Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 05:10

Par Luk Vervaet, pour Le Grand Soir

 

En avril 2015, Mme Hillary Clinton a prononcé un discours à l'Université de Columbia dans lequel elle a admis ce que l'on peut lire dans n'importe quelle statistique carcérale : environ un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis (1). Bien sûr, elle n'a pas eu de pensée pour Julian Assange, qui à ce moment était caché depuis trois ans à l'ambassade d'Équateur pour échapper à cette folie carcérale. Elle n'a pas non plus mentionné la peine absurde de 175 ans qu’encourt Assange s'il est reconnu coupable aux États-Unis. Elle ne parlait pas de la peine de mort toujours appliquée, ni du côté le plus sombre du système pénitentiaire étasunien : le régime des prisons de sécurité maximale (supermax) et des mesures administratives spéciales (SAM). Là encore, l'affaire Assange a levé un bout du voile : une juge anglaise a statué en janvier 2020 qu'il ne survivrait pas à une incarcération dans une prison supermax ou à l'imposition des SAM.

 

Pour beaucoup, ce fut un choc : existe-t-il des prisons où l’incarcération mène à la mort et au suicide ? D’autres encore ont entendu les mots ADX, supermax et SAM pour la première fois. Pas étonnant quand on sait que ces mots et ce qui se cache derrière ne sont pas ou peu connus, même aux États-Unis.

À partir de quelques chiffres sur le nombre de détenus, les types de prisons et les niveaux de sécurité, commençons par la première caractéristique du Goulag étasunien : son caractère de masse historiquement inédit. Pour ensuite pénétrer sa face la plus cachée, celle de la supermax et des SAM.

 

Vol au-dessus d’un archipel carcéral

Qu’est-ce que Nils Christie appelle « le goulag américain » ? (2) Qu’est-ce que Loïc Wacquant appelle « la folie carcérale américaine d’une ampleur et d’une durée sans précédent dans l’histoire de l’humanité » ? (3) Qu’est-ce que le "Golden Gulag", le titre du livre mondialement connu de Ruth Gilmore, dans lequel elle analyse l’État de Californie où au cours des dernières décennies, des prisons ont été construites sur une longueur de 900 miles, près de 1500 km de béton et d’acier ! (4)

Au cours des dernières décennies, la population carcérale a augmenté de façon explosive, de 500 % en 40 ans. Aujourd’hui, 2 300 000 personnes sont derrière les barreaux. (5) Cela signifie que pour 100 000 personnes il y en a 710 en prison. Le chiffre de 710 est une moyenne : pour la population noire c’est 1 408 personnes sur 100 000, pour les Latinos c’est 378 sur 100 000 et pour les blancs c’est 275 sur 100 000. Les Noirs sont incarcérés 5 fois plus que les Blancs.

Quelque 274 000 détenus dans les prisons d’État et fédérales sont âgés de 50 ans ou plus.

Quarante pour cent de la population carcérale souffre de problèmes chroniques de santé.

Environ 2 500 détenus attendent d’être exécutés dans le couloir de la mort.

Le nombre de personnes condamnées à perpétuité sans aucune chance d’être libérées (without parole) est passé de 12 000 en 1992 à plus de 53 000 aujourd’hui.

Au cours de la seule année 2019, 700 détenus se sont suicidés dans des prisons locales, étatiques ou fédérales. En 20 ans – de 2000 à 2019 – 6 200 détenus se sont suicidés dans les prisons locales. Au cours de la même période, 4 500 détenus se sont suicidés dans les prisons d’État et fédérales, soit une augmentation de 83 % en vingt ans. « Les prisons d’État deviennent de plus en plus des lieux meurtriers », ont écrit Leah Wang et Wendy Sawyer en juin de cette année dans la Prison Policy Initiative : « Les statistiques montrent une augmentation alarmante des suicides, des homicides et des décès liés à la drogue et à l’alcool dans les prisons d’État. Aussi en 2019, 143 détenus ont été assassinés dans les prisons des différents États, 11 détenus ont été assassinés dans les prisons fédérales ». (6)

En plus des prisonniers derrière les barreaux, 878 000 Américains sont "libres" on parole, en liberté conditionnelle. Au total, 6 700 000 d’adultes sont sous une forme de contrôle judiciaire. Entre 70 et 100 millions d’États-Uniens – un sur trois – ont un casier judiciaire.

 

La classification des détenus selon le risque de sécurité

La subdivision selon les niveaux de sécurité et dans les prisons qui fonctionnent selon ce niveau de sécurité a été poussée à son apogée au cours des dernières décennies et est un modèle suivi dans le monde entier. Le détenu se voit attribuer un niveau de sécurité, souvent non pas en fonction de son comportement en prison, mais en fonction de l’étiquette qu’il reçoit de l’extérieur. Les prisons fédérales ont cinq niveaux de sécurité, les prisons d’État trois. Quels sont-ils ?

