Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2022 4 26 /05 /mai /2022 05:01

Repris du site IDJ

 

Le cabinet noir de Matignon : des socités privées, des organismes européens et mondialisés.

 

On l’aura remarqué, le gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne a fait l’impasse sur de nombreux ministères traditionnels. En effet, il n’y a pas de ministère du Logement, pas de ministère des Transports, pas de ministère du Tourisme ou encore du ministère du Numérique. Ce qui fait hurler les professionnels de ces secteurs.

 

Non pas qu’ils aient été « oubliés » par la Première ministre et, surtout, par le Président de la République, mais parce que ces ministères, comme bien d’autres, sont remplacés depuis belle lurette par un cabinet fantôme qui agit en lieu et place de nombreux ministres. Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a préféré, par discrétion, ne pas les nommer publiquement.

 

En fait, au Quai d’Orsay, siège du ministère des Affaires étrangères, est nommé l’OTAN. A la Santé : l’OMS et McKinsey. A Bercy, les super-ministres de l’Économie s’appellent l’OMC, (organisation mondiale du Commerce) et la Banque centrale européenne (BCE). Aux Fiances et aux Affaires sociales : McKinsey, branche Pfeizer. A l’Education : Open Society. A l’Environnement, le World Economic Forum.

 

Avec cette équipe de choc, citoyens, dormez tranquilles : la mondialisation va s’occuper de vous !

Le gouvernement privatisé : c'est en bonne voie

PS : à propos de la nième tuerie dans une école étasunienne, mon ami Michel Taupin a proposé cette brève réflexion sur Facebook :

 

“ L'AMERICAN WAY OF LIFE : Nouvelle tuerie dans une école du Texas ! 21 morts dont 19 enfants. Et ce ne sera pas la dernière !

 

Un pays bâti sur l'un des pires génocides de l'histoire, où les armes à feu sont le prolongement des névroses de ses habitants, où la liberté se pèse en dollars, où l'individualisme forcené a détruit toute solidarité, où la compétition engendre la haine bestiale de l'autre, où le capitalisme guerrier triomphant a brûlé toute forme de pensée, étouffé toute résistance, illusionné et escroqué toute une population, un tel pays ne peut engendrer que des monstres, des psychopathes de plus en plus nombreux. En vérité, les États-Unis sont l'expression même de la violence, de l'inhumanité et devenus à ce titre le chancre de la planète Terre. ”

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Moi aussi je vais aller de mon petit coup de blues. <br /> Je regardais l'autre jour le film "Total Recall Mémoires Programmées " sorti en 2012 que j'ai vu d'ailleurs plusieurs fois. <br /> Chaque que je le vois et particulièrement les panoramiques du début sur la ville je ne peux m'empêcher d'y voir nos futurs. Une accumulation désordonnée et labyrinthique d'immeubles, d'habitations, de commerces où il n'existent plus de domaine privé et moins encore de lieux intimes. Les foules nombreuses coulent sans fin et apparemment sans but sur des trottoirs qui contraignent ceux qui s'y trouvent à se heurter les uns, les autres continuellement.<br /> En quelque sorte la description d'un point de non-retour vers lequel nous conduit une logique qui est non seulement l'oeuvre des politiques comme Macron et les siens mais aussi de tout un système dont ils sont les promoteurs et les maîtres d'œuvre. <br /> Dans cette ambiance on continue à laisser croire que la conduite des affaires repose sur les dispositions plus ou moins humanistes de nos dirigeants. Celui-ci qui entre au gouvernement le serait plus que le précédent. Ainsi du nouveau ministre de l' Éducation nationale qui, autre préjugé, parce qu'il est noir serait a priori progressiste. Alors écoutant cette présentation explicite ou implicite de nos médias, je me dis soit ce sont des grosses bruts de la pensée étant aveugles aux logiques internes et externes qui définissent avant tout le cadre d'une politique soit ils en sont conscients et alors ce sont des manipulateurs. <br /> Du temps de Hulot ministre, une connaissance me disait qu'il fallait attendre pour juger son action. Elle était étonnée et me jugeait sans doute de parti pris ( c'est vrai, d'ailleurs) parce que je lui avais répondu que ministre dans ce gouvernement, une politique écologique était impossible.
Répondre