Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 06:01

La secrétaire générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies, Amina Mohammed, n’a pas de mots assez durs pour qualifier la situation des femmes dans les régions d’Ethiopie en conflit : « Les femmes éthiopiennes ont été touchées d’une manière inimaginable » et « dans vos pires cauchemars, vous ne pouvez pas imaginer ce qui  leur est arrivé », a déclaré la numéro deux de l’ONU.

 

Pour ces horreurs alimentées par la guerre, « tout le monde est à blâmer » et, au XXIe siècle, il « est inadmissible qu’un être humain puisse infliger [de telles souffrances] à un autre », a insisté Mme Mohammed, en évoquant notamment le sort d’une jeune femme violée sous les yeux de son fils de 3 ou 4 ans et désormais rejetée par son mari, sa famille et la société.

 

« La justice doit être rendue et les responsabilités établies. Quand les hommes partent en guerre, ils reviennent et ce sont des héros, peu importe les blessures qu’ils ont, n’est-ce pas ? Mais pour les femmes blessées, blessées d’une manière inimaginable, elles n’en sortent pas en héroïnes. Elles sont juste exclues ».

 

 

Pour le site Anti-K, il n’y a pas de victoire de la lutte écologiste sans lutte des classes : « Nous avons tous un rôle à jouer dans la prise de conscience globale de cette lutte de classes, par nos idées et nos actions. Mais la clé réside dans le fait que la lutte écologiste, qu’elle soit révolutionnaire ou non, ne peut passer que par la lutte des classes. Ne dit-on pas, par exemple, que « l’écologie sans révolution, ce n’est que du jardinage » ? Hé bien, il s’agit ici de faire prendre conscience aux acteurs des classes dominées qu’ils possèdent les outils pour participer à une grande séance collective de replantage ou de réensauvagemement du monde, pour pouvoir renverser, transformer les choses, et (sur ?) vivre tous ensemble. En des termes plus explicites : l’histoire de la survie de l’espèce humaine et de nombreux autres êtres vivants « n’est que l’histoire de la lutte des classes ». Car c’est bien la lutte contre l’accumulation effrénée du capital qui peut enrayer le désastre écologique qui a commencé avec la mise en place de la révolution industrielle capitaliste, et ce frein réside dans la manière dont les classes populaires peuvent se matérialiser, prendre conscience de leur aliénation, lutter pour leur intérêt et faire changer le cours de l’histoire. A nous de nous en emparer, sans dogmatisme, mais comme un outil rationnel et de lutte. »

 

 

 

Selon le site L’1dex, Le vaccin d’Astrazeneca a rapporté 2,5 milliards de dollars en 2021. Le groupe a mis fin à sa politique de vente de son vaccin à prix coûtant.

 

Le vaccin d’Astrazeneca dégage désormais des bénéfices. Le vaccin du groupe pharmaceutique suédo-britannique Astrazeneca a rapporté 2,5 milliards de dollars en 2021. «Nous avons tenu notre promesse d’un accès large à notre vaccin contre le Covid-19 dans le monde», s’est félicité le directeur général Pascal Soriot. Le laboratoire, qui a d’abord vendu son vaccin contre le coronavirus au prix de revient, contrairement à ses rivaux, avait indiqué en novembre qu’il commencerait à dégager des bénéfices sur les recettes du sérum.

 

 

Dans Le site Le Grand Soir, Bernard Tepper se demande si on peut échapper au précipice vers lequel on s’avance dans le cadre de l’UE ? « Juncker l’a dit : Il n’y a pas de démocratie contre les traités ». Il ne peut donc y avoir aucune politique progressiste dans l’UE et pour en sortir c’est l’Article 50. Mais pour en sortir faut être solide. Il y a deux gros obstacles : d’une part les Français sous-estiment le rôle réactionnaire de l’UE car il est dissimulé par les pouvoir en place, et, d’autre part, la France est dans l’Euro. La sortie ne pourra avoir lieu qu’à la faveur d’une crise paroxystique, avec une majorité solide. Dans tous les cas, comme disait Jean Jaurès : « Il faut partir du réel pour aller vers l’idéal ».

Revue de Presse (393)

 

 

Pour se quitter sur un sourire, appeler le 115 en Isère, c'est plutôt cucudge, comme on dit à Toulouse.

Revue de Presse (393)
Partager cet article
Repost0

commentaires