Le niveau de sécurité de la prison supermax (Admax), comme celle d’ADX Florence, comme je le décrirai plus bas, est le plus élevé et le plus extrême. Officiellement, seuls les détenus les plus dangereux et les plus violents sont enfermés dans les prisons supermax.

Après le niveau supermax vient le niveau Haute Sécurité pour « détenus dangereux et récidivistes ». Il est similaire à celui de la sécurité supermax – les détenus sont dans des cellules séparées et sous étroite surveillance –mais ils ont plus de contacts et ils ont également la possibilité de passer du temps à l’extérieur de leurs cellules. Vient ensuite le niveau de Sécurité Moyenne, pour les « détenus à danger moyen et les récidivistes ». Il y a un suivi systématique, mais les détenus peuvent travailler et recevoir une formation, ce qui signifie qu’ils peuvent rester plus longtemps hors de leur cellule. Vient ensuite le niveau Basse Sécurité : pour les détenus non dangereux et non violents. La prison à faible sécurité est similaire à la prison à sécurité moyenne, mais les détenus sont considérés comme posant le risque le plus faible pour le public (ils doivent purger moins de 20 ans de prison). Ils sont enfermés dans des dortoirs, ont la possibilité de travailler, même en dehors de la prison. Ils peuvent participer à des séances de groupe et à des projets de rectification pour se « réintégrer ». Enfin, il y a la Sécurité Minimale, appliquée dans les prétendus camps de prisonniers fédéraux (FPC), qui ressemblent plus à des camps qu’à des prisons. Pas de risque d’évasion, les prisonniers dorment dans des dortoirs, il y a peu de personnel et il y a du travail.

La classification ne dit encore rien sur le contenu. L’Equal Justice Initiative [qui aide des prisonniers condamnés à tort ou qui n'ont pas bénéficié d'un procès juste] résume ainsi la situation actuelle dans les différentes prisons et centres de détention : « Depuis les années 1990, il y a eu une explosion nationale de la détention et les conditions de détention ont commencé à se détériorer. Aujourd’hui, les prisons sont en crise. Les prisonniers sont battus, poignardés, violés et assassinés dans des établissements dirigés par des fonctionnaires corrompus qui abusent de leur pouvoir en toute impunité. Les gens qui ont besoin de soins médicaux, qui ont besoin d’aide pour leur handicap, leur santé mentale, leurs problèmes de dépendance, pour la prévention du suicide ne reçoivent aucun soin. Ils sont ignorés, punis et placés à l’isolement... » (7)

 

Les prisons et les centres de détention pour migrants

1 330 000 détenus sont incarcérés dans 1 719 prisons d’État. 210 000 détenus se trouvent dans les 122 prisons fédérales. 34 000 jeunes dans 901 centres de détention pour mineurs. 740 000 dans 3 283 prisons locales. (8)

Il existe 58 prisons militaires, dont la base militaire de Guantanamo, et 11 centres de détention militaires américains en Europe et en Asie.

Il y a 79 prisons sous l’autorité du Bureau des affaires indiennes. Il y a les centres d’engagement civil, les centres de détention pour malades psychiatriques et les délinquants sexuels, qui y sont parfois incarcérés après avoir purgé leur peine de prison.

Selon le Global Detention Project, les États-Unis ont le plus grand système de détention pour migrants au monde.

En 2013, les États-Unis détenaient 441 000 personnes dans ces centres, en 2018 il y en avait 396 448, et en 2019, le nombre total de détenus migrants était de 503 488. Pour environ 95 % de ces détenus, la détention dure de six mois à quatre ans. Après une décision des autorités de l’immigration, ils peuvent être expulsés du pays. En juin 2019, l’ICE (Immigration and Customs Enforcement) exploitait 214 centres de détention pour sans-papiers, demandeurs d’asile et migrants criminels. Dans 163 de ces centres, il y a aussi des femmes détenues. En 2017, plus de 70 % des personnes détenues par l’ICE se trouvaient dans des centres gérés par des sociétés privées telles que le groupe GEO et la Corrections Corporation of America/CoreCivic. À son tour, en 2019, une autre agence de sécurité des frontières (CBP : Customs and Border Protection, la Border Patrol) a détenu entre 14 000 et 18 000 migrants dans ses propres « centres de traitement ». Toujours en 2019, plus de 12 000 enfants de migrants se trouvaient dans des institutions sous la supervision du « programme de l’Office de réinstallation des réfugiés pour les enfants étrangers non accompagnés ».

