Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2021 4 09 /09 /septembre /2021 05:01

Ces dates se rapportent à deux événements que les médias n'ont guère mis en relation l'un avec l'autre. Il s'agit de la prise de Kaboul par les talibans (donc de leur victoire finale, après 20 ans de guerre, sur les Occidentaux) et du refus, par la Cour suprême des États-Unis, d'examiner une loi de l’État du Texas (gouverné par les Républicains), loi qui interdit de facto l'IVG au-delà de six semaines, y compris en cas d'inceste ou de viol (et ce refus d'examen est revenu, en fait, à laisser passer cette loi sans s'y opposer).

Où est la relation ? Il faut, pour la voir trois, exposer trois ordres de fait :

1. La victoire des talibans a été présentée comme une grande menace pour le statut des femmes afghanes. Celles-ci risquent d'y être de nouveau soumises - comme dans tous les pays musulmans régis par la charia (l'Arabie saoudite, le Pakistan, le Soudan, le Yémen, l'Afghanistan...) à une lourde sujétion masculine (maritale et patriarcale - de la part du père, de l'oncle ou du frère), notamment dans le domaine de la profession, de l'éducation, de la sexualité et de la procréation.

[Par exemple, un travail universitaire rédigé en 1995 par la doctorante canadienne Lyne Marie Larocque établissait que, dans nombre de pays musulmans, le viol n'est pas distingué de l'activité sexuelle ordinaire, et qu'en cas de viol (par n'importe qui, y compris par un ascendant, un frère ou un oncle), c'est la femme violée qui est considérée comme souillée - et son opprobre rejaillit alors sur toute la famille - souillée et coupable ! Coupable au point qu'elle est souvent bannie... quand elle n'est pas carrément assassinée par ses proches].

2. L'affrontement entre les Étasuniens et les talibans a souvent été vu, de façon emblématique, comme un conflit de civilisation, l'Afghanistan des talibans étant présenté comme le contre-modèle absolu de la société étasunienne, censée, elle, représenter la liberté, l'émancipation, la prééminence des droits de la personne, l'éducation, l'ouverture aux autres, bref ce qu'à l'époque de la guerre froide, on appelait "le monde libre". [Par opposition au "totalitarisme communiste", censé représenter, selon les propos de Ronald Reagan, l'empire du Mal]. En outre, dans les fantasmes de l'extrême-droite française et européenne, le monde musulman est vu comme une menace de submersion migratoire et de subversion des valeurs du monde "chrétien", c'est-à-dire de l'empire du Bien.

3. La loi texane interdisant tout IVG au-delà de six semaines est une loi très restrictive et très régressive. En effet, comme une femme a ses règles en moyenne toutes les quatre semaines, elle n'a que deux à trois semaines (également en moyenne) pour se rendre compte de son aménorrhée - donc de son début de grossesse. Et, à ce moment-là, elle a souvent dépassé le délai légal et elle tombe sous le coup de la loi. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que la loi texane, de facto, encourage carrément le viol et l'inceste par ascendant... Et comme cette loi n'a pas confié aux autorités judiciaires mais aux simples citoyens le soin de dénoncer à la justice les femmes qui se sont fait avorter, on peut imaginer que - perversité suprême ! - ce soit le violeur lui-même qui aille dénoncer sa victime qui se serait fait avorter...

Ce lien entre deux des idéologies les plus rétrogrades du monde est bien illustré par le numéro du magazine Rivaroldu 1er septembre. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Rivarol est un organe d'extrême-droite pétainiste, pro-hitlérien, intégriste catholique, homophobe (il nomme les homosexuels des "invertis" et les couples homosexuels des "paires"), négationniste de la Shoah, antiféministe, raciste...

Il écrit ceci : "Certes, le sort des femmes afghanes ne sera pas fameux à partir de cet été, mais la lutte féministe n’est pas du tout la nôtre ; en Occident, elle a servi de prétexte à la destruction de la famille. La victoire des Taliban est une incontestable défaite de l’axe américano-onusien mondialiste." On ne saurait "mieux" dire (ou pire)...

