Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 06:38

Mon poissonnier me met régulièrement en garde contre le saumon en provenance de Norvège. Il est bourré de médicaments, d’un insecticide, le diflubenzuron, non reconnu par l’Europe. Et autres joyeusetés. Les Français sont les seconds consommateurs de saumon au monde. Donc les seconds empoisonnés puisque 80% de notre consommation vient de Norvège. On ne trouvera pas de saumon sauvage de Norvège chez nos poissonniers car c'est une denrée de luxe, très chère, qui n'est pas exportée et qui est réservée à quelques Norvégiens privilégiés.

 

En photo d'illustration, un saumon d'élevage attaqué par des poux. Absolument banal.

 

Ci-dessous un article de Jérôme Henriques publié par Le Grand Soir.

 

 

Le saumon est considéré comme un produit phare des fêtes de fin d'année et une majorité de français s'apprêtent à en consommer. Pourtant, derrière son image festive et conviviale, ce produit cache une réalité bien plus glauque.

60% de la production mondiale provient de l’élevage.

Il existe deux sortes de saumons : le saumon du Pacifique et le saumon d’Atlantique. Le premier est essentiellement péché en mer (Alaska, Russie, Japon ...) tandis que le second provient essentiellement de fermes d’élevage (Norvège, Chili (1), Royaume-Uni...) (2). A elle seule, la Norvège assure environ 60 % de la production mondiale (totale) et 90% de la production Atlantique. La France, elle, est le deuxième consommateur mondial (après le Japon). Elle importe environ 120 000 à 130 000 tonnes de saumon chaque année, dont 66% en provenance de Norvège.

Un poisson migrateur ... dans quelques mètres carrés

Les conditions de vie en élevage n’ont pas grand chose à voir avec celles de l’animal sauvage. Déjà, le saumon étant un animal anadrome (vivant naturellement en mer mais remontant les rivières pour pondre), il s’agit de simuler artificiellement cet environnement. Ainsi, les saumons naissent généralement sur la côte, dans une écloserie (en eau douce), avant d’être placés au bout d’un an dans une ferme de grossissement. Là, ils passeront environ deux ans, dans des enclos (en mer) ou des bassins (alimentés en eau de mer) avant d’être abattus.

Des poissons modifiés génétiquement et hormonalement

En élevage, seule la logique économique compte. Ainsi, parce qu’elles grossissent plus vite, les éleveurs font croître des femelles stériles. La stérilisation est obtenue par la technique dite de "triploïdisation", une modification génétique au stade embryonnaire permettant d’obtenir 3 chromosomes au lieu de 2. Quant à la "femellisation", elle est obtenue en ajoutant à la nourriture des jeunes saumons, de la methyltestosterone, une hormone ayant pour effet de transformer l’ovaire en testicule.

Des conditions de vie sordides

Environ 25 % des saumons d’élevage meurent avant d’avoir atteint l’âge adulte. La surpopulation notamment (entre 50 et 100 kg de poisson par m3) engendre stress, maladies et blessures. Si les cas de cannibalisme ne sont pas rares (insuffisamment nourris, certains poissons attaquent la pupille de leurs congénères), c’est surtout l’infestation par des poux rouges qui constitue le fléau des élevages. Partout sur leur corps, les saumons présentent alors de larges plaques roses (plaies ouvertes), des cloques, signe que les saumons sont littéralement rongés vivants par ces parasites (3).

Des traitements douloureux

Pour s’en débarrasser, les élevages utilisent plusieurs techniques : les jets d’eau haute pression, les bains haute température ou encore le traitement à l’eau oxygénée. Toutes ces techniques causent stress, douleurs et blessures aux saumons et nombre d’entre eux n’y survivent pas. Notons que des techniques plus douces existent (comme l’emploi de "poissons nettoyeurs" se nourrissant précisément de ces parasites) mais celles-ci restent ultra-minoritaires.

L’utilisation de produits toxiques

A cela, s’ajoute les traitements chimiques. Certains se souviennent sans doute du scandale du diflubenzuron en 2011-2012, du nom de ce pesticide interdit dans l’UE mais utilisé en Norvège (hors UE) pour lutter contre le poux rouge. Un produit "hautement toxique pour les organismes aquatiques et capable d’avoir des effets à long-terme sur l’environnement aquatique" selon sa propre notice. A l’époque, l’affaire avait fait grand bruit ... mais depuis, silence radio. Le produit est vraisemblablement toujours utilisé aujourd’hui, mais il est difficile de savoir dans quelle proportion (4).

