Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 06:07

 

Passe sanitaire ou licenciement ? Élisabeth Borne veut lancer une nouvelle offensive contre le monde du travail, selon le site Anti-K :

 

« Le passe vaccinal annoncé par Jean Castex vendredi dernier à l’issue d’un énième conseil de défense, constituait déjà une nouvelle offensive contre les non-vaccinés, renforçant l’autoritarisme sanitaire du gouvernement. Depuis, Olivier Véran a mis sur la table une nouvelle mesure envisagée par le gouvernement, un passe sanitaire en entreprises. La 3 janvier, la Ministre du travail Élisabeth Borne convoquait les organisations syndicales et patronales à une réunion en visioconférence pour en discuter.

 

Ce passe sanitaire en entreprise constitue une véritable attaque contre l’ensemble du monde du travail puisque la mesure consiste à menacer de sanctions, notamment de suspension, les salariés qui n’auraient pas de passe sanitaire à jour : « On ne peut pas empêcher les gens de travailler s’ils ne sont pas vaccinés, mais on peut exiger d’eux qu’ils fassent un test », a précisé le ministre de la Santé. Une façon donc d’étendre à l’ensemble des salariés l’obligation de présenter un passe sanitaire à laquelle sont déjà soumis quelques « 2 millions d’employés travaillant dans les hôtels, bars et restaurants », et donc en contact avec du public, précise Libération. Une façon aussi d’imposer, sous peine de sanctions, la vaccination, puisque la durée de validité des tests a été réduite à 24h et qu’ils constituent un coût plus que conséquent pour les non-vaccinés. »

 

 

Le World Socialist Website revient sur la tentative de coup d’État fasciste du 6 janvier 2021 à Washigton.

 

1. Le 6 janvier a été un tournant et un événement unique dans l’histoire américaine. Il s’agissait d’une tentative en règle du président de renverser l’élection afin de rester au pouvoir et d’établir une dictature personnaliste.

 

2. Cette tentative a presque réussi. La tentative de coup d’État a été extraordinairement proche de réussir à renverser l’élection. Elle a échoué entièrement en raison d’erreurs d’organisation, d’inexpérience et, dans certains cas, d’accidents purs et simples.

 

3. Aucune institution de l’establishment politique ne s’est activement opposée à la tentative d’instaurer une dictature. La police était intentionnellement en sous-effectif et fraternisait souvent avec la foule. L’armée a refusé d’intervenir pendant 3 heures, offrant à Trump une fenêtre pour agir. Le Parti démocrate a refusé de lancer un appel à la population pour s’opposer au coup d’État, de peur de déclencher une explosion de l’opposition sociale.

 

4. Le danger de la dictature demeure bien réel. Les tentatives de minimiser les événements du 6 janvier facilitent les préparatifs en cours de Trump pour de futurs complots.  

 

Le site Initiative Communiste rappelle que le 15 JANVIER marquera le 400ème anniversaire de la naissance de Molière. Il soutient l’initiative de l’association COURRIEL pour la résistance au tout-globish. Ursula von der Leyen fait illégalement de l’anglais la langue de travail unique des institutions européennes. L e tout-globish de la mondialisation capitaliste se substitue de jour en jour à la langue de la République avec la complicité de Macron et des euro-gouvernements successifs. Rivale pseudo-patriote de Macron, Valérie Pécresse est une militante du globish et une adversaire déterminée du français, qu’elle déclare « en déclin ». Ne parlons pas d’Hidalgo qui a « vendu » la candidature de Paris aux J.O. en badigeonnant la Tour Eiffel de slogans débiles en globish. Étant donné qu’aucun des candidats de gauche médiatiquement répertoriés ne lève le petit doigt pour défendre notre langue (on se souvient du tonitruant « PCF IS BACK » de Fabien Roussel…), l’avenir de cette dernière est entièrement dans les mains des militants du mouvement populaire.

 
Revue de Presse (388)

 

Á propos de son film Twist à Bamako, Robert Guédiguian, dans L’Humanité,  estime qu’il faut redécouvrir ce qui s'est passé au Mali vers 1960. Un souci d'émancipation, et cette voix particulière de développement pour l'Afrique. Une voix envisagée d'ailleurs par les plus rêveurs de ceux qui portaient ce mouvement, ceux qui étaient favorable à ce mouvement socialiste, comme pouvant être un exemple pour le monde. Ce rêve-là, il faut le redécouvrir, parce qu'il pourrait encore rendre pas mal de services aujourd'hui. Je crois qu'il est toujours aussi nécessaire aujourd'hui, on l'a un peu oublié, mais on peut l’assimiler, de manière critique bien sûr. Il faut en garder l'essentiel, c'est à dire le partage, le sens du collectif et le sens de la fête.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Depuis plusieurs mois j'entends Robert Guédiguian tenir un discours qui ressemble énormément à celui qui se tient à longueur de médias sur le rassemblement â gauche. Ainsi par exemple de cet article de Libération : https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/robert-guediguian-aux-dirigeants-de-gauche-ne-bouffonnez-pas-20210427_36DNPBWLJRFYPE3ATF4E5562EQ/<br /> On remarquera ici que c'est libération qui a été choisi pour porter la bonne parole.<br /> Robert Guédiguian écrit : Mettez-vous plutôt d’accord sur la fin du régime présidentiel – ...– et sur un gouvernement désigné avant l’élection et comprenant des ministres issus de toutes les forces rassemblées "<br /> On ne peut pas faire plus vague et plus artificiellement consensuel. Quelles sont toutes ces forces et rassemblées sur quoi ? <br /> À contrario une chose n'est pas vague c'est que dans cette hypothèse nous obtiendrons en cas de victoire électorale, ce qui reste encore à démontrer, un gouvernement certainement pas de gauche mais au mieux mollement libéral. <br /> Et à nouveau nous entrerions dans un nouveau cycle qui nous éloignerait encore plus de ce que nous souhaiterions. Le délitement en marche en quelque sorte.<br /> Mais le plus triste dans ce genre de refrain sont les mines déplorées qui l'accompagnent. Nous avons donc en même temps la forme et le fond pour désespérer les électeurs qui sont ou seraient de ce côté-là. C'est en quelque sorte l'abomination de la désolation. <br /> Par ailleurs c'est amusant comme il est difficile de se défaire du passé et de ses exemples. On rejoue indéfiniment l'union de la gauche comme si la situation n'était pas différente compte tenu de ce qu'a fait et est devenu le PS ou bien de ce que sont les verts.<br /> Peut-être - on ne sait jamais - le chemin emprunté par LFI demandera plus de temps qu'il est souhaitable et la victoire au bout de celui-ci est incertaine mais il y a des critères à respecter sans lesquels cette victoire serait une défaite, celle d'une alternative. <br /> On remarquera au passage que ce thème de l'union est un sujet inépuisable pour tous nos amis des médias. Il a 2 avantages pour eux. Le premier : il s'agit d'un sujet bateau qui ne demande aucune expertise et qui permet à ces paresseux de discuter sans fin la mine savante. Le second : il leur permet de discréditer tous ceux qui ont une étiquette de gauche, c'est à dire même ceux qui n'en sont plus depuis longtemps, et d'affirmer par avance une impossibilité à la victoire, donc l'inutilité à voter pour un candidat qui en serait le représentant.<br /> Robert Guédiguian me fatigue.
Répondre