Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 05:00

Dans son blog, El Diablo s’en prend à Die Linke : « Le 9 juillet 2021, nous écrivions que la Commission électorale fédérale avait annoncé que le Parti communiste allemand (DKP) ne serait pas autorisé à participer aux élections du Bundestag de septembre et serait par la même occasion privé de son statut de parti politique. Le prétexte de cette décision honteuse était la prétendue soumission tardive des états financiers. 

Plusieurs partis communistes et ouvriers du monde entier ont fermement condamné la décision de la Commission et exprimé leur solidarité avec le DKP. Mais ce qui est intéressant dans toute cette histoire, c'est la position du soi-disant "Parti de gauche" (Die Linke). La décision de la Commission électorale fédérale a été prise avec une seule voix contre, celle de Harmut Geil de "Alliance 90/ Les Verts" (Bündnis 90/Die Grünen). En revanche, la représentante de "Die Linke" à la Commission, Constanze Portner, a voté en faveur de l'interdiction du statut politique du DKP. 

Une fois de plus, Die Linke, le "parti frère" de SYRIZA en Grèce, prouve son orientation idéologique et politique réelle, en tant que parti de la social-démocratie profondément engagé à servir le système capitaliste. Il y a quelques mois, Die Linke avait adopté une résolution méprisable en faveur des tentatives contre-révolutionnaires à Cuba.

 

Pour Descartes dans son blog, le souveraineté fout le camp pendant l’été : « La Cour de justice de l’Union européenne a estimé qu’il « ne saurait être considéré que l’intégralité des activités exercées par les militaires présentent des particularités telles que celles-ci s’opposent à toute planification du temps de travail respectueuse des exigences imposées par la directive 2003/88 ». La Cour ajoute que « certaines activités susceptibles d’être exercées par les membres des forces armées, comme celles liées notamment à des services d’administration, d’entretien, de réparation, de santé, de maintien de l’ordre ou de poursuite des infractions, ne sauraient être exclues, dans leur intégralité, du champ d’application de la directive 2003/88 », dans la mesure où il « est constant que de telles activités relèvent, en principe, du champ d’application de cette directive lorsqu’elles sont exercées, dans des conditions similaires, par des travailleurs de la fonction publique n’ayant pas le statut de militaire ».

Cette décision participe d’un processus qui aboutit à la banalisation de toutes professions, à la remise en cause de tous les statuts, à la réduction par un capitalisme qui s’approfondit chaque jour de tous les rapports à un rapport unique, celui du « paiement au comptant ». Pour la CJUE, le militaire n’est qu’un salarié comme les autres, soumis aux mêmes règles et ne pouvant prétendre qu’aux mêmes compensations.

La privatisation de l’Etat continue : une récente loi confie aux vigiles privés des prérogatives qui, hier, étaient exclusives de la Police nationale. Grâce à la CJUE, on aura probablement demain des armées privées. Quand dans sa présentation de la réforme de la haute fonction publique française notre premier ministre insiste lourdement sur l’objectif de « concilier la vie privée et la vie professionnelle » et sur la nécessité d’aligner la carrière des hauts fonctionnaires sur celle des cadres du privé, quand on supprime les statut du Cheminot, on est dans la même logique. C’est-à-dire, celle d’un statut unique qui permette une mise en concurrence de tous contre tous.

 

Dans le site Anti-K, Pierre Khalfa met en garde ceux qui se prononcent contre le vaccin anti-Covid : « Il y a un problème profond qui renvoie à la défiance envers les scientifiques, défiance qui est souvent justifiée : liens financiers avec les laboratoires, jeux de pouvoir internes au corps médical ou autre, scandales récurrents et instrumentalisation par l’industrie… Tout ça a miné la confiance envers les scientifiques et nourri le complotisme. Il ne suffit donc pas de se référer à la Science pour convaincre. D’où la nécessité absolue du débat démocratique, de la transparence et de la confrontation des opinions. Or la façon de gouverner de Macron, qui pousse à l’extrême les caractéristiques de la Ve République, vont à l’encontre de ces exigences : décisions autoritaires prises par un seul individu dans un cadre de délibération obscur, le conseil de défense. Les conditions de mise en place du pass sanitaire – en pleine vacances, dans des délais très rapprochés impossibles à tenir – en portent la marque.

