Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 05:08

Je suis tombé ce 26 octobre sur une manifestation CGT, rue Garibaldi à Lyon, au pied de la tour qui abrite le siège de la SNCF (je persiste à dire « la SNCF » contre la dénomination « SNCF » imposée par des technocrates de droite). Une manifestation malheureusement bien maigrelette.

 

Comme je demandai au militant qui m’avait, après un exposé clair de la situation, affirmé que la SNCF n’existait plus, ce qui existait donc désormais, il me répondit : « des produits pour des consommateurs ».

 

En effet, la SNCF, ce n’est plus que cela : des tarifs segmentés à l’infini en fonction de paramètres et d’algorithmes mystérieux, des concurrences entre les trains (TGV, Ouigo, TER), des recrutements de non-statutaires, la fin de la notion de service public, des licenciements et un accueil du public indigent.

 

Je citerai simplement ici le cas le cas de la réorganisation de la vente – des billets – pas des produits cosmétiques, des boissons ou des fringues prétentieuses – dans les Alpes du Sud.

 

La Société avait décidé que l’accueil et la vente ne seraient possibles dans les gares que de 9 heures à 17 h 30. Contrairement à la volonté de la région qui souhaitait plus d’amplitude. « SNCF » avait reculé. Mais des guichets furent fermés dans certaines gares, comme Chorges ou Sisteron les week-ends et jours fériés. « SNCF » fit preuve d’une maléfique perversité :  il fut demandé aux cheminots de rester cachés derrière le rideau sans utiliser la machine de vente alors que les agents étaient présents du premier au dernier train. Les cheminots ne furent plus autorisés à vendre et à renseigner les voyageurs en dehors d’horaires bien précis.

 

L’objectif ultime et proche – dans la mesure où les clients ne réagissent pas en masse et ne se sentent pas solidaires des cheminots en lutte – étant que la vente des billets et des abonnements ne se fasse que sur internet.

 

Je vais re-re-re-regarder La bataille du Rail

 

La SNCF n’existe plus
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je racontais que j'avais été hospitalisé 5jours. Dans cette situation on est amené sur fauteuil roulant, à la radiologie ou au scanner ou autre spécialiste, conduit par un aide soignant ( j'emploie cette dénomination parce que je connais pas le nom exacte de sa fonction ) <br /> Une de ces fois-la ayant attendu le retour de cette personne, puisqu'il appelé entre temps à d'autres tâches, un temps relativement long, seul dans le couloir, je n'ai pu retenir le reproche même s'il était faiblement exprimé. Le jeune - il avait à peine une vingtaine d'année - m'a expliqué sans entrer dans les détails qu'il avait dû aider au passage au transport d'un autre malade après s'être revêtu des protections adéquates puis de s'en défaire.<br /> J'ai alors compris le rythme auquel il était soumis tout au long de la durée de son travail. Du coup je lui ai demandé sa situation par rapport à la clinique et j'ai compris qu'il était salarié d'un sous-traitant. Il y travaillait depuis 1 mois et sans se plaindre on comprenait qu'il était à bout en raison du rythme auquel il était soumis, aux horaires et à la durée hebdomadaire.<br /> Pour quelle raison je décris tout ça ? Parce vous écrivez " dans la mesure où les clients ne réagissent pas en masse et ne se sentent pas solidaires des cheminots en lutte " et que la chose me paraît peu probable car, comme pour " ma " clinique nous sommes peu informés de ce qui se passe en coulisse. <br /> Après tout les apparences sont lisses et feutrées et malgré quelques petites contrariétés pour l'usager ça roule plus ou moins.<br /> Enfin concernant plus particulièrement l'éclatement de la SNCF on peut remarquer que si la régularité de la partie trains à grande vitesse est respectée il n'en est pas de même pour les TER qui transportent pourtant plus de voyageurs. https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/transports/trains-annules-retards-service-degrade-l-ufc-que-choisir-denonce-la-qualite-des-ter-francais_AV-202105270152.html<br /> Ici aussi s'applique donc la règle libérale qui conduit à privilégier le plus rentable et par conséquent le client et secondairement l'usager.
Répondre
B
Bon film. Papa avait Louis ARMAND, futur président de la SNCF, comme camarade de chambrée à l'X (Je crois qu'on appelle ça "un casert"). Il organisa le réseau "Résistance fer" et il fut "Compagnon de la Libération". Mon père l'aimait beaucoup.
Répondre