Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2022 6 02 /04 /avril /2022 05:02

Je fais le plein hier à la station Total proche de chez moi. Au moment de payer, je plaisante avec le caissier : « alors, la baisse du carburant, c'est pour quand ? Vous qui êtes un professionnel, vous devez le savoir... »

 

— Non, me dit-il, je ne suis qu'un collaborateur.

 

Hé oui, quand tu t'exprimes avec la langue de l'autre, tu es aliéné, c'est-à-dire manipulé sans en avoir conscience. Le caissier est tout bêtement un employé, donc quelqu'un recruté sur un emploi. Mais dans le monde lisse, bisounours mais tellement cruel du capitalisme libéral, il n'y a que des collaborateurs, en d'autres termes, des gens qui travaillent ensemble, au même niveau.

 

Mon cher caissier se situe – malgré lui je n'en doute pas – au même niveau que Patrick Pouyanné, le PDG de l'entreprise.

 

Je ne suis pas certain qu'il ait pleinement conscience de la personnalité de celui avec qui il collabore.

 

En 2018, Patrick Pouyanné assiste, contrairement à d'autres grands patrons, au forum économique de Riyad au moment où l'Arabie saoudite est fortement soupçonnée d'avoir commandité l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

 

Fin septembre 2019, il annonce vouloir augmenter le dividende versé aux actionnaires de Total, de 5 ou 6 % contre 3 % jusqu'alors.

 

En janvier 2020, il déclare que le débat sur le réchauffement climatique est « trop manichéen, trop faussé», et invite à ce que « tout le monde retombe un peu sur Terre sur ce sujet énergétique. »

 

Lors de la crise liée au Covid, et alors que l'État le lui demande, Pouyanné refuse de réduire les dividendes versés à ses actionnaires (Total est la plus grande entreprise française avec 900 filiales dans le monde). Il envisage de leur verser 7 milliards d'euros en 2020 alors que les profits de l'entreprise sont en baisse.

 

Dans le contexte de crise économique liée à la pandémie de covid-19, l’État invite les entreprises à réduire les dividendes versés aux actionnaires. Patrick Pouyanné s'y refuse et prévoit de leur verser 7 milliards d’euros en 2020 malgré des profits en baisse. Il envisage de licencier 700 salariés (pardon : collaborateurs) pour équilibrer les finances du groupe.

 

Greenpeace France, Anticor et l’association La Sphinx portent plainte en avril 2021 contre Patrick Pouyanné pour prise illégale d’intérêts. Elles lui reprochent d’avoir profité de sa position de membre du conseil d’administration de l'École polytechnique pour favoriser les intérêts de Total, emploi particulier son implantation d’un centre de recherche et d’innovation au cœur du campus de l’établissement. Le Parquet national financier ouvre en mai 2021 une enquête préliminaire.

 

Durant l'invasion russe en Ukraine de mars 2022, Patrick Pouyanné prend la décision de poursuivre l'importation de gaz russe contre la volonté du ministre de l'Économie Bruno Le Maire (pauvre Nono !).

 

PS : à propose de La Sphinx. Il s'agit d'une association d'élève.e.s et ancien.ne.s élève.e.s progressiste.e.s de Polytechnique. Je suis persuadé qu'il ne leur a pas échappé – iel.les qui pratiquent l'écriture inclusive – que “sphinx ” est un mot masculin, dont le.a féminin.e est “ sphinge ”. Qui trop embrasse mal étreint.e

 

 

Collaborateur
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
À propos des mots qui servent à maquiller la réalité pour en proposer une autre fictive et comme il est question ici des super chefs, il est un exemple que tout le monde a pu entendre. Il s'agit du mot oligarque réservé aux milliardaires russes et les mots capitaines d'industrie aux "nôtres".<br /> Pourtant il n'existe objectivement aucune différence entre les uns et les autres mais on aura compris qu'il s'agit de créer une opposition manichéenne non dite entre nos sociétés dites démocratiques où la situation de grands riches serait légitime et ceux de l'autre côté où leur situation serait douteuse.<br /> Pourtant quelque soit le pays on ne peut s'empêcher de penser aux mots de Balzac : Derrière toute grande fortune se cache un grand crime.<br /> Bien évidemment le crime n'est pas commis directement par la personne concernée et il est souvent le résultat d'une longue chaînes de décisions dont l'origine se situe cependant toujours au sommet.<br /> Par ailleurs l'utilisation du mot oligarque résume à lui seul les réserves que l'on a instinctivement par rapport au récit qui nous est servi sur la guerre russo ukrainienne car ce récit reproduit la même caricature. Pourtant n'aimant ni ces oligarques ni nos capitaines d'industrie nous devrions trouver légitimes les seconds contre les premiers qui seraient moins respectables. Le respect ne convient ni aux uns ni aux autres.<br /> Concernant la situation de ce monsieur Total, il est bon de faire la différence entre sa situation et celle d' un Arnaud. L'un reste un salarié, certes hors catégorie, et l'autre est un patron. L'un peut se faire licencier comme Carlos Ghosn, le second ne le sera pas.<br /> Enfin il est question dans cet article des polytechniciens et on en voit beaucoup notre époque et avec regret ce qu'ils font de leur intelligence et de leur savoir. Je dis cela en pensant au livre de Robert Solé le grand voyage de l'obélisque. On y voit comment des polytechniciens ont participé ingénieusement, au sens premier du mot, à la réussite de ce transport de Louxor à son érection place de la Concorde. La légitimité de ce retrait à Louxor est un autre sujet car ce dont il est question ici c'est de souligner qu'à cette époque ces ingénieurs étaient animés en priorité par objectifs relevant du service public. <br /> Je suppose toutefois que c'est encore le cas de la majorité de ces diplômés et que les têtes de gondoles médiatiques ne font que cacher la forêt.
Répondre
A
En réponse à la réponse :<br /> Merci mais je n'ai pas trop de mal car j'ai été à l'école de Cavanna. Pendant plusieurs années j'ai lu régulièrement ses chroniques dans Hara Kiri puis dans le Charlie Hebdo des premières années qui l'a immédiatement suivi. <br /> Pour donner un exemple de ses analyses je rappèlerai de mémoire et donc non précisément une de ses remarques concernant le conflit israélo-palestinien : afin de démontrer l'absurdité de la revendication juive de la Palestine, il s'interrogeait sur la réaction mondiale si les amérindiens des USA faisaient de même et se mettaient à reconquérir les territoires qui leur ont été volé par les ancêtres des actuels propriétaires. Dans l'hypothèse bien évidemment où ces indiens en auraient les moyens.
B
Mon épouse trouve vos analyses très fines.