Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2021 3 22 /12 /décembre /2021 06:02

... et iel (sic) s'appelle Jean-Michel !

 

Depuis au moins les années trente, rien ne vaut l’extrême droite pour faire dans le crapoteux politico-sexuel (notez qu’en écrivant « politico-sexuel », je fais comme l’extrême droite qui adore accoupler deux termes qui n’ont rien à voir, ce qui empêche toute discussion et permet de masquer le vide de la pensée).

 

Une dénommée Natacha Rey, proche de la lettre confidentielle Faits et Documents et du blog Profession Gendarme (Soral et le chanteur Lalanne ne sont pas très loin), affirme, après « une enquête de trois mois », que Bribri d’amour est une transgenre prénommé Jean-Michel. On se souvient que Michelle Obama avait également été accusée par des médias d’extrême droite étasuniens de la mouvance QaNon d’être une transgenre.

 

J’ai vécu de 1964 à 1976 à Amiens ou dans les environs et je peux dire que, vu l’exposition de la famille Trogneux dans la ville, si Bribri d’amour avait été un homme, cela se serait su, ne serait-ce que dans la très importante clientèle du grand pâtissier-chocolatier dont mes parents faisaient partie.

 

La journaliste part d’une photo de famille et pose la question : « Quelqu’un peut-il nommer chaque personne sur cette photo ? » Quelqu’un, peut-être, mais elle : non. En tout cas, avec certitude. Elle laisse entendre que Brigitte pourrait être la fillette assise sur les genoux de sa mère, soit le jeune garçon à gauche de la photo.

Faisons dans le complotisme : Bribri d'amour serait un transsexuel

Pour étayer sa thèse, Natacha Rey fait appel à un site bien connu des internautes, bien utile assurément, mais bien parsemé d’erreurs et d’approximations, comme j’ai pu le constater en m’y rendant pour ma propre gouverne : un de mes grands-pères, pourtant sous-officier puis employé du Trésor, donc figurant dans de très nombreux documents administratifs, est décédé « après le 25 mai 1947 » (sic). En fait, en 1951.

 

Rey s’appuie sur des contradictions – évidentes – trouvées dans deux documents distincts. Le premier nous donne la descendance de Jean Trogneux (1909-1994) :

 

Annie Trogneux 1932

Jean-Claude Trogneux 1933-2018

Maryvonne Trogneux 1937-1960

Monique Trogneux 1941

XX

Brigitte Trogneux 1953.

 

Le second concerne un dénommé Jean-Michel Trogneux « né vers 1944 », dont le père est Jean Trogneux. Assurément, l’expression « né vers », pour un enfant de la bourgeoisie amiénoise est très fâcheuse.

Faisons dans le complotisme : Bribri d'amour serait un transsexuel

Sur Geneanet, Jean-Michel est surnommé “ Le disparu d’Amiens ”, alors que, par ailleurs, une fiche complète lui est consacrée :

Faisons dans le complotisme : Bribri d'amour serait un transsexuel

Ce Jean-Michel a cinq frères et sœurs : Annie, Jean-Claude, Maryvonne, Monique et Bribri d’amour. Est-il le XX du document précédent ? Sur sa fiche, il nous est donné comme “ Ancien dirigeant mandataire de la SAS Les Spécialités Picardes”, une entreprise de confiserie ayant pignon sur rue et qui dégage encore aujourd’hui de réels bénéfices. Après Jean-Michel, elle a été dirigée par Jean-Alexandre puis Jean-Baptiste Trogneux. Il ne semble pas que Natacha Rey ait rencontré des responsables récents de cette entreprise.

 

Sur une première fiche, Bribri d’amour compte cinq frères et sœurs.

Faisons dans le complotisme : Bribri d'amour serait un transsexuel

Sur une reprise de cette fiche, elle n’en compte plus que quatre, exit Jean-Michel.

Faisons dans le complotisme : Bribri d'amour serait un transsexuel

Peut-on en déduire pour autant que Jean-Michel est Bribri, et vice-versa ? Jean-Michel, sors de ce corps !

 

Bribri d’amour a déclaré avoir l’intention de porter plainte.

