Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 05:20

Après trois semaines de Tour de France, les commentateurs sportifs ont pu s’exprimer tout à loisir pendant la quinzaine des Jeux Olympiques. Et là, tous les poncifs langagiers nous ont pollué les oreilles.

 

Il n’y a pas encore si longtemps, Patrick Montel était le champion hors catégorie avec ses « ce coureur est fréquent, il est présent dès qu’il y a un challenge. » Avec ses « départs canons » qui débouchaient sur des « performances stratosphériques ». Mais le pauvre Patrick a été viré par le service public pour, semble-t-il, s’être exprimé un peu trop librement sur le dopage chez les sportifs de haut niveau. Ne jamais gêner la circulation des pépettes, telle est une des règles d’or du sport de compétition à la télé. Même, et surtout, si l’on contribue à l’appauvrissement de la langue française.

 

Ses successeurs ont légèrement renouvelé les poncifs. Je n’en retiendrai ici qu’un seul :   « évidemment », parfois modulé en « bien sûr ». Lorsqu’un commentateur utilise 15 fois « évidemment » en trois minutes dans des contextes différents, il y a évidemment (sic) un loup et on peut parier sans risque que rien n'est évident. Quelques exemples :  « Au départ de cette série, évidemment le Russe Leonid Brejnev » ; « Brejnev est évidemment favori mais il devra bien sûr faire ses preuves en demi-finale » ; « Après l’athlétisme, nous passerons évidemment le relais à l’aviron, où nous attendent bien sûr de bonnes surprises » ; « Nos représentants ont eu, évidemment, la visite du Président de la République » » ; « Maintenant une respiration publicitaire avant de retourner, évidemment, à l’athlétisme » .

 

Je termine volontairement (et évidemment) sur cet exemple de respiration car je crois que c’est là que le bât blesse. La pub a envahi les retransmissions des événements sportifs les plus prestigieux au point que rares sont ceux auxquels on peut assister en continu. Ceux sont les publicitaires qui imposent leur programme en déterminant la fréquence et la longueur de leurs intrusions. D’où cet abus d’« évidemment/bien sûr » dans la bouche de présentateurs qui ont cessé d’être des journalistes indépendants pour devenir des auxiliaires, des metteurs en valeur de la pub. A noter que les passeurs de plats/journalistes n'annoncent pas "Une page de publicité" mais "Retour par Paris". On est petit-vérolé mais on le cache comme on peut. C’est pourquoi ils nous abreuvent de cette modulation accorante et persuadante pour faire croire qu’ils sont aux commandes et qu’ils sont en  pleine et exclusive connivence avec les téléspectateurs.

 

A lire ce très intéressant article de La Voix du Nord, avec le plus minable et penaud "évidemment" de Laurent Luyat lors de sa quinzaine olympique.

 

Ci-dessous, une pub lors des JO de Tokyo en 1964.

Les JO, « bien sûr évidemment »
Partager cet article
Repost0

commentaires