Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2022 4 05 /05 /mai /2022 05:00

Je vais raconter ici comment, dans ma famille, nous avons vécu le passage de la Russie (ou URSS) de Gorbatchev à celle de Eltsine.

 

Lycéenne, ma fille aînée faisait du Russe au lycée. Vers la toute fin de l’ère gorbatchévienne, il lui fut proposé de passer trois semaines dans la ville russe jumelée avec la nôtre, d’être accueillie par une famille où une ado étudiait le français, et ensuite d’accueillir cette même lycéenne chez nous.

 

Est-ce parce que les organisateurs du jumelage russe savaient que j’étais universitaire, le fait est qu’ils placèrent ma fille dans la famille d’un doyen de fac. Ce doyen résidait dans un petit appartement de trois pièces (un séjour et deux chambres), en compagnie de son épouse, de deux enfants et de deux grands-parents. Il eut l’extrême gentillesse de laisser, pour elle seule, une chambre à ma fille, ce qui les obligea à partager à six une chambre et le canapé du séjour. Á noter que la femme du doyen était assistante dans la faculté. Elle ne poursuivait strictement aucune recherche car, dès qu’elle avait fini de donner ses cours, elle passait des heures à faire la queue devant des magasins d’alimentation.

 

La correspondante de ma fille parlait fort bien le français, alors qu’elle n’était jamais venue en France, ainsi que l’anglais. Elle chantait à merveille et, au piano, Chopin n’avait pas de secrets pour elle. Elle faisait de la danse classique et de la gymnastique de manière assidue. Elle était habillée sobrement, mais avec distinction. Très curieuse, voulant profiter un maximum de son séjour en France, elle nous posait toutes sortes de questions. Elle était venue avec une trentaine de francs, pensant qu’en termes de pouvoir d’achat il s’agissait d’une somme rondelette. Elle déchanta lorsqu’elle voulut acheter du parfum pour sa mère dans un magasin Sephora. Nous lui offrîmes cet objet de grand luxe.

 

Un an plus tard, nous reçûmes une autre correspondante. Fille d’un commissaire de police, elle ne nous cacha pas ses mauvais résultats scolaires. Elle était tatouée et portait des anneaux aux oreilles. Elle fumait comme un pompier, ce qui indisposait ma fille qui n’avait jamais fumé de sa vie. Á la tête de 15 mots de vocabulaire français, elle était incapable de faire une phrase. Quand c’était strictement nécessaire, nous échangions en anglais. Il est clair qu’elle n’avait pas été choisie pour ses résultats scolaires. Comme argent de poche, elle disposait de l’équivalent de six mois de salaire d’un doyen de fac. Elle ne s’intéressait à rien, ne voulut visiter aucun musée. Elle déclina une journée à La Rochelle et à l’île de Ré, trop loin pour elle (140 kilomètres). Bref, elle perdit son temps mais, surtout, elle nous fit perdre le nôtre.

 

Je discutai de cette expérience avec des collègues profs de russe. Même eux avaient été sidérés par la rapidité du changement.

D’une Russie … l’autre
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Hier et à propos de fraudeurs alimentaires il faut se rappeler que pour les romains, ceux d'avant, si Mercure était le messager des dieux, il était également le dieu du commerce et des voleurs. Ils avaient constaté, tout en faisant la part entre ce qui est illicite et ce qui ne l'est pas, entre ce qui est condamnable et ce qui ne l'est pas, une logique identique dans ces 2 activités. Elle conduit à extraire la plus grande part possible de son vis à vis. La règle d'or du commerce est assez basique finalement puisqu'elle consiste à acheter à un prix le plus bas possible pour revendre avec le plus grand bénéfice. <br /> L'URSS/ la Russie : <br /> On se met à imaginer quelquefois une URSS qui ne se serait pas laissée emportée par une course aux armements qui a englouti la majeur partie de la richesse créée. <br /> Bien sûr dès sa création l'agression des autres pays l'a conduit à se défendre et donc à s'armer. Bien sûr l'agression nazi à conforter cette logique mais sa continuation après la guerre n'était pas justifiée car aucun autres pays y compris les USA n'aurait osé l'agresser. <br /> Il me semble que la réalité physique, géographique, humaine de la Russie aurait suffit à sa sécurité en se limitant à une défense militaire limitée à un niveau utile. Dans ces conditions on se met à rêver à une autre trajectoire historique.
Répondre
P
A AF30<br /> <br /> 1. A la fin de la guerre, les Etats-Unis avaient perdu 418 000 soldats et n'avaient eu aucune destruction civile sur leur sol. A la fin de la guerre, les Soviétiques avaient eu 26 millions de morts et toute la partie à l'ouest de l'Oural dévastée. D'après Nico Hirtt (qui a écrit un Contre-manuel de statistiques pour citoyens militants), l'URSS ne s'en est jamais remise et c'est même de cela qu'elle est morte.<br /> <br /> 2. Jusqu'en 1949, les Américains étaient seuls à posséder l'arme nucléaire, et ce n'est pas avant des années que les Soviétiques sont arrivés à la parité nucléaire. Ils avaient donc des raisons de s'inquiéter.<br /> <br /> 3. Avant guerre, le futur président Truman avait cyniquement déclaré : "Si nous voyons que l'Allemagne gagne, nous devons aider la Russie, mais si c'est la Russie qui gagne, nous devons aider l'Allemagne, afin qu'ils s'entretuent au maximum". Et on a appris en 1998 que les Britanniques avaient caressé l'idée d'une opération contre l'URSS, néanmoins estimée irréalisable.<br /> <br /> 4. Les attachés militaires français à Moscou, en poste de 1945 à 1953, avaient estimé qu'en cas de guerre avec l'Armée rouge l'URSS n'aurait pu tenir un conflit dans la durée, ses capacités économiques n'étant pas de taille à le soutenir - l'économie américaine était alors (et a toujours été) hors de proportion avec l'économie soviétique.<br /> <br /> 5. En 1945, les forces soviétiques s'élevaient à 11,4 millions d'hommes. En 1948, elles avaient été réduites à 2,9 millions d'hommes, car les Soviétiques avaient besoin de bras pour remonter le pays. En créant l'OTAN en 1949 contre un pays exsangue, les Américains manifestaient une volonté agressive, qui ne s'est pas démentie jusqu'à aujourd'hui...