Avec ces chiffres, qui ne devrait pas penser aux "garanties de traitement humain" dans l’extradition de Julian Assange. Prenons l’exemple de la prison de Rikers Island. Celle-ci n’est pas une prison supermax et il n’y a pas de SAM, elle est donc couverte par les garanties de traitement humain. Et regardons aussi la résistance, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la prison.

 

Rikers Island, une prison sous garanties

Le 6 décembre, la télévision flamande VRT (Terzake) a diffusé un reportage de Björn Soenens sur Rikers Island, une méga-prison sur une île entre le Bronx et le Queens de New York, sous le titre « Viol, torture, sans air pendant des mois : bienvenue à Rikers Island, aux oubliettes de New York ». (9)

Un mois plus tard, en janvier 2022, une autre nouvelle : des centaines de détenus de Rikers Island refusaient de se nourrir. Ils se sont plaints d’avoir été interdits de quitter leurs cellules pendant des semaines, qu’ils vivaient dans le froid et dans des conditions insalubres, qu’il y avait une violence constante dans la prison, que 370 détenus avaient été testés positifs pour le virus corona et que seulement la moitié de la population carcérale était entièrement vaccinée. (10)

Datant de 1932, la prison de Rikers Island entasse environ 10 000 détenus, dont environ 90% sont des Noirs ou des Hispanos. Ils sont répartis dans onze bâtiments pour hommes, femmes et mineurs. Rikers Island se classe parmi les dix pires prisons de l’ensemble des États-Unis (11), caractérisée par "la violence des détenus et des gardiens, le viol, la maltraitance des mineurs et des malades mentaux, l’utilisation extrême de l’isolement cellulaire". Dans des vidéos ou dans la mini-série Netflix 2019 d’Ava DuVernay "Quand ils nous voient" sur les Central Park Five, vous avez un aperçu de la brutalité raciste de Rikers Island. Plusieurs livres ont été publiés à ce sujet, comme Life and Death in Rikers Island d’Homer Venters, l’ancien chef du personnel médical des prisons de New York, qui réclamait la fermeture de Rikers Island. (12) Selon les plans actuels, la prison serait fermée en 2026. Mais les plans ont changé et aujourd’hui la fermeture est reportée à 2028. Rikers Island serait alors remplacée par quatre prisons locales ultramodernes. (13)

Dirigée par Akeem, frère de Kalief Browder, 22 ans, qui s’est suicidé en 2015 après être rentré chez lui, traumatisé de Rikers Island, une campagne « Campaign to Shut Down Rikers » a été lancée pour exiger la fermeture immédiate de Rikers Island. Akeem a également fondé la Fondation Kalief Browder pour "démanteler le pipeline de l’école à la prison et développer l’intelligence socio-émotionnelle (SEI) pour les jeunes et les jeunes adultes".(14) Kalief avait 16 ans lorsqu’il a été envoyé à Rikers Island sans procès, soupçonné d’avoir volé un sac à dos. Le garçon a toujours clamé son innocence et a exigé un procès. Mais il n’y a pas eu de procès, même pas après avoir passé près de trois ans à Rikers en détention préventive. Pendant cette période, il a été attaqué plusieurs fois par des gardiens et d’autres détenus. Il a passé quelque 800 jours en isolement cellulaire, où les gardiens ont refusé à plusieurs reprises de lui donner de la nourriture. Vers la fin de son incarcération, le juge lui a proposé une négociation de peine (plea bargain) : s’il plaidait coupable, il serait condamné au temps qu’il avait déjà passé en prison. S’il refusait, il risquait d’être condamné à 15 ans de prison. Kalief a refusé la proposition. Il est resté en prison jusqu’à ce que l’affaire soit finalement abandonnée. Après sa libération, Kalief s’est suicidé dans son appartement du Bronx. Seize mois plus tard, sa mère est décédée, le cœur brisé par la perte de son fils. La mort tragique de Kalief Browder a également été à l’origine de la création de la campagne No New Jails. Non seulement ils militent pour la fermeture de Rikers Island, mais ils refusent la construction de nouvelles prisons. (15)

 

Le côté obscur : ADX Florence, Pelican Bay, Guantanamo, SAMs.

