Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2022 2 24 /05 /mai /2022 05:01

Pour la municipalité écolo de Lyon, la ville de Lyon n’existe plus. Le département du Rhône non plus. La France encore moins.

Lyon n’est plus une ville, c’est une métropole. Au nom d’une synecdoque facile. En effet, la métropole de Lyon, ou encore le grand Lyon, ce n’est pas Lyon mais une collectivité créée en 2015 et comportant 59 communes regroupant 1 400 000 habitants.

 

La métropole de Lyon possède les compétences à la fois d’un département et d’une métropole. La commune de Lyon (37% des 1 400 000 habitants) est le siège de cette métropole.

 

Désolé, mais la métropole de Lyon est française. Pas « européenne ».

 

Nous sommes ici dans une phraséologie typiquement bruxelloise, avec des mots pleins d’emphase au service d’un discours creux (ou l’inverse, car tout se vaut).

 

La République française est constituée de citoyens égaux en droits. Elle est daltonienne car elle fait fi de la couleur. Elle ne connaît pas la diversité. Elle n’est pas un assemblage disparate d’individus différents subissant une injonction d’union. Dans un bureau de vote, il n’y a que des électeurs. Il n’y a pas de Blancs, de Noirs, de Jaunes et de Verts.

 

Quant au “ programme ” (« pour la démocratie, l’éducation, la citoyenneté, le climat l’égalité »), c’est un gloubi-glouba de bouillie dans la tête : un mélange de programme politique pour demain, de constitutionnalité, d’idéal républicain. Quant à être « tous unis pour le climat », je ne vois pas vraiment ce que cela veut dire. Á moins qu’à Lyon nous soyons capables de dicter notre volonté aux éléments naturels…

Lyon capitale des Gaules, deuxième ville de France ? Vous voulez rire…
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
" La République française est constituée de citoyens égaux en droits. Elle est daltonienne car elle fait fi de la couleur. Elle ne connaît pas la diversité. Elle n’est pas un assemblage disparate d’individus différents subissant une injonction d’union. "<br /> <br /> " Et rien jamais ne sépar'ra,<br /> Ne sépar'ra Abuglubu, d'Abugluba.<br /> Dis tu l'as vu? quoi? mon abuglubu,<br /> Mais j'croyais qu'c'était un abugluba.<br /> C'est la même chose! Ah bon!<br /> Alors au revoir!<br /> Non pas au revoir, Abuglubu!<br /> Ah oui, c'est ça abugluba! "<br /> <br /> Je reviens (et m'excuse de radoter) à mon vieux dada : les années 1930 et la suite !! Comment ne pas penser, aussi, au film de Fritz Lang : Metropolis ! Dans le " gloubi-glouba " volontairement entretenu en leur faveur, notre couple présidentiel, dans la "ville haute" aurait le premier rôle : celui des possesseurs au détriment de ceux de la " ville basse "...
Répondre