Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 05:08

 

 

Rébecca Gensane a été empêchée de défendre ses chances sur 200 4N par les organisateurs des championnats d’Europe junior à Rome. Sur le papier, elle allait en demi-finale et avait une bonne chance d’accéder à la finale.

 

Elle n’aura pas été la seule à être victime d’un vrai déni de justice.

 

La veille de l’épreuve, c’est-à-dire le 8 juillet, les organisateurs font passer à tous les nageurs un test Covid buccal, ce qui est un peu léger (rien ne vaut les tests buccaux pour créer des faux positifs)... Rebecca passe le test à 16 heures. Vers 17 heures vont être testés des nageurs qui seront déclarés positifs au Covid.

 

Les résultats parviennent aux nageurs à 7 heures du matin le 9 juillet. Dans quatre équipes, des nageurs sont positifs. Deux dans l’équipe de France. L’organisation déclare cas contacts tous les nageurs des quatre équipes. Rébecca est d’autant plus cas contact possible que l’une des deux nageuses de l’équipe de France testée positive est sa compagne de chambre. Rébecca nous en informe vers 8 heures. Elle qui s’était entraînée cinq heures par jour depuis des mois en vue de cette épreuve est effondrée.

 

Un contre-examen est planifié, suivant le protocole, le matin même. Le problème est que les analyses ont lieu pendant les séries, dont les nageurs et nageuses des quatre nations sont absents. Les résultats tombent : aucun des nageurs de ces nations n’est positif et n’aura à être confiné pendant dix jours, seul dans une chambre d’hôtel à Rome. En tant que parents, Nathalie et moi respirons : notre fille n’est pas malade.

 

Les représentants de l’équipe de France demandent à ce que les nageurs empêchés le matin (qui sont dans les transes, alternant tension et abattement) puissent être intégrés dans les demi-finales. C’est techniquement possible puisqu’il y a vingt lignes pour seize demi-finalistes. Á défaut, ils suggèrent que les nageurs privés de séries nagent entre eux en début d’après-midi.

 

Refus des organisateurs qui ont été incapables de tester les compétiteurs correctement et qui assument tranquillement un déni de justice manifeste.

 

Apparemment, il ne s’agit même pas d’une combinazzione, cette délicieuse pratique qui fait le charme de nos amis transalpins. Du moins espérons-le...

 

 

PS : Ici le communiqué de la FFN.

 

Ci-dessous la lettre de Monsieur Schweitzer (responsable des entraîneurs de l'équipe de France pour cette compétition et entraîneur de Rébecca à Font-Romeu) :

 

 

 
Aux parents des nageurs, aux Présidents de club des nageurs sélectionnés,
Bonjour,
Ce message pour vous informer des événements improbables qui se sont déroulés hier à Rome.
Cette 4ème journée des championnats d'Europe devait permettre aux 3 nageurs de Font-Romeu (Camille, Rébecca et Lucien) sur les 4 sélectionnés de vivre leur 1ère demi-finale Européenne. Ils disputaient en effet tous les 3 leur épreuve phare. (pour Rébecca et Lucien, c'était la seule épreuve sur laquelle ils s'étaient qualifiés)
Jeudi après-midi, nous avons dû passer 1 test salivaire de milieu de séjour imposé par l'organisateur. (protocole Ligue Européenne de Natation).
Vendredi matin, nous avons appris que 2 nageuses de la délégation française étaient testées positives. Elles ont été isolées et l'ensemble de la délégation est resté confiné dans les chambres. Nous avons passé un 2ème test salivaire contrôle dans la matinée pour que l'on nous indique finalement que personne n'était contaminé et que nous pouvions retourner en compétition.
C'est à ce moment que nous avons tenté par tous les moyens (contact direct du Directeur Technique National avec la LEN, contact avec le Président de la FFN, intervention auprès du juge arbitre via l'officiel français de la compétition) d'être force de proposition auprès de l'organisateur pour que les nageurs qui subissent cette injustice puissent concourir et être classés. Cela a abouti à une fin de nous recevoir.
J'ai également pris l'initiative d'informer la DTN des conséquences directes qu'engendraient ces forfaits non volontaires, et particulièrement la non possibilité de défendre ses chances d'accéder aux listes ministérielles "relève" pour la saison prochaine. Pour entrer en demi-finale du 200 4n, il fallait nager en - de 2'21"57 (Camille a réalisé 12x cette performance sur les 12 fois nagées cette saison, Rébecca 9 sur 13) , il fallait également nager 2'18"69 au 200brasse ; Lucien qui l'a nagé 1 fois début juin était tout à fait capable de reproduire cette performance).
Hier soir, la LEN a proposé au Responsable d'équipe de permettre aux nageurs de nager ce matin en série 0, mais sans classement possible.
Le staff a souhaité refuser directement cette offre en indiquant que, sportivement, cela n'avait aucun sens dans la mesure où les nageurs ne seraient pas classés et ne pouvaient pas défendre leur chance de figurer dans un classement européen.
Bien sûr, il n'y a pas "mort d'homme", mais je tenais à relater en toute transparence le déroulement des événements de cette journée cauchemardesque. 4 autres nageurs du collectif France ont également subi cette injustice.
Avant de partir en vacances et de mettre un terme à cette saison particulière, les nageurs seront engagés aux championnats Open été de Dunkerque. Je souhaite bien entendu qu'ils puissent digérer leur déception et exprimer leur potentiel. Á nous de les accompagner pour qu'ils décident de le faire.

 

 

 

Rébecca Gensane – et d'autres nageurs – victimes d'un scandale sanitaire à Rome
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Effarant ! Le covid est une maladie mentale.
Répondre
G
La PLANDÉMIE a ramolli les cerveaux . Z'étaient déjà pas bien fermes alors là .... Mais un conseil , ne vous faites aucun souci quand à la santé de vot' fillote si elle était "positive" ; elle risquerait moins une complication que gagner au loto ! une seule chose positive à tout ça , le fiasco des prochains JO du fric à Tokyo !
Répondre
G
https://www.facebook.com/100003758212408/videos/347126893467153/
G
Elle était négative comme tous les autres