Il a fallu des décennies pour que les premiers rapports parviennent au public sur ce qui se passait dans les prisons supermax américaines. « La prison supermax a commencé comme une réponse des autorités pénitentiaires au mouvement radical des droits civiques aux États-Unis dans les années 1970 », écrit Keramet Reiter, « d’une forme exceptionnelle de détention, elle est rapidement devenue une routine. Lorsque la période de détention massive est arrivée dans les années 1980, le modèle s’est répandu partout aux États-Unis. Au cours des années 1990, les tribunaux ont affirmé leur constitutionnalité. » (16) Ces prisons dans les prisons, qui s’y trouve, pourquoi et pour combien de temps ont été quasiment à l’abri de tout examen public à ce jour. Ce n’est qu’en 2015 qu’un juge a statué que les conditions de détention des détenus en isolement cellulaire étaient « insuffisamment soumises à une enquête ou à l’intérêt public ». Ce sont les grèves de la faim des détenus, le travail inlassable d’une poignée d’avocats, de militants des prisons et de journalistes qui, comme à Guantanamo, ont mis en évidence les conditions inimaginables dans ces prisons. Les livres de ceux qui y ont été enterrés vivants pendant des décennies et qui y ont survécu ou y sont morts y ont également contribué. Comme les écrits de Georges Jackson (30). (17) Ou le livre récent Solitary : Unbroken by Four Decades in Solitary Confinement d’Albert Woodfox (75 ans), qui a passé plus de 40 ans en isolement à la prison d’Angola en Louisiane, dans une cellule dans une cellule mesurant 2 m x 2 m, 23 heures par jour. (18) Ou le témoignage de Paul Redd (63 ans, atteint d’un cancer) qui a passé plus de 30 de ses 44 ans à l’isolement, 22 à 24 heures sur 24, seul dans une cellule bétonnée, sans fenêtre et mal aérée. (19) Avec son livre Live from Death Row (En direct du couloir de la mort), traduit en sept langues, le journaliste incarcéré Mumia Abu Jamal (en prison depuis 40 ans cette année) a attiré l’attention internationale sur l’horreur de la prison américaine.

Le journaliste Julian Assange a fait connaître au monde le camp de torture de Guantanamo à travers les « Gitmo files » de Wikileaks. Et sans le vouloir, il est lui-même devenu une figure de proue contre les pratiques d’isolement total dans les prisons américaines. Examinons de plus près ces pratiques.

 

ADX Florence

Comme pour la taille de vêtements XL, le X dans ADX Florence signifie Taille maximale. AD signifie « Administratif ». Florence représente l’endroit où se trouve cette prison fédérale : près de Florence dans l’État du Colorado. Datant de 1994, la prison est également appelée "l’Alcatraz des Rocheuses". Depuis les années 1980, 44 États des EU ont construit de telles prisons supermax, soit un total de 57.

ADX Florence a été conçue par deux cabinets d’architectes, le groupe DLR et les partenaires LKA de Colorado Springs. Dans la plupart des cas, les détenus sont seuls dans leur cellule 23 heures sur 24 et sont systématiquement surveillés. Dans une prison supermax, les détenus ne peuvent ni se voir ni voir le monde extérieur.

ADX Florence abrite quelques 430 détenus de sexe masculin, chacun affecté à six niveaux de sécurité. Presque tout le mobilier de la cellule est en béton coulé, y compris la table, la chaise et le lit. Chaque cellule contient des toilettes qui peuvent être verrouillées de l’extérieur par les gardiens, empêchant un détenu d’inonder sa cellule. La cellule comprend une douche qui fonctionne également sur une minuterie pour éviter les inondations, et un évier sans tuyau de vidange "potentiellement dangereux".

Les détenus sont autorisés à acheter une petite télévision (noir et blanc) sans haut-parleurs et à conserver les éléments suivants : une recharge pour un stylo à bille ; cinq livres et magazines ; un carnet d’adresses ; cinq cartes de vœux ; 15 photos ; 15 feuilles de papier à lettres. Tous des privilèges qui peuvent être retirés en guise de punition. Sont interdits : les chapeaux ; bandeaux ; pulls molletonnés ; maillots de corps ; tongs ; cotons-tiges ; après-shampooing, graisse ou gel, baume à lèvres, mouchoirs, calendriers, horloge, matériel de loisirs et d’artisanat, instruments de musique.

Les fenêtres des cellules, de 10 cm sur 1,2 m, sont conçues pour empêcher le détenu de savoir où il se trouve dans ce complexe, car il ne peut voir que le ciel et le toit. Les détenus s’entraînent dans ce qui a été décrit comme une « piscine vide » afin qu’ils ne sachent pas comment ni où ils pourraient s’échapper. Les appels téléphoniques vers le monde extérieur sont interdits et la nourriture est livrée personnellement par des gardiens. La participation à des services religieux, à l’éducation, au travail, à la formation, à manger ensemble ou à faire de l’exercice ensemble est interdite. L’accès aux soins médicaux et psychiatriques est sévèrement limité. La prison contient un grand nombre de détecteurs de mouvement et de caméras, 1400 portes en acier télécommandées, des clôtures en fil de fer barbelé de 3,66 m de haut, des faisceaux laser, des coussinets de pression et des chiens d’attaque qui gardent la zone entre les murs de la prison. Les détenus doivent rester à l’isolement 22 à 23 heures par jour. (20)

