Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 05:00

Les dirigeants du CAC 40 n'ont jamais été aussi bien rémunérés qu'en 2021
 

En 2021, les dirigeants des entreprises du CAC 40 ont perçu des rémunérations moyennes de 8,7 millions d’euros. Carlos Tavares, patron du groupe automobile Stellantis (Peugeot-Citroën, Fiat…) devrait percevoir 19 millions d’euros.

La rémunération des dirigeants des entreprises du CAC 40, portée par des primes exceptionnelles, a atteint 8,7 millions d'euros en moyenne en 2021. Du jamais vu, selon des données publiées le 20 avril par l'entreprise spécialisée dans les sociétés cotées européennes Scalens. 

Comprenant une part fixe et une part variable, la rémunération de ces dirigeants a été multipliée par deux sur un an, et a augmenté de 60% par rapport à 2019, selon les chiffres compilés. Le montant des émoluments perçus est nettement plus important que les 5,4 millions d'euros en moyenne attendus en août 2021 par Scalens, qui portait alors le nom de l'Hebdo des AG, avec le cabinet d’avocats Avanty. 

Symbole de cette envolée, le directeur général de Stellantis Carlos Tavares (Peugeot-Citroën-Fiat...) devrait toucher 19 millions d'euros pour l'exceptionnelle année 2021, selon le groupe. Le 15 avril, une majorité d'actionnaires a voté – à titre consultatif – contre la politique salariale du constructeur. 

La partie fixe a augmenté de 19% car « la nouvelle garde » de ces dirigeants arrivés « se paie beaucoup plus cher », selon le rapport. Les volets variables ont encore plus progressé, lors d'une année où les entreprises du CAC 40 ont approché les 160 milliards d'euros de bénéfices, selon un calcul de l'AFP. Un record dans la vague de la forte reprise économique. 


2,1 millions d'euros de primes exceptionnelles en moyenne par dirigeant 

Les primes exceptionnelles ont atteint 2,1 millions d'euros par dirigeant en moyenne en 2021. Par ailleurs, pour les variables non financières (parité hommes-femmes, inclusion de travailleurs handicapés...), les sociétés ont défini des critères jugés « trop faciles » par les investisseurs, selon le rapport. 
 

En 2022, Scalens prévoit que les salaires fixes resteront stables. Les variables cibles ont été relevées de 10% mais « elles seront plus difficiles à atteindre », dans un contexte de croissance ralentie. « D’où l'insistance pour garder les primes exceptionnelles », note la plateforme.

[Vu sur l’application RT News]

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Quoi d'étonnant que M..Macron, à la solde, soit repassé ? Qu'y a-t-il, depuis 1789, de réllement nouveau ? Effectivement, nous attendons sans illusion de savoir qui sera le nouveau M. Necker ?
Répondre
A
Il y a aussi ceux dont on parle moins et qui sont essentiellement présentés comme des références morales et accessoirement de gauche.<br /> Ainsi Élisabeth Badinter qui est l’héritière du groupe Publicis par son père, Marcel Bleustein-Blanchet, Publicis numéro 3 mondial de la publicité. <br /> Elle serait avant tout philosophe et femme de lettres et féministe. Elisabeth Badinter est toujours la première actionnaire de ce géant de la publicité et de la communication avec 7,24 % du capital. Précisément, elle ne détient plus que 2,58 % en pleine propriété, étant simple usufruitière du reste, qu'elle a légué à ses enfants. En mai 2017, elle a cédé à Maurice Lévy la présidence du conseil de surveillance, siège qu'elle occupait depuis le décès de son père en 1996.<br /> Arthur Sadoun a succédé à Maurice Levy en tant que Président du Directoire de Publicis Groupe SA. Sa rémunération fixe s'élève à 1 000 000 euros par an.<br /> En passant et bien évidemment il serait pervers d'imaginer que le statut d' épouse d' Arthur Sadoun, aurait quelque influence sur le métier de journaliste de Sophie Lapix. <br /> Pour revenir sur la situation d' Elisabeth Badinter et constatant le salaire fixe d'Arthur Sadoun, on ne peut s'empêcher mesquinement d'imaginer le revenu de ses actions.<br /> Sinon je suis impatient de connaître le nom du nouveau 1re sinistre.
Répondre