Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 06:31

George Orwell a écrit quelque part qu'il aurait donné toute son œuvre pour une chanson vraiment populaire – un peu comme “ Ah ! le petite vin blanc, chez nous – que les gens auraient reprise lors des fêtes, des mariages etc. Paul McCartney l'a fait (avec son collègue Denny Laine). Et je ne parle pas de ses petits chefs-d'œuvre comme “ Yesterday ” ou “ Hey Jude ” mais de cette chanson écrite dans la presqu'île de Kintyre où il avait une maison toute simple de trois chambres, achetée en 1966 pour 38 000 livres, avec 90 hectares de terre.

“ Mull of Kintyre ” semble venir du fond des temps, au point qu'elle est intemporelle et qu'elle est reprise, effectivement, dans les pubs, les fêtes de village etc., comme toute vraie chanson appartenant au floklore. Elle fut la première chanson britannique à dépasser les deux millions d'exemplaires en disque simple.

Ici les paroles, qui valent le déplacement :

 

Mull of Kintyre, oh brume qui vient de la mer 
Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea 

Mon désir est toujours d'être ici 
My desire is always to be here 

Oh, Mull de Kintyre
Oh, Mull of Kintyre

J'ai voyagé loin et j'ai vu beaucoup de choses 
Far have I travelled and much have I seen 

Des montagnes sombres et lointaines avec des vallées vertes 
Dark distant mountains with valleys of green 

Passé les déserts peints, le soleil s'embrase 
Past painted deserts, the sun sets on fire 

Alors qu'il me ramène chez moi au Mull of Kintyre
As he carries me home to the Mull of Kintyre
Mull of Kintyre, oh brume qui vient de la mer 
Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea 

Mon désir est toujours d'être ici 
My desire is always to be here 

Oh, Mull de Kintyre
Oh, Mull of Kintyre
Balaye la bruyère comme un cerf dans la vallée 
Sweep through the heather like deer in the glen 

Ramène-moi à l'époque où je savais alors 
Carry me back to the days I knew then 

Des nuits où nous chantions comme une chorale céleste 
Nights when we sang like a heavenly choir 

De la vie et des temps du Mull of Kintyre
Of the life and the times of the Mull of Kintyre
Mull of Kintyre, oh brume qui vient de la mer 
Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea 

Mon désir est toujours d'être ici 
My desire is always to be here 

Oh, Mull de Kintyre
Oh, Mull of Kintyre
Sourires au soleil et larmes sous la pluie 
Smiles in the sunshine and tears in the rain 

Ramène-moi encore là où mes souvenirs restent 
Still take me back where my mem'ries remain 

Les braises vacillantes poussent de plus en plus haut 
Flickering embers grow higher and high'r 

Alors qu'ils me ramènent au Mull of Kintyre
As they carry me back to the Mull of Kintyre
Mull of Kintyre, oh brume qui vient de la mer 
Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea 

Mon désir est toujours d'être ici 
My desire is always to be here 

Oh Mull de Kintyre
Oh Mull of Kintyre
Mull of Kintyre, oh brume qui vient de la mer 
Mull of Kintyre, oh mist rolling in from the sea 

Mon désir est toujours d'être ici 
My desire is always to be here 
 
Mull of Kintyre
Mull of Kintyre
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Que de souvenirs en évoquant cette chanson ! Que nous étions jeunes et encore aptes à nous déplacer ! Les Beatles (plus que les Rolling Stones) étaient notre groupe préféré et avec des amis anglais qui s'amusaient beaucoup de notre vitalité à visiter nous chantions bien sûr les Beatles ! En retour ils nous chantaient "Douce France" et "La Mer", chansons qui, à leurs yeux et surtout à leurs oreilles, avaient aussi leur indéniable parfum français ! En ce jour de Noël, merci de nous avoir rappelé que, plus que tout discours, la chanson est intimement liée à la vie et à la mémoire de chacun même si, comme le remarque très justement AF30, une chanson populaire n'a pas forcément le même pouvoir mémoriel et agréable pour tous !
Répondre
A
Dans le film (2002 ) Pour un garçon (About a Boy) Hugh Grant est un oisif ou plutôt un glandeur sympathique qui passe ses journées sur son canapé où il reste des heures à regarder avec indifférence son écran télé ou bien à flâner sans but ou encore à traîner dans des boutiques. Il aime aussi draguer mais à sa façon ou plutôt selon sa nature c'est à dire nonchalamment. <br /> Mais il y a une chose qu'il ne supporte pas c'est une chanson de Noël très populaire écrite par son père et qui est diffusée immanquablement en période de fête.<br /> Cette histoire prouve qu'une chanson populaire n'est pas forcément agréable à tous et pourtant dans ce cas elle permet, grâce aux droits d'auteur, au héros du film de vivre cette vie de promeneur sans contrainte, sans attache, sans conviction. Le mot déambulateur lui aurait plus convenu mais ça fait appareil pour personnes âgées.
Répondre