Supermax existe aux niveaux fédéral et étatique. Ainsi, il y a par exemple Pelican Bay, la prison supermax de l’État de Californie. Elle a été ouverte en 1989 et peut accueillir 2 380 détenus. Aujourd’hui, il y en a 300 de plus. Près de la moitié de ces détenus sont en milieu carcéral collectif. Mais 1 500 d’entre eux sont en isolement dans l’Unité d’Hébergement de Sécurité (USD) et l’Unité d’Hébergement Administrative (AHS). Ils y passent 22,5 heures par jour, seuls, dans des cellules sans fenêtre d’environ 2 mètres sur 3,50. Les 90 minutes restantes sont passées, à nouveau seul, dans des cabines en béton. Aucun appel téléphonique n’est autorisé, juste une rare visite sans contact, leur seul contact avec le monde se fait par un conduit par lequel les repas sont passés. (21)

Albert Woodfox a passé 43 ans dans de telles circonstances. Dans une interview, il a déclaré : "L’isolement cellulaire en prison est l’attaque non physique la plus odieuse et la plus brutale contre un être humain. J’ai vu des prisonniers devenir fous. J’ai vu des automutilations, des hommes se blesser en essayant d’échapper à la pression d’être enfermé dans une cellule de 2 mètres sur 3 pendant 23 heures par jour. (22)

 

SAM

Le système des mesures administratives spéciales (SAM) a été inventé à la fin des années 1980. Au début, elles ne s’appliquaient qu’à quelques individus jugés dangereux jusqu’à ce qu’à partir des attentats de New-York en 2001, elles soient étendues à une cinquantaine de détenus à travers les États-Unis. Dans un rapport, des chercheurs décrivent ces mesures spéciales comme suit : « C’est une forme d’isolement qui est encore plus extrême que l’isolement lui-même. Les mesures sont le côté le plus sombre du système pénitentiaire fédéral aux États-Unis. Elles combinent la brutalité et l’isolement dans des unités de haute sécurité avec des restrictions supplémentaires qui privent les individus de tout lien avec le monde humain. Les SAM sont imposées aux détenus qui sont généralement déjà en isolement cellulaire, et elles intensifient cette expérience. Le droit de communiquer avec des personnes extérieures à la prison, le droit d’avoir des conversations personnelles avec un avocat, le droit d’obtenir des informations, tous ces droits sont limités à l’extrême ou n’existent plus. Les mesures sont principalement imposées dans la période précédant le procès. Cette période peut durer des années. Il est clair que ces mesures visent à briser le détenu, à le contraindre à coopérer, le réduisant à ce qu’on appelle un état de learned helplessness, un état « d’impuissance apprise », qui fait qu’un détenu est à tel point brisé qu’il ne voudra même pas s’échapper si l’occasion se présente. (23)

 

Guantanamo

La plupart d’entre nous savent que les nazis avaient un système sophistiqué de classification de la population et des prisonniers. En plus d’un numéro encré sur le front ou tatoué sur la peau avec un tampon métallique ou une aiguille, les détenus des camps nazis portaient des insignes : un triangle vert pour les prisonniers de droit commun, lesquels devaient souvent contrôler les deux autres catégories : les prisonniers politiques avec un triangle rouge, et les Juifs avec une étoile rouge-jaune. Un travailleur forcé étranger recevait un badge bleu. Un violet pour un témoin de Jéhovah. Un rose pour un homosexuel. Un noir pour un asocial, auquel s’ajoutait un Z pour les Roms et les Sinti. Et ainsi de suite.

Des groupes de personnes ont ainsi été déshumanisés par les nazis, réduits à des objets appartenant à une catégorie. Pour Zygmunt Bauman, dans son analyse du génocide de l’Holocauste, effacer l’existence de l’individu concret, en le dépersonnalisant et en le cataloguant dans des catégories abstraites, rendait un génocide possible. (24)

En janvier 2002, les 20 premiers détenus arrivaient à Guantanamo. Ils étaient amenés par avion, enchaînés, avec des cagoules noires et des lunettes de soudure sur la tête, ils portaient des couches. Des centaines d’autres les ont suivis : 779 hommes et garçons musulmans de 49 pays. Le plus jeune n’avait que 14 ans quand il est arrivé. Le plus âgé avait 89 ans. Ils devaient porter un costume orange. S’ils ne coopéraient pas, ils gardaient ce costume, s’ils le faisaient, ils recevaient un costume blanc. Selon différents niveaux de sécurité, ils étaient logés dans sept casernes (« camps ») différentes, selon un régime carcéral en vigueur dans les prisons étasuniennes continentales. Pendant des années, les détenus ont été soumis à la torture et à des humiliations rituelles, sans inculpation ni jugement, sans aucune certitude juridique.

