Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 06:19
 

 

La mortalité augmente par les deux bouts. Chez les petits enfants, et chez les anciens dont l'espérance de vie en bonne santé stagne quand elle ne recule pas. Là encore il s'agit d'un problème de classe sociale : Treize années d'espérance de vie séparent les travailleurs les plus aisés des travailleurs les plus pauvres selon l'INSEE. Á noter que la championne d'Europe en la matière est l'Italie, devant la Suède. La France est neuvième … derrière Malte.

 

Les données de l’INSEE montrent une augmentation de la mortalité infantile en France depuis 2012. Près de 70 % des décès sont survenus au cours de la première semaine suivant la naissance, dont environ 25 % au cours du premier jour de vie. Dans l’attente des résultats d’une étude en cours pour en connaître les causes et sans minorer l’importance d’une analyse scientifique de cette situation, il est possible de pointer quelques pistes d’explications potentielles qu’il faudra explorer.

Il s’agit tout d’abord du constat de la fermeture massive des maternités dont le nombre est passé de plus de 1 300 en 1975 à 800 en 1996 et à 460 en 2019. Il s’agit d’un processus continu qui se poursuit encore aujourd’hui. Les motivations des pouvoirs publics interrogent sur leur validité puisque des années 1980 à 2000, l’argument mis en avant était celui de la sécurité en affirmant que les petites maternités étaient dangereuses, puis depuis la justification est le manque de médecins accoucheurs disponibles.

Il faut souligner le fait que des études scientifiques sérieuses ont au contraire montré que les petites maternités n’étaient pas plus dangereuses que les très grandes. Par ailleurs la pénurie de médecins a été sciemment organisée depuis 40 ans en diminuant de manière drastique le nombre de médecins formés, ce qui a permis et permet aujourd’hui de fermer des services et des hôpitaux entiers. Depuis plusieurs années, la presse se fait l’écho de la multiplication des accouchements dans des conditions de sécurité inappropriées du fait de l’éloignement des maternités et donc de temps d’accès croissants.

À cela s’ajoute la saturation des structures existantes qui n’assurent plus le suivi mensuel des femmes enceintes, normalement obligatoire, les renvoyant sur la médecine de ville qui n’a pas les moyens de s’en occuper. De plus, au moment de l’accouchement, comme c’est le cas par exemple à la maternité de Saint-Denis, une des plus grosses de France, il est demandé régulièrement aux femmes qui y sont suivies de se diriger vers d’autres hôpitaux du fait du manque de places. Tout ceci concoure à une prise en charge dégradée, entraînant des risques importants pour la mère et l’enfant à naître.

Nous pouvons évoquer aussi le démantèlement des services de Protection maternelle et infantile par de nombreux départements qui en assurent la gestion de par les lois de décentralisation. En effet, ce service de santé publique pour le suivi des femmes enceintes et des jeunes enfants a été délaissé du fait de choix idéologiques des élus en place qui n’acceptent pas que la santé soit un service public de proximité gratuit et accessible à tous, notamment aux plus défavorisés. Tout ceci montre bien que la santé est une question politique dont les citoyens doivent s’emparer car ce sont eux les meilleurs experts pour savoir ce qui répond le mieux à leurs besoins.

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier- SAMU 93

 

Source

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires