Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 05:13

Je ne suis pas physicien de l'atmosphère ou météorologue. Je ne suis ni savant ni sachant en la matière. Juste observant.

 

Sur Facebook, je suis tombé récemment sur une photo du Glacier blanc, dans les Hautes Alpes. J'ai très bien connu ce glacier qui fait face à l'imposant Pelvoux, et que j'ai emprunté une bonne vingtaine de fois quand mes jambes et mes poumons étaient plus vaillants. C'était une randonnée exigeante, mais pour finir assez facile que l'on pouvait faire en famille. J'adorais cette montée vers le refuge du Glacier blanc à 2500 mètres, puis vers le refuge des Écrins à plus de 3000 mètres. Après la montée que j'effectuais à raison de 700 mètres de dénivelé à l'heure (oui, oui !), le plus dur pour moi c'était la descente : j'avais mal aux genoux et aux chevilles et je manquais d'équilibre dans les passages rocailleux.

 

En montant, j'avais toujours une pensée émue pour un curé extraordinaire qui partait, par tous les temps, du pré de Madame Carle de bonne heure le dimanche matin, marchait rapidement, y compris dans un mètre de neige, jusqu'au sommet et basculait vers la vallée de la Bérarde, un endroit sauvage de toute beauté. Il donnait son office et revenait à son point de départ.

 

Le glacier est d'une longueur de 5 km. Sa largeur varie de 800 à 1 000 m, et s'élève à 1 500 m dans le bassin supérieur. Son épaisseur est d'environ 200 m au niveau du bassin supérieur. Sa surface est passée en dessous des 7 km2 à la suite de la fonte des dernières années. Il ne faut pas être très pessimiste pour envisager sa disparition à moyen terme.

 

Comme il est peu encaissé, il n'est entouré que par une légère surface de roches. La moraine étant quasiment absente, la surface est immaculément blanche, d'où le nom.

 

Pour me mettre en jambes, il m'est arrivé une fois ou deux de “ faire ” le glacier noir ”, son voisin. Du temps de Madame Carle (une femme à la cuisse légère qui connut une fin dramatique), les deux glaciers ne faisaient qu'un. Il y a 35 ans déjà, le glacier noir était complètement noir.

 

Aujourd'hui – on est prié de ne pas se moquer de mon short – je ne pourrais plus fanfaronner à l'entrée de cette grotte de glace qui a largement fondu comme neige au soleil. Il est vrai que le glacier blanc a commencé à reculer à partir de 1870.

 

Pour accéder en voiture au pré de Madame Carle, c'est comme au Pont du Gard. Il faut désormais payer 2 euros. On me dit que le gérant est Vinci. Si non è vero...

Le réchauffement climatique, le Glacier blanc et moi
Le réchauffement climatique, le Glacier blanc et moi

Et puisque nous sommes aujourd'hui dans le moi, j'ai bien aimé l'hommage du banquier éborgneur à Belmondo : 

 

« Nous l’aimons parce qu’il nous ressemblait ».

 

Parfaitement exact !

Le réchauffement climatique, le Glacier blanc et moiLe réchauffement climatique, le Glacier blanc et moi
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Qu'a-t-il ce short si mimi bien de son époque ? Epoque où on pouvait randonner et rentrer fourbu, pour ne pas dire exsangue, mais ô combien heureux ! "Le temps s'en va /.... et nous nous en allons"...
Répondre
G
Oups…