Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 05:23

J'ai publié il y a quelque temps un billet sur Louis Marie Cyril Servane de Raguenel de Montmorel, un bon exemple de ces gens des médias qui gouvernent nos esprits. Une caricature ambulante. Son pendant féminin existe en la personne de Charlotte d'Ornellas.

Charlotte d'Ornellas descend d'une très vieille famille portugaise (moins française que moi, donc !) noble. Un de ses ancêtres, le médecin Antonio Evaristo  d'Ornellas,  fut consul général à Lima. Il fut un bon chrétien : commandeur de l'Ordre du Christ (ordre militaire et religieux), chevalier de l'Ordre de Notre-Dame de la Conception de Vila Vicosa (ordre dynastique portugais attaché à la Maison de Bragance) et de l'Ordre d'Isabel la Catholique (institué par le roi espagnol Ferdinand VII pour récompenser les colons méritants. Charlotte descend par sa grand mère paternelle de la famille Brunet de la Charie et de la famille Foscolombe Bons. de La Môle. Je ne vous raconte pas les goûters entre petits-cousins...

 

Charlotte fut élevée dans une famille catholique de l'Orléanais où elle fréquenta Adelaïde Pouchol, future porte-parole de la Marche pour la vie. Charlotte est la nièce, à la mode de Bretagne (une nièce à la mode de Bretagne est la fille d'un cousin ou d'une cousine germaine) de l'archevêque de Rennes Pierre d'Ornellas. A seize ans, elle fut désignée pour incarner Jeanne d'Arc lors des fêtes johanniques en 2002. (Quand j'étais gosse, j'ai assisté à plusieurs reprises aux Fêtes Jeanne Hachette à Beauvais, pendant laïc des fêtes en l'honneur de Jeanne d'Arc.)

 

Brillante étudiante, elle obtient deux licences en philosophie et psychologie. Son objectif est d'enseigner la philosophie.

 

Elle entreprend des études de journalisme à l'institut de journalisme-faculté libre de droit, d'économie et de gestion. Elle effectue un stage à L'Orient-Le Jour où elle découvre le Liban.

 

En 2009, elle obtient un CDD à La Nouvelle République (Tours), puis est recrutée comme stagiaire à Valeurs actuelles. Elle collabore à Famille chrétienne et à la web-TV de la CFTC, ainsi qu'à Boulevard Voltaire et au site catholique Arleteia. Elle donne également des articles au quotidien d'extrême droite Présent, fondé par Bernard Antony (Romain Marie) et François Brigneau. Toujours à l'extrême droite, elle intervient sur les antennes de Radio Courtoisie. Elle fonde France, un organe identitaire et intègre L'Incorrect, proche de Marion Maréchal. Politiquement, elle est également proche de Jean-Frédéric Poisson et Thierry Mariani.

 

En 2017, elle rencontre Bachar el-Assad qu'elle décrit comme "doux et assez en retrait".

 

Contrairement à de nombreux journalistes de valeur de gauche qui n'apparaissent jamais sur les écrans des chaînes d'info en continu, elle a son rond de serviette  chez Pascal Praud (CNews), Apolline - les aristocrates à la lanterne - de Malherbe (BFM-TV), Laurence Ferrari (CNews). Elle travaille également à Europe 1 après le rachat de la station par Bolloré.

 

Elle se considère comme une journaliste de "réinformation".

 

Chez elle, c'est assurément la fibre chrétienne de choc qui domine. Elle est membre du conseil d'administration de l'ONG SOS Chrétiens d'Orient, proche de Bachar el-Assad. En 2016, elle rencontre en Syrie des membres d'une milice chrétienne accusée de crimes de guerre. En 2017, elle rencontre le lieutenant-colonel de l'armée syrienne Somar Zidan, lui aussi accusé de crimes de guerre.

 

En bref : une femme de convictions. Une journaliste talentueuse, lisse, agréable à écouter et regarder, très pédagogue, donc très dangereuse.