Nourriture chimique

La nourriture, elle non plus, n’a pas grand chose de naturel. Au programme : farines animales (poissons, cochons, poulets ...), farines végétales (soja ...), huiles de poisson, huiles végétales, glucides, vitamines, minéraux ... et un pigment de synthèse, l’astaxanthine, qui permet de donner au saumon sa couleur rose (en liberté, il l’obtient naturellement en mangeant des crevettes). Plus problématique, l’utilisation d’éthoxyquine (un conservateur censé éviter l’oxydation des saumons pendant le transport), lui aussi classé toxique (5).

Contamination de l’environnement

Bien évidemment, ces substances toxiques se retrouvent dans l’environnement. A cela s’ajoute une contamination par les fèces : un élevage type (plusieurs centaines de milliers de têtes) génère autant qu’une ville moyenne (50 à 100 000 habitants) ; or, ces fèces participent à l’eutrophisation du milieu (croissance d’algues), appauvrissant ainsi la faune et la flore. Autre contamination, celle par les poux : rejets d’eau, évasions ... ces parasites finissent par toucher les populations sauvages, déjà fortement en baisse (elles ont chuté de plus de moitié en 20 ans) (6).

Des actes de cruauté

On peut ajouter à ce tableau (déjà bien noir), des cas de maltraitance caractérisés, filmés ici ou là par des associations animalistes. Une maltraitance provenant d’actes gratuits (poissons balancés sur le sol ou dans des poubelles tels des ballons de basket ...) (7) ou des conditions d’élevage et d’abattage elles-mêmes, induisant la plupart du temps une agonie prolongée (asphyxie dans une eau insalubre, asphyxie à l’air libre, paralysation/asphyxie au CO2, bain électrique, assommage manuel, saignée sans étourdissement préalable...)

Les poissons, ces êtres sentients

De récentes études ont montré que les poissons ressentent la douleur, et ce, d’une manière très similaire à la nôtre. D’autres ont montré qu’ils étaient dotés d’une véritable vie intérieure, qu’il s’agisse de ressentir des émotions, mémoriser des expériences, ou encore élaborer des comportements stratégiques. Rien ne nous oblige à participer, de par notre alimentation, à la souffrance de ces êtres sentients (ni d’ailleurs à celle des autres animaux). Pour les accros, il existe de très bonnes alternatives végétales (à base d’algues etc.). Et si vous essayiez le Solmon pour Noël ?

Notes

(1) Comme sa localisation ne l’indique pas.
(2) Une ferme d’élevage contient typiquement plusieurs centaines de milliers de saumons (jusqu’à un million).
(3) D’autres maladies touchent les saumons d’élevage, parmi lesquelles des maladies virales (orthoréovirus pisciaire, alphavirus des salmonidés ...), bactériennes (vibriose, furonculose ...), parasitaires (henneguya salminicola, gyrodactylus salaris ...).
(4) Il faut ajouter à cela l’utilisation de nombreux antibiotiques pour lutter contre les infections bactériennes ; à noter qu’en Norvège, la mise en place d’une vaccination à la naissance a permis de limiter fortement leur usage.
(5) Le saumon (d’élevage et sauvage) contient en outre des quantités relativement élevées de métaux lourds, pesticides, PCB, dioxine ... Etant un prédateur (assez haut dans la chaîne alimentaire) et un poisson gras, il les accumule d’avantage que d’autres poissons.
(6) Egalement des cas de contamination virale (orthoréovirus pisciaire ...), lesquelles contribuent à décimer les populations sauvages.
(7) Généralement des poissons jugés non rentables (malades, affaiblis, déformés ...) et traités comme des déchets.

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Bon appétit !
Répondre
A
C'est dur. <br /> En lisant cet article je pense au livre de Fabrice Nicolino, BIDOCHE.<br /> La description, c'est comme ça tout le long du livre sauf qu'ici on peut lire l'article tout d'une traite parce que c'est court alors que dans le livre il faut arrêter la lecture pour souffler un peu devant l'accumulation des horreurs.<br /> Et puis on découvre le ".....diflubenzuron en 2011-2012, du nom de ce pesticide interdit dans l’UE mais utilisé en Norvège (hors UE) " et par cette info nous avons confirmation des règles absurdes de l'UE qui par son allégeance à l'OMC annulent leur exigence sanitaire en permettant l'entrée de produits qui ne les respectent pas. Sans compter évidemment la concurrence qui prétendument non faussée l'est totalement dans les faits.
Répondre