 

Y'a pas, ce couple d'enfer suscite les émois. Comme quand Élisabeth Moreno, nouvelle ministre chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes, a appelé le banquier éborgneur “ Madame le Président ”. Ou, plus récemment, quand Darmanin s'est légèrement laissé emporté dans un excès incontrôlé de flagornerie : “ Emmanuel Macron est attaqué dans sa vie, sa femme, ses enfants, son mari ”.

 

PS : on ne répètera jamais assez que, lorsque Bribri d'amour se lance dans une liaison avec le futur banquier éborgneur, elle est dans l'illégalité la plus totale : “ le fait, par un majeur, d'exercer une atteinte sexuelle sur un mineur de quinze ans est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 euros d'amende ” (article 227-24-1).

 

Pauvre Gabrielle Russier...

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
@Guy : effectivement c'est troublant !! Mais... dans combien de couples celui qui porte la culotte n'est pas celui qu'on croit ? Et, si madame Macron n'a rien de bien féminin, monsieur n'a guère plus de masculin !
Répondre
G
https://twitter.com/PMacgoohan/status/1471087171838820358?s=20 faites visionner ces 10 secondes aux femmes et filles qui vous entourent et observez leur réaction ! chez moi elles sont toutes restées bouche bée ...<br /> PS cela ne prouve rien du tout mais au moins , on sait qui porte la culotte dans le couple ! lol
Répondre
A
AF30 : peu importe les fautes d'"aurtografe" que nous pouvons faire avec cet engin diabolique qu'est l'ordi sur lequel nous allons et écrivons trop vite d'où, inévitablement, des fautes ! L'essentiel réside dans le contenu et vos réflexions sont remarquables et toujours emplies de justesse et de constats pertinents ! <br /> <br /> Quant à Brizitte, lorsqu'on regarde les photos de la famille Trogneux étalées avec beaucoup de soin et de complaisance sur Internet, elle est bien, de toute évidence, du sexe féminin. Chacun peut apprécier ou pas son physique mais il est certain que la morale - que les personnes de ma génération ont connue surtout lorsqu'on a été enseignant - laisse on ne peut plus à désirer. Et je maintiens que son histoire avec un garçon mineur de près de 25 ans de moins qu'elle aurait, certainement, été sévèrement réprimée dans un établissement public. <br /> Je dis cela car j'ai connu un cas semblable, en Fac (c'est ce qu'on disait à l'époque) entre un prof et une étudiante pourtant majeure, que le Département de la Fac (poussé par l'administration) a sévèrement sanctionné : le prof a été muté illico dans une autre Université (disons) à... Pétaouchnok ! Quant à l'étudiante, je ne sais pas ce qu'elle est devenue vu qu'elle était déjà mariée ! Alors si madame Auzière avait enseigné dans un établissement public, que serait-il arrivé ? Décidément par peur du scandale la bourgeoisie, surtout locale, est championne en hypocrisie...
Répondre
A
Concernant le début des amours de Brigitte et d'Emmanuel et la discrétion et le mensonge dont il bénéficie j'y ai pensé récemment en raison du sort inverse qui a été réservé au nageur Yannick Agnel<br /> À 1 ou 2 ans d'écart d' âge entre les victimes on se trouve confronté au même délit.<br /> Et ce n'est pas tant l'écho qui a été donné au cas Agnel qui fait problème mais par opposition le silence qui est observé sur le cas Trogneux et qui met en évidence la bienveillance et l'allégeance de la presse au pouvoir.<br /> Sur le cas de Jean Michel/Brigitte j'ai entendu un début d'èdito - début parce qu' au bout de 5 ou 6 phrases j'ai changé de chaîne - de Natacha Polony sur le sujet et qui lançait des grandes tirades sur la morale, l'étique, la déontologie, bref plein de choses qui sont intéressantes, forcément, mais bien absentes quand il s'agit de réduire le droit des chômeurs ou du sort que réserve au plus faibles les lois de la macronie.
Répondre
A
En fait il faudrait que je laisse mes commentaires reposer plusieurs heures avant de les poster j'éviterais peut-être mais pas sûrement les fautes qui me font honte. Éthique avec un H a priori c'est mieux ou encore réserve avec e.n.t. à la fin c'est fortement conseillé quand il s'agit d'1 pluriel.