Aujourd’hui, deux décennies, vingt ans (!), après l’ouverture du camp, 39 personnes y vivent toujours. Ce sont les « prisonniers éternels » : 27 d’entre eux n’ont même pas été inculpés et leurs espoirs de libération sont nuls. Beaucoup d’entre eux restent incarcérés pour la simple raison qu’ils témoigneraient à leur libération sur le traitement qu’ils ont subi.

Le camp de Guantanamo n’est peut-être pas un camp d’extermination, mais ce qui s’est passé dans ce camp, ou dans ceux d’Abu Graibh, de Bagram et des prisons secrètes de la CIA, ce sont des pratiques fascistes. Imaginez un instant que l’Allemagne ait déclenché les guerres contre l’Irak et l’Afghanistan en 2001, qu’elle ait pratiqué la détention de masse comme aux États-Unis, et qu’elle ait développé des « restitutions extraordinaires », des « techniques d’interrogatoire renforcées », des « sites noirs », y aurait-il quelqu’un qui hésiterait à dire que le fascisme est de retour ?

 

Le Goulag comme laboratoire de l’extrême isolement et de l’immobilité

L’isolement est une caractéristique commune des nouvelles prisons aux États-Unis. Cela se reflète dans ses nouvelles structures et régimes, où le contact humain est réduit au minimum absolu grâce à l’utilisation des technologies les plus modernes. Alex Kozinski, ancien juge en chef de la Cour d’appel des États-Unis, a assimilé la pratique de l’isolement extrême à l’utilisation de la peine de mort, voire pire. « Maintenir des prisonniers en isolement pendant des décennies est une forme de torture, qui pourrait faire passer une exécution rapide pour un acte de grâce », a-t-il déclaré. (25)

Les autorités étasuniennes ont assuré qu’Assange ne serait pas enfermé à l’ADX Florence et qu’il ne serait pas placé sous les mesures SAM. Garanties données sans hésitation. Car les autorités ne se préoccupent pas d’une prison en particulier ou d’un mode de détention en particulier : après tout, les pratiques d’isolement extrême qui s’appliquent dans les prisons supermax sont présentes au sein de l’ensemble du système pénitentiaire.

Dans le régime carcéral normal, il existe des unités d’isolement total appelées unités de logement séparées. Selon la prison, ces unités sont appelées : SHU, IMU, SMU, AU, CU, MCU, CMU, STGMU (Unité d’hébergement de sécurité, Unité de gestion intensive, Unité de gestion spéciale, Unité de ségrégation administrative, Unité de contrôle, Unité de gestion des communications, Unité de sécurité unités de gestion des groupes menaçants...) Plus de 80 à 100 000 détenus qui composent la population carcérale des prisons fédérales ou étatiques se trouvent dans ces unités qui fonctionnent exactement comme ADX Florence (26) et comme des laboratoires de détention en isolement extrême. (27)

Partant de la prison supermax de Pelican Bay, le sociologue et philosophe Zygmunt Bauman a fait une analyse de ces nouvelles prisons. Dans son livre Globalization : The Human Consequences, (28) Bauman écrit que la prison moderne ne ressemble plus aux anciennes prisons de type Panopticon. Là, Il y avait un poste d’observation, le point essentiel de la prison, au centre de la prison, sur lequel toutes les ailes passaient. Toutes les activités des prisonniers étaient observées en permanence. Mais dans une prison comme Pelican Bay, écrit-il, il n’y a aucune activité. Ce que les prisonniers isolés font dans leurs cellules n’a plus d’importance. Tout ce qui compte, c’est qu’ils restent enfermés. Pelican Bay n’est pas conçue pour être une usine où vous apprenez la discipline ou apprenez à travailler de manière disciplinée, dit Bauman. Elle a été conçue comme une fabrique de l’exclusion, une fabrique de l’immobilisme pour ceux qui sont déjà habitués à être exclus. Pelican Bay est proche de réaliser l’immobilité parfaite.

Bauman trace une ligne des camps de concentration jusqu’à la prison moderne de Pelican Bay. Il écrit : « Les camps de concentration étaient les laboratoires de la société totalitaire, où les limites de la soumission humaine et de l’esclavage étaient testées. Les prisons panoptiques étaient les laboratoires de la société industrielle, où les limites de la routine et du répétitif dans l’humain étaient explorées. La prison de Pelican Bay est un laboratoire de la société mondialisée ou planétaire, dans laquelle les limites de l’isolement spatial et de la gestion des déchets humains de la mondialisation sont testées jusqu’à leurs limites extrêmes ».

