Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 05:44

Dénonçant un discours «infantilisant» et une communication «anxiogène» du gouvernement face au Covid-19, Ariel Beresniak, docteur spécialiste en santé publique, se prend à rêver d'une politique sanitaire moins liberticide et plus raisonnée. Malgré les nouvelles injonctions et menaces du ministre de la santé pour gérer l’épidémie de COVID, je me suis surpris à rêver. Ariel Beresniak est docteur en médecine spécialiste en santé publique, docteur en sciences économiques, titulaire d’une habilitation à diriger des recherches, professeur invité à l’université russe d’économie Plekhanov. Auteur de Economie de la Santé (Elsevier-Masson), Dictionnaire commenté d’Economie de la Santé (Masson), Comprendre la Pharmacoéconomie (John Libbey), Dictionnaire raisonné des termes des entreprises du médicament (Flammarion Médecine Sciences).

 

J’ai fait un rêve : que les vols directs et indirects en provenance de la Chine aient été interdits à temps pour ne pas laisser diffuser le coronavirus en Europe.

 

J’ai fait un rêve : que le gouvernement se souvienne de la définition de la santé comme un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie.

 

J’ai fait un rêve : que le chef d’Etat s’entoure d’experts réellement compétents dans les épidémies à virus respiratoires et en évaluation des mesures de santé publique.

 

J’ai fait un rêve : que la puissance publique privilégie la confiance de la population.

 

J’ai fait un rêve : que les transports en commun, écoles et université ferment trois semaines pendant la phase de flambée épidémique, puis immédiatement rouvrent quand bien même le virus circule encore.

 

J’ai fait un rêve : que les patients vont chez leur médecin au premier symptôme.

 

J’ai fait un rêve : que les médecins traitent leurs patients avec tous les médicaments disponibles, usant librement de leur liberté de prescription sous leurs propres responsabilités d’hommes de l’art.

 

J’ai fait un rêve : que des oxymètres de pouls sont distribués à chaque famille et qu’une prescription médicale d’oxygénothérapie précoce à domicile soit systématique au moindre début d’hypoxie.

 

J’ai fait un rêve : que chaque événement épidémique soit une opportunité de renforcer le système de santé et l’hôpital.

 

J’ai fait un rêve : qu’aucun enfant ne se suicide parce qu’on l’a empêché de sortir.

 

J’ai fait un rêve : qu’aucun de nos ainés ne puisse quitter notre monde sans être entouré de ses proches.

 

J’ai fait un rêve : d’aller boire un verre sans avoir à justifier de ma santé auprès du garçon de café.

 

J’ai fait un rêve : que les nouveaux vaccins et traitements soient prescrits par les médecins en fonction des situations individuelles.

 

J’ai fait un rêve : qu’on connaisse pour chaque département l’évolution du nombre de personnes contaminées symptomatiques (morbidité), du nombre personnes décédées à cause du Covid (mortalité) et du nombre de personnes immunisées naturellement (séroprévalence).

 

J’ai fait un rêve : que les politiques s’abstiennent de faire de la médecine.

 

J’ai fait un rêve : que les médecins se contentent de parler aux médias de ce qu’ils connaissent, soit que les réanimateurs parlent de réanimation, les urgentistes parlent de soins urgents, les néphrologues parlent de reins, les urologues parlent de prostates et que les généralistes parlent de ce qui se passe au sein de leurs cabinets.

 

J’ai fait un rêve : que chacun soit considéré avec respect quel que soit son statut de santé ou vaccinal, et que les non-vaccinés ne soient pas considérés comme des empoisonneurs.

 

J’ai fait un rêve : que les jeunes enfants ne considèrent pas l’autre comme une menace mais comme une promesse. Le réveil n'en est que plus brutal. Le ministre de la santé, trop jeune pour la fonction et trop ignorant en santé publique, persiste par sa morgue à convaincre ceux qui l’écoutent encore que l’épidémie se pilote comme un avion à grands coups de manche à balai de mesures coercitives dont l’impact néfaste sur la santé de la population demeure plus important que celui du virus. Ayant coutume d’afficher une traduction simultanée en langue des signes afin d’être certain que les sourds-muets ne ratent pas un seul mot de son discours infantilisant, le ministre de la santé semble se conforter avec jouissance du soutien résigné d’une majeure partie de la population assommée par sa communication anxiogène.  Il n’est toutefois pas certain que l’état de sidération de cette majorité flottante soit suffisant pour que celle-ci se taise jusqu’aux prochaines élections présidentielles. Les troubles actuels dans les départements d’Outre-mer en sont la meilleure démonstration.

 

Le rêve du Docteur Ariel Beresniak
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Mon rêve, à moi, c'est qu'en 2022 les électeurs français votent en majorité pour le programme de LFI.
Mon cauchemar c'est qu'il y a de grandes chances que Macron soit réélu et il ne s'agit pas d'une formule car cette hypothèse me mange le cerveau.
Maintenant il est une règle de laquelle beaucoup de choses se déduisent et entre autres celles qui sont listées dans l'article : la concentration du pouvoir provoque l'apoplexie au sommet et l'anémie à la base. Nous en sommes pas très éloignés actuellement d'atteindre le stade ultime de cette logique.
Ainsi aujourd'hui la décision d'un seul homme situé au sommet de l'état s'impose directement au citoyen lambda, s'immisçant jusque dans son quotidien.
Nous sommes pourtant dans une société complexe et sophistiquée composée de strates et d'imbrications multiples. Pour prendre un exemple je reste toujours étonné qu'au moindre événement un ministre de l'intérieur se déplace alors qu'il existe sur place des représentants de l'état et des compétences. Cette présence outre qu'elle dévalue les responsables locaux, elle mobilise du personnel pour accompagner le dit-ministre et les détourne des urgences à assurer.
À propos du programme LFI, le revue Capital a consacré un article titré " la révolution fiscale ". Le plus intéressant est moins l'article lui-même car il est plutôt factuel que certains commentaires. Je passe sur l'argument des riches qui vont quitter la France ( et dont on s'en fout : bon voyage ! ) mais on y lit le mot " utopie " . Alors, c'est selon, on peut trouver cet argument amusant ou ridicule car c'est celui qu'on dégaine quand tous les autres sont difficilement défendables.
Cela ne veut pas dire que son application serait un long fleuve tranquille et que son contenu serait sans défaut.
Répondre