Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 06:01

Selon Ouest-France, près de La Roche-sur-Yon, un collège porte le nom de l’écrivain Russe Alexandre Soljenitsyne qui s’était rendu en Vendée en 1993. Des syndicats d’enseignants demandent qu’il soit remplacé par celui d’un poète ukrainien.

 

Les syndicats Sud Éducation 85, SGEN CFDT 85, CGT Educ’action 85, FA groupe Henri-Laborit et Attac Vendée « exigent le changement de nom du collège, en soutien aux peuples victimes de la folie meurtrière de Poutine ».

J'observe que le syndicat auquel j'appartiens depuis plus de 50 ans (la FSU) n'a pas signé cet appel honteux. Quant à ce qui reste de la malheureuse ATTAC...

 

Philippe Dossmann, dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, rapporte que la campagne d’affichage choisie par Strasbourg contre le racisme et l’antisémitisme fait parler d’elle sur les réseaux sociaux. L’opposition estime qu’elle réduit ces combats républicains à des clichés sur les signes religieux.

L’ancien adjoint, Mathieu Cahn, est monté au créneau sur Facebook en stigmatisant les signes religieux portés par certains (deux garçons arborent des kippas, une jeune femme un voile) : « Non l’avenir de Strasbourg et de la République ne doit pas avoir comme visage l’affirmation des particularismes… »

Revue de Presse (398)

 

Selon Voici, un débat de fond agite le parti socialiste : «  Anne Hidalgo et son époux restent plus soudés que jamais. Une histoire qui n'est pas près de s'arrêter alors qu'ils s'étaient rencontrés quand ils travaillaient dans le cabinet de Martine Aubry lorsque cette dernière était ministre du Travail. Cette collaboration s'est transformée en une belle relation malgré leur différence d'âge. Anne Hidalgo, âgée de 62 ans, a 7 ans de plus que son mari. Un petit écart qui ne les dérange pas le moins du monde. D'ailleurs Anne Hidalgo a insisté : elle ne se "sent pas cougar". "Contrairement à d'autres, je n'aurais jamais pu tomber amoureuse d'un adolescent…", a-t-elle déclaré. Nul doute qu'elle tacle outrageusement Brigitte Macron et fait référence à son histoire avec le président de la République. »

 

 

Selon Manon Bernard, dans L’Obs, le gouvernement français a peut-être libéré les masques un peu trop tôt, en particulier dans les écoles : « Les écoles n’échappent pas à la recrudescence de Covid-19, la pandémie connaissant un regain dans toute la France ces derniers jours. Selon les chiffres  hebdomadaires du ministère de l’Éducation national, 52 669 élèves ont été testés positif au Covid-19 en sept jours, soit 12 176 de plus que la semaine précédente.

 

En ce qui concerne les personnels, le nombre est également en augmentation avec 6 199 cas de Covid-19 en sept jours contre 4 459 comptabilisés la semaine précédente.

 

La semaine dernière, l’Éducation nationale dénombrait 2 693 fermetures de classe.

 

Selon Amanda Chaparro, dans Le Monde, au Pérou, la libération de l’ex-autocrate Alberto Fujimori provoque la colère.

« Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre la décision du Tribunal constitutionnel de remettre en liberté l’ancien président.

 

A l’annonce de la libération anticipée de l’ex-autocrate Alberto Fujimori, 83 ans, condamné en 2009 à 25 ans de prison pour crimes contre l’humanité et corruption, des réactions de colère ont éclaté au Pérou, jeudi 17 mars. Les partisans de l’ancien président, qui demandaient sa sortie de prison, invoquant son grand âge et sa santé fragile, ont salué cette décision, tandis que des milliers de personnes ont protesté dans les rues du centre historique de Lima, la capitale, de Cuzco, et d’autres grandes villes du pays, contre ce jugement qualifié de « honte nationale ».

 

Jeudi, le Tribunal constitutionnel a ordonné la libération de l’ex-président, rétablissant une grâce initialement accordée en catimini en 2017 par l’ex-président de droite Pedro Pablo Kuczynski, pour « raisons humanitaires ». Une grâce annulée ensuite par la Cour suprême l’année suivante, en raison d’une série d’« irrégularités »,  – notamment une procédure jugée trop rapide, et alors que Kuczynski avait manigancé avec le camp fujimoriste pour éviter sa destitution par le Congrès. « Retourner en prison est une condamnation à mort lente et certaine », avait alors déclaré M. Fujimori, en proie à des problèmes de santé récurrents.

Partager cet article
Repost0

commentaires