Le succès des manifs antivax, pilotées plus ou moins par une certaine extrême droite (Philippot, Dupont-Aignan), montrent la nécessité d’un positionnement qui se démarque de Macron mais qui ne laisse aucune ambiguïté sur la question de la vaccination. On ne gagnera rien à courir après les complotistes et l’extrême droite.

Revue de Presse (364)
Partager cet article
Repost0

commentaires

adario 28/07/2021 11:42

Cher Bernard Gensane, J'ai aussi une amie qui, il y a des années, a eu besoin de travailler et a enseigné à la "Pro" à Paris. Catholique bon teint avec des relations bon teint aussi, elle n'a eu aucun mal à trouver ce "job" (restons dans le vent). J'apprécie beaucoup cette amie et aussi je préfère ne pas citer ses... non-diplômes.

Je ne sais pourquoi, me vient cette chanson et il me semble entendre la voix de ma grand-mère chantant d'un air railleur !

" Les jeunes filles de bonne famille
Ont des nattes dans le dos
Qui s'en vont à la godille
Sur un petit caraco
Elles s'appellent Pétronille,
Cunégonde ou Isabeau
....... (ma mémoire flanche)
Leurs mamans trouvent ça très beau. "

adario 26/07/2021 14:30

Merci AF30 pour votre réponse comme toujours argumentée. En effet, M. Macron, "moâ" irresponsable, prétentieux, soutenu par une femme et une clique avide d'en prendre le plus possible quand il est encore temps et que les circonstances (en l'occurrence les vacances) le permettent, "décide" mais... et comme le répète la vox populi : ça nous pend au nez, la suite risque d'être difficile et comme l'a dit un ex Président : "ça va mal finir".

Bien que madame ait été, paraît-il, professeur dans un établissement qu'on nous ressasse "prestigieux" (et au juste... avec quels diplômes), elle devrait se pencher et faire un cours à son chérubin sur l'Histoire et voir que les choses peuvent aller très vite : le mécontentement dû à des faits économiques, politiques, qui couvait depuis une dizaine d'années (entre autres par ex.: la "guerre des farines 1775" qui a contribué à accentuer misère et famine), s'est focalisé avec - et après - la réunion des Etats-généraux (mai 1789) pour éclater tel un pétard en juillet.

Mais comme Marie-Antoinette, madame préfère montrer ses "hardes" luxueuses pour étaler sa prétendue élégance et voilà comme l'Histoire peut présenter des analogies... pour le moins troublantes.

AF30 26/07/2021 19:03

Avez-vous remarqué l'absence de Brigitte à ce voyage dans le Pacifique ?
Pourtant ce voyage c'est une sacrée belle balade. Le Japon, Tahiti, les Marquises c'est pas mal du tout. Surtout pour, dixit l'intéressée, un couple fusionnel.
Du coup mon épouse soupçonne des travaux esthétiques de grande ampleur, genre gros-œuvre.
Le montant de la facture du pomponnage dont il est question dans un précédent article va grimper sérieusement.
Et puisqu'il est question de pomponner, de pomponnage on pense inévitablement à la pomponnette de la femme du boulanger et à la fameuse tirade. En tout cas il ne pourra pas le lui servir puisque c'est lui qui s'est absenté pourtant on l'imagine bien lui lancer :
Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la pomponnette... Garce, salope, ordure, c'est maintenant, que tu reviens ? Et le pauvre pompon, dis, qui s'est fait un mauvais sang d'encre ! Il tournait, il virait, il cherchait dans tous les coins... Plus malheureux qu'une pierre, il était... Et elle, pendant ce temps-là avec ses chats de gouttières... Des inconnus, des bons à rien... Des passants du clair de lune. Qu'est-ce qu'ils avaient, dis, de plus que lui ?

Gensane 26/07/2021 16:05

Bribri d'amour a enseigné à La Providence, collège (puis lycée) fondé par des jésuites. Bon niveau depuis le début (Des Grieux, dans Manon Lescaut, y fut élève). Pour y enseigner, Bribri a sûrement dû passer le CAPES des l'enseignement privé. J'ai fait mes études de lycée juste à côté, dans le grand lycée public. Parmi les anciens élèves de la "Pro", comme on dit, François Ruffin, Laurent Delahousse et, bien sûr, Leclerc de Hautecloque, dont la cloque n'était d'ailleurs pas si haute que cela. Parmi les anciens élèves du lycée public, à part moi, Jean-Pierre Pernaut, Gérard Larcher (en prépa), René de Obaldia et mon vieux copain le sénateur Christian Manable.

AF30 26/07/2021 11:01

Io
À propos des manifs antivax et de loi en question, il y a eu le " j'accuse " de Zola il y aura dorénavant le " j'assume " de Macron sur le pass sanitaire répété à nouveau à Tahiti.
Sauf que comme à son habitude, à lui mais également comme à celle de ses camarades, il a en détourné le sens et la logique. En effet la formule est implicite et non déclarative quand elle accompagne une responsabilité : un instituteur, par exemple, ne dira pas " j'assume la sécurité de mes élèves mais il en fera un de ses devoirs. À contrario la formule se justifie à posteriori d'un fait aux conséquences graves et lorsqu'il est le produit d'une défaillance de décisions dont on est responsabilité.
Ainsi lorsque Macron dit j'assume à propos d'une décision, l'affirmation est inutile et sans conséquence, elle le serait s'il advenait un ou des problèmes graves et la possibilité de sanctions pénales.
On peut supposer que dans cette seconde hypothèse il ne le dira pas.
Mais pire que tout en le disant au moment où il le dit, il déclare à tous sa prétendue supériorité sur tous les citoyens ou dit autrement c'est une façon polie de nous dire " j'ai décidé et je vous emmerde "
Comme à son habitude.

adario 26/07/2021 10:28

" 1- Le premier qui dit, se trouve toujours sacrifié
D'abord on le tue, puis on s'habitue
On lui coupe la langue, on le dit fou à lier
Après sans problème, parle le deuxième

Refrain:
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté

2- J'affirme que l'on m'a proposé beaucoup d'argent
Pour vendre mes chances dans le Tour de France
Le Tour est un spectacle et plait à beaucoup de gens
Mais dans le spectacle. y a pas de miracles

Refrain:
Le coureur a dit...

A Chicago, un journaliste est mort dans la rue
Il fera silence sur tout ce qu'il pense
Pauvre Président, tous tes témoins ont disparu
En choeur ils se taisent, ils sont morts les treize

Refrain:
Le témoin a dit ..

4 - Le monde doit s'enivrer de discours, pas de vin
Rester dans la ligne, suivre les consignes
A Moscou, un poète à l'union des écrivains
Souffle dans la soupe où mange le groupe

Refrain:
Le poète a dit...

5 - Un jeune homme à cheveux longs grimpait le Golgotha
La foule sans tête était à la fête
Pilate a raison de ne pas tirer dans le tas
C'est plus juste en somme d'abattre un seul homme

Refrain:
Le jeune homme a dit...

6 - Combien d'hommes disparus qui, un jour, ont dit non
Dans la mort propice, leurs corps s'évanouissent
On ne se souvient ni de leurs yeux, ni de leur nom
Leurs mots qui demeurent chantent juste à l'heure

Refrain:
L'inconnu a dit...

7 - Ce soir avec vous, j'ai enfreint la règle du jeu
J'ai enfreint la règle des moineaux, des aigles
Vous avez très peur pour moi car vous savez que je
Risque vos murmures, vos tomates mûres

Refrain:
Ma chanson a dit la vérité
Vous allez m'exécuter " (La Vérité, Guy Béart, 1967)

Ben nous voilà revenus à une situation qui rappelle d'autres situations ! Nous y sommes à la fin de ces années de notre adolescence et de notre jeunesse sous la présidence d'un certain Général avec comme premier ministre un certain Georges Pompipi... Pompipi... Pompidou.

Mais surtout, surtout si vous vous voulez que vos vacances soient sereines, ne faites pas l'effort de chercher quelques convergences !!