Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2021 4 11 /11 /novembre /2021 05:56
Par Stéphane Riand, pour l'1dex
 
Le Tribunal correctionnel français rendra son jugement le 24 novembre dans l’affaire de la sextape. À cette date, on saura donc si la vedette du Real Madrid sera oui ou non condamnée pour complicité de chantage.
 

En Suisse, l’avant-centre de l’équipe de France aurait à répondre aussi de l’infraction pénale de complicité de chantage. 

 

On verrait assez difficilement dans notre pays Benzema échapper à une condamnation pénale. En effet, il faut ici comprendre que Benzema n’est pas accusé de coactivité dans le chantage, mais simplement de complicité. Il sied donc de savoir si le rôle de Benzema était significatif dans l’ensemble du processus. Or, si l’on se fie aux faits relatés par la presse française, les maîtres-chanteurs devaient avoir accès à Valbuena pour obtenir de la victime quelque obole contre restitution de l’enregistrement ayant provoqué l’idée d’exercer un chantage sur le coéquipier de Karim Benzema. Et c’est là que l’ancien Lyonnais est tombé dans le piège de la complicité. Il a accepté d’informer Valbuena et lui a conseillé d’appeler son « ami ». Cet acte n’est pas rien puisque les joueurs de l’équipe de France étaient inaccessibles, en stage à Clairefontaine.

 

Benzema en acceptant cette tâche subalterne d’intercesseur occasionnel a plongé dans le milieu de la délinquance, celui auquel appartenait, et il le savait, son « ami » d’enfance déjà condamné à plusieurs reprises à des peines fermes. 

 

La complicité de chantage paraît être réalisée au-delà de tout doute raisonnsable. 

 

La question devient sujourd’hui de savoir si le football mondial peut – moralement – décerner le Ballon d’Or à Karim Benzema : comme dirait l’autre, pas sûr du tout en dépit des performances remarquables dudit Karim Benzema.

Comment serait jugé en Suisse Karim Benzema
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
J'aime cette phrase : " La question devient sujourd’hui de savoir si le football mondial peut – moralement – décerner le Ballon d’Or à Karim Benzema " dans laquelle on a glissé entre 2 tirets l'adverbe moralement.<br /> Aujourd'hui qu'on soit un inconditionnel du foot pour un tas de raisons mais coller ce mot au foot PROFESSIONNEL c'est soit naïf soit cynique.<br /> Peut-on dire à contrario que le foot est immoral ? Sans doute pas car même si certains épisodes le sont ( voir par exemple Tapi et l'OM ). La morale ce n'est pas son sujet. Le foot ne cherche pas à l'être. Il s'en exonérera cependant si un intérêt financier est en péril.<br /> On cite souvent la fameuse phrase de Camus : " Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois… ». " Déférence gardée envers le grand homme " peut-être était-ce vrai en son temps compte tenu de ce qu'était le foot mais la logique d'aujourd'hui était déjà en œuvre.<br /> Le football c'est un business, le ballon c'est un prétexte.
Répondre