Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2021 7 25 /07 /juillet /2021 05:02

Coquet, Emmanuel Macron ? C’est en tout cas ce qu’il paraît. L’Elysée vient en effet de confirmer au Point que le président de la République aurait dépensé pas moins de 26 000 euros de produits cosmétiques en l’espace de trois mois. Une somme jugée astronomique par beaucoup.

 

Un prestataire extérieur hors de prix

Contrairement à François Hollande, le banquier éborgneur a préféré faire appel à un prestataire extérieur pour soigner son apparence. Il a toutefois demandé à ce que sa maquilleuse personnelle, sélectionnée par Brigitte Macron, le suive à l’Elysée. Mais voilà, il semblerait que la jeune femme ait des tarifs mirobolants. Les journalistes du Point se sont ainsi procurés deux factures, d’un montant de 10 000 et 16 000 euros chacune. Des prestations hors de prix, pour une maquilleuse payée en moyenne 6000 euros par mois.

 

Employée pour une durée de cinq ans, la jeune femme est également en charge du maquillage de la “ première dame ” (sic). Les dépenses du président sont elles, estimées à près de 8500 euros par mois.

 

Ce n’est pas la première fois que le budget « beauté » d’un chef de l’État est pointé du doigt. En 2016, Le Canard Enchaîné révélait que le coiffeur de François Hollande percevait un salaire mensuel de 9895 euros brut par mois, et ce, depuis le début de son mandat. L’ancien président semblait alors plus attaché à sa chevelure qu’à son visage, puisque sa maquilleuse ne percevait « que » 6000 euros par mois. De même, lors du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, il avait été révélé que sa maquilleuse personnelle, Marina Michenet, était rémunérée à hauteur de 8000 euros par mois.

Éborgner les autres n'empêche pas de se faire pomponner.
Partager cet article
Repost0

commentaires

adario 25/07/2021 18:18

On hallucine :
un salaire mirobolant pour maquiller deux personnes même s'il est vrai que, dans le cas présent, madame en a certainement plus besoin que monsieur ! On a comme une impression d'être chez le Père Ubu :

- "J'ai fait mettre dans le journal qu'on paierait deux fois tous les impôts trois fois ceux qui pourront être désignés ultérieurement."

"C'est le combat des voraces contre les coriaces" mais... les voraces" bouffent tout !

Pour paraître que ne ferait-on pas ! Et dire qu'on essaie de pousser nos enfants à faire des études
pour qu'ils tentent de rentabiliser leur travail !