 

Philippe Arnaud

De Kaboul au Texas, par Philippe Arnaud
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
@Philippe Arnaud : Tout à fait d'accord avec vous. la Révolution française est toujours en question et les soubresauts de 1848 ou de la Commune sont là pour le rappeler. On préfère évoquer - disons - la contre-révolution qui met en place un pouvoir unique, fort, pouvoir mis en place par un petit nombre pour assujettir et asservir le grand nombre. Est-il hasardeux de tenter de faire des rapprochements et de prendre conscience que l'Histoire a comme des retours avec des personnages qui ne sont que le prolongement d'autres personnages historiques ? Par exemple, les biographies à la limite hagiographiques sur Marie-Antoinette (pauvre petite reine si belle, si innocente, morte si courageusement sur l'échafaud - comme si elle fut la seule) ne prennent-elles pas comme un petit air d'actualité quand on essaie de lire, aujourd'hui, certains magazines ? <br /> <br /> Mais attention, pas d'amalgames, l'Histoire ne se répète pas ! C'est du moins ce que nos profs essayaient de nous inculquer. Certes, l'être humain passe mais le fond change-t-il ?
Répondre
P
A Adario<br /> <br /> Il est bien possible qu'il y ait, dans l'institution médicale, une opposition sourde et tenace à l'IVG, qui n'a jamais désarmé depuis 1975. Il m'a semblé aussi voir que les professions médicales (médecins, chirurgiens, vétérinaires...) bien que peu nombreuses par rapport à la population, étaient parmi les plus représentées chez les élus de tout niveau (de conseiller municipal à député et sénateur).<br /> <br /> En outre, les idéologies et les rancunes sont très longues à passer : en France, en 2021, il y a toujours une animosité envers la Révolution française. J'ai à ce sujet une déclaration parlante de Le Pen à propos de Valmy et un refus de Gollnisch de reconnaître la validité de la Déclaration des droits de l'homme.<br /> <br /> Or, tout cela date de 230 ans : que dire alors de la loi Veil, qui n'a pas 50 ans ? Ne pas oublier que pour l'extrême-droite française tout ce qui s'est passé depuis 1945 n'a été qu'abomination : l'Epuration, puis les lois du CNR, puis la décolonisation, puis le concile Vatican II, puis toutes les transformations sociétales intervenues dans la foulée de Mai-68. Ces gens-là ont des frustrations incroyables...
Répondre
A
C'est ce qui se passe au Texas et... la France est-elle en reste ?<br /> Depuis la loi Veil, 17 janvier 1975, la mise en oeuvre de l'IVG, en France, a été une longue lutte car de nombreux hôpitaux trouvaient souvent des moyens, des arguments pour faire en sorte que les délais soient dépassés. Différents mouvements féministes ont eu beau le dire et redire pour mettre en garde les différents gouvernements qui se sont succédé, ceux-ci n'ont guère pris en compte ces alertes. Aujourd'hui encore, la loi est régulièrement discutée afin d'être tout bonnement... remise en question. (Elle devient un argument de campagne électorale pour être ensuite remisée aux calendes grecques). <br /> <br /> Est-il étonnant qu'un torchon comme "Rivarol" subsiste et puisse avoir, apparemment, des lecteurs ? Je me rappelle la gifle à Lyon qu'avait reçue Robert Faurisson (abondamment relevée et commentée) alors qu'il aurait dû, depuis un moment, être condamné ! Il est vrai qu'il est mort à Vichy ! Cela ne se passe-t-il pas de commentaires ?
Répondre
P
Pour AF30<br /> <br /> Aux Etats-Unis, l'objectif des anti-avortement est de généraliser la loi texane à tout le pays en comptant que toutes les affaires remonteront à la Cour Suprême. Or, dans celle-ci, les juges de droite ont la majorité, compte tenu des nominations effectuées par Trump. Ces juges étant relativement jeunes, ils peuvent pourrir la vie des Etasuniens pendant encore 20 ou 30 ans.<br /> <br /> Et les Polonais font de même : ils interdisent de facto l'avortement. Et les Hongrois ne sont pas loin de faire de même. Et cette offensive réactionnaire ne se limite pas à cela : en Espagne, des nervis de droite et des voyous, chauffés par le parti Vox, on lynché un homosexuel et en ont mutilé un autre...
Répondre
A
Il y a quand même 1 différence et non des moindres : le contexte.<br /> À Kaboul, toutes les femmes et je suppose les gamines à partir d'un certain âge ont l'obligation de porter la tenue réglementaire. Aux USA et malgré ce qu'on pense des USA et on en pense énormément et justement, les femmes n'ont s'en pas à ces obligations délirantes.<br /> Quant à l' IVG il me semble qu'il y a une énorme différence entre une loi instituée sur la totalité d'un pays et dans celle relevant d'1 état d'un pays. La loi texane d'après ce qui est décrit est évidemment détestable, elle l'est moins cependant qu'en Afghanistan puisqu' au Texas l'IVG tout en étant limitée reste possible.<br /> Il ne s'agit de se satisfaire du moindre mal car comme disait quelqu'une le moindre mal c'est toujours le mal mais suggérer une équivalence entre les 2 situations revient à diminuer l'horreur de la situation la plus grave. <br /> Il va de soi qu'il ne s'agit pas de sous-estimer le danger que représente la version occidentale de nos magnifiques talibans.<br /> Et comme disait Alexandre Vialatte : et c'est ainsi qu' allah est grand.
Répondre