Dans l’Allemagne nazie des années 1930, les prisons étaient les laboratoires de l’horreur de masse qui allait suivre. Aujourd’hui, tout comme dans ces années 1930, la prison n’a pas sa place dans les discussions sur comment combattre le fascisme. À tort.

Peut-être que, ici aussi, Julian Assange est le messager.

Luk Vervaet

Notes

[1] https://

www.washingtonpost.com/news/fact-checker/wp/2015/04/30/does-the-united-states-really-have-five-percent-of-worlds-population-and-one-quarter-of-the-worlds-prisoners/

[2] Nils Christie, Crime control as industry, Towards Gulags, Western style, Routledge, 1993

[3] Loïc Wacquant, Probing the meta-prison, avant-propos, The Globalisation of Supermax prisons, édité par Jeffrey Ian Ross, Rutgers university press, 2013

[4] Depuis 1984, la Californie à elle seule a construit 33 grandes prisons aux côtés de 57 prisons plus petites, le plus grand plan de construction de prisons de l’histoire du monde et une augmentation de 450 % du nombre de personnes derrière les barreaux entre 1980 et 2007. Ruth Wilson Gilmore, Golden Gulag Prisons, Surplus, Crisis, and Opposition, University of California Press (2007).

[5] Selon les différentes statistiques et les années, le nombre de détenus varie entre 2,1 millions et 2,3 millions, entre 680 et 710 détenus pour 100 000 habitants. Cependant, l’ordre de grandeur des chiffres de détention au cours de la dernière décennie est resté inchangé.

Tous les chiffres de cet article ont été tirés des sources suivantes :

Avery Gordon, “ The United States military prison ”, dans “The violence of incarceration” par Phil Scraton, Routledge (février 2012)  https://www.researchgate.net/publication/283716121_The_Violence_of_Incarceration ;

The SAGE Encyclopedia of Criminal Psychology, édité par Robert D. Morgan, 2019 ;

Document d’information ; “ The Dangerous Overuse of Solitary Confinement in the United States ” © 2014 ACLU Foundation ; https://www.aclu.org/sites/default/files/assets/stop_solitary_briefing_paper_updated_august_2014.pdf ; https://www.prisonpolicy.org/reports/pie2017.html

https://www.prisonpolicy.org/blog/2021/06/08/prison_mortality/

https://theconversation.com/whats-hidden-behind-the-walls-of-americas-prisons-77282 ; http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/17/97001 ;

http://www.sentencingproject.org/wp-content/uploads/2015/11/Americans-with-Criminal-Records-Poverty-and-Opportunity-Profile.pdf ;

http://www.sentencingproject.org/publications/color-of-justice-racial-and-ethnic-disparity-in-state-prisons/ https://www.huffingtonpost.com/entry/pennsylvania-life-without-parole_us_5ba17167e4b046313fc04611 ; https://prison.laws.com/penology/types-of-prison/security-levels-in-prison ; https://www.sydneycriminallawyers.com.au/blog/supermax-prisons-doing-more-harm-than-good/ ;

https://deathpenaltyinfo.org/death-row/overview

https://www.sandiegouniontribune.com/news/watchdog/story/2021-10-07/suicides-in-u-s-jails-and-prisons-rise-sharply-over-past-two-decades-new-federal-research-shows

[6] https://information.tv5monde.com/info/aux-etats-unis-les-detenus-des-prisons-federales-confines-apres-une-rixe-mortelle-442954

[7] https://eji.org/issues/prison-conditions/

[8] Le nombre de prisons, selon Prison Policy Initiative (mars 2020), est le suivant : « Le système de justice pénale américain détient près de 2,3 millions de personnes dans 1 833 prisons d’État, 110 prisons fédérales, 1 772 centres de détention pour jeunes, 3 134 prisons locales, 218 centres de détention pour migrants. et 80 prisons dans le pays indien, ainsi que dans les prisons militaires, les centres hospitaliers psychiatriques civils et les prisons des territoires américains (tels que Porto Rico, Guam, les îles Vierges américaines et autres) ».

[9] https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2021/12/06/tz-rikers-island/

[10] https://www.nytimes.com/2022/01/11/nyregion/rikers-island-hunger-strike.html

[11] https://www.motherjones.com/politics/2013/05/america-10-worst-prisons-rikers-island-new-york-city/

[12] https://jhupbooks.press.jhu.edu/title/life-and-death-rikers-island

[13] https://www.cityandstateny.com/policy/2020/10/a-timeline-on-the-closure-of-rikers-island/175534/

[14] https://www.kaliefbrowderfoundation.com/mission

[15] https://www.nonewjails.nyc/

[16] Keramet Reiter, 23/7 Pelican Bay Prison and the rise of long-term solitary confinement,Yale University Press 2016

