut ajouter que le mythe du peuple européen a beaucoup de similitude avec celui de l’ espéranto comme langue internationale, véhiculaire et y compris langue maternelle.
C’est au mieux une idée sympathique mais définitivement naïve au regard des strates millénaires que sont les langues.
Toutes ces genres d’idées relèvent du domaine de la foi déraisonnable dans la Morale : il suffirait de partager une même langue, les mêmes institutions pour se rapprocher d’une société sans conflit qui est en soi contreproductive ( Éloge du conflit - Miguel Benasayag - Babelio )
Pardon pour cette banalité : même si ces moyens atteignaient leur pleine application cette paix sera tout de même négative ( ‘’paix négative ‘’ Martin Luther King ) tant que les conditions de travail, sociales resteront telles quelles.
Répondre