[17] Georges Jackson : Soledad Brother : The prison letters of George Jackson, Blood in myRetour ligne automatique
eye

[18] https://solitarywatch.org/tag/albert-woodfox/

[19] https://www.davisvanguard.org/2020/07/44-years-later-redd-comes-home-an-inside-account/

[20] https://insidetime.org/supermax-prisons-in-the-united-states/

[21] https://solitarywatch.org/resources/multimedia/photography/inside-pelican-bay-state-prison/

[22] https://www.cbc.ca/radio/thecurrent/the-current-for-april-3-2019-1.5082470/it-destroys-your-humanity-albert-woodfox-on-surviving-44-years-in-solitary-confinement-1.5082475

[23] https://ccrjustice.org/sites/default/files/attach/2017/09/SAMs%20Report.Final_.pdf

[24] Zygmunt Bauman, Modernity and the Holocaust, Polity Press, 1991

[25] https://www.businessinsider.com/one-of-americas-most-famous-judges-admits-theres-a-punishment-thats-just-as-bad-as-the-death-penalty-if-not-worse-2016-1?r=US&amp ;IR=T

[26] https://www.vera.org/publications/solitary-confinement-common-misconceptions-and-emerging-safe-alternatives

[27] J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Jean Casella, le co-fondateur de Solitary Watch, une organisation étasunienne qui dénonce ces formes de détention publiquement inconnues dans un isolement total depuis 2009 : voir http://supermax.be/hell-is-a-very-small-place-an-interview-with-jean-casella-from-solitary-watch-by-luk-vervaet/

[28] Zygmunt Bauman, Globalization : The Human Consequences, John Wiley & Sons, 2013

Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Ils sont formidables les amerlocs , j'allais écrire qu'ils sont magnifiques. J'avais calculé que la population carcérale USA représentait environ 0,06% de la population étasunienne totale et que rapporté à la France nous aurions environ 400 000 détenus au lieu de 70 000. Bien évidemment non parce que nous serions meilleurs mais parce qu'il existe des amortisseurs sociaux que nos camarades Macron ou Le Pen ont l'intention de continuer à détruire. <br /> Ensuite et comme toujours dans le libéralisme, on isole le sujet , ici la prison. Comme si son existence était uniquement un problème en soi. Il ne vient pas à leur esprit que l' inflation du nombre de prisons est l'extrémité d'une chaînes de causes à effets qui passe par l'augmentation de la délinquance qui est elle-même la manifestation d'une pathologie sociale. <br /> Alors ne s'interrogeant pas sur la nécessité de la prison et qui l'est effectivement dans l'immédiat afin de répondre à la violence et la délinquance , ils ignorent la ou les sources de cette situation. <br /> Les meilleurs esprits vont donc se concentrer sur les moyens à mettre en œuvre pour humaniser les prisons. Ce qui est nécessaire mais difficilement atteignable parce que par définition la prison est la privation de liberté.<br /> C'est d'ailleurs le même esprit qui les animent relativement à la justice : on ne conteste pas le système, à savoir leurs tables de la loi qu'est leur constitution, et la justice bornée par des règles non contestables viendrait corriger les abus.<br /> La prison sert aussi à mettre hors de vue un problème sans le résoudre comme l'avait fait dans une de ses premières décisions de son règne Louis XIV en transformant la Salpétriere pour y mettre les mendiants, prostituées et autres malheureux dont la présence selon lui dégradait les rues de Paris.<br /> Enfin et on l'oublie souvent la prison est devenue, comme toujours chez eux, une industrie. Et c'est le point cardinal car non seulement cette industrie engrange des bénéfices considérables puisés dans les finances publiques mais elle procure du travail et diminue le chômage dans des agglomérations en recherche d'activités professionnelles. <br /> Cette industrie fonctionne comme le complexe militaro- industrielle. En apparence les deux créent de la richesse alors qu'elles vivent en parasite sur le dos de la société.<br /> Par ailleurs de la surreprésentation de la population noire, nombre de noirs incarcérés par rapport au nombre total de noirs dans la population, on en déduit logiquement que cela est dû au prix qu'ils payent par rapport à leur situation sociale. Et bien j'ai entendu Zemmour en tirer la conclusion que cet état provenait de ce qu'ils seraient intrinsèquement, pour le dire directement parce qu'ils sont noirs. Une preuve de plus qu'à partir d'un constat on peut tirer des conclusions opposées et je dirais même irréconciliables. <br /> À propos de la violence en prison et de la société souterraine qu'elle engendre le film suivant est un bon exemple : SHOT CALLER. https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=237037.html<br /> Comme pour les noirs, tout le monde ne tirera pas les mêmes conclusions de ce film ( très violent).
Répondre