 

 

 
 
Connaissez-vous Charlotte d'Ornellas ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
On en vient à " justifier la domination aristocratique ". Vous avez raison ! Quel intérêt ont donc ces pays de l'UE qui " sont, paraît-il, encore des monarchies " et entretiennent (et aux frais de qui ???) des familles, soi-disant aristocratiques ? Quel intérêt y a-t-il, par exemple en France, à s'appeler de ceci ou de cela sinon une prétention ridicule ! Noblesse d'ancien régime ou noblesse d'empire (subtilité qui, hélas, engendre encore des prétentions on ne peut plus imbéciles), nous venons tous du même moule !
Répondre
A
Elle est ce qu’elle est, mais quand elle dit que la république n’est qu’un cadre, et ni un mode de vie ni une civilisation, on peut difficilement lui donner tort. De nombreux pays de l’UE sont des monarchies, et on n’y vit pas de façon fondamentalement différente de chez nous.
Répondre
A
Non, la République et particulièrement la République française n'est pas un cadre car elle établit en priorité et essentiellement un mode de relation entre les citoyens qui est toute entière résumée dans sa devise. Ce n'est pas un décor à l'intérieur duquel il pourrait se faire n'importe quoi. Est-ce à dire qu'aujourd'hui nous y sommes pleinement ou qu'on l'ai été ? Bien sûr que non et d'ailleurs les forces de réaction dont fait partir cette femme ont toujours oeuvré à qu'il en soit ainsi. <br /> Sa phrase d'ailleurs va dans ce sens puisqu'il s'agit pour elle de faire de la République un état sans consistance ou provisoire. <br /> Oui c'est un mode de vie, un mode de vie en commun et je ne vois pas ce que vient faire le mot civilisation dans cette histoire. La civilisation c'est autre chose et elle le sait mieux que quiconque. <br /> Ces gens visent toujours plus loin que leur propos laissent croire car il s'agit de vider de l'intérieur l'idéal républicain pour lui substituer une de leurs logiques délirantes. <br /> Quant à dire que toutes les républiques se valent parce que les régimes en question se nomment pareillement ce serait une erreur. Dire que la démocratie existe également en royauté, pourquoi pas mais où est-elle quand dans un système où une classe dominante l'est par la naissance et l'autorité supérieure confiée à un roi ou une reine dont la légitimité est assurée par la servitude de la majorité des sujets.<br /> Enfin ce serait une erreur que sous prétexte que toute société engendre une classe dominante on en vient à justifier la domination aristocratique.
A
Pour tout un chacun et en général celui ou celle qui détient un diplôme de philosophie serait par la même détendeur d'une science qui lui conférerait une forme de sagesse, en quelque sorte il aurait acquis une immunité contre les passions et aurait laissé au vestiaire sa subjectivité.<br /> C'était il y a longtemps mon état d'esprit jusqu'à ce qu'une de mes lectures me fît découvrir ces philosophes de cour qui entouraient les derniers empereurs romains et qui occupaient la fonction de courtisan.<br /> Depuis nos " philosophes " modernes sont venus. Et ce que nous attendons de la philosophie, à savoir un regard distancié et pour le dire plus simplement la recherche d'une vertu au service de l'intérêt collectif humain s'est perdu dans la défense d'intérêts particuliers. Nous savons que l'objectivité est sans doute inaccessible mais c'est la mort dans l'âme que de constater, encore une fois, que le savoir ne conduit pas à la recherche de l'intérêt du plus grand nombre. et même si je sais bien que ces philosophes de cour ou d'arrière cour ont eux aussi la conviction de défendre le bien commun.<br /> Ainsi pour prendre un exemple nous avons entendu un Comte-Sponville se répandre pendant le Covid sur les médias pour expliquer que nous étions en train de sacrifier 2 générations pour l'intérêt des plus vieux. https://youtu.be/doTpabjaVRQ<br /> Le fait serait en soi anecdotique si cette affirmation ne venait pas d'un homme de grande culture, si cette affirmation ne contredisait pas la réalité ( voir le sort à ce moment là des pensionnaires de maisons de retraite ) mais pire encore si elle n'établissait pas une partition dans la population : les vieux vs les jeunes. Il y a à s'étonner de constater qu'il ne voit que cet argument pourrait servir en d'autres occasions et qu'elle est la porte entrebâillée par laquelle va s'engouffrer des logiques qui atteindront tout le monde. Car ne nous y trompons pas il y a dans cette façon de présenter la société, la mise en œuvre d'un mécanisme qui favorise le communautarisme et brise la seule communauté valable, nationale et mieux encore humaine.<br /> Il reste cependant des philosophes qui nous donnent du bonheur en les écoutant et je pense en particulier à Pascale Seys, philosophe belge qui tient des chroniques sur la RTBF. Et comme elle évoque souvent la mythologie grecque, ces chroniques se terminent par la phrase suivante : " Et voilà comment les mots et les mythes nous rappellent à notre mémoire qu'à travers le grec et le latin que nous parlons sans savoir c'est le monde d'après que le passé nous donne à voir "
Répondre
G
encore une brillante étudiante formée par de brillants professeurs........😂 99,9 % de vos confrères ont formatés la populace comme des briques dans un mur ! honte à cette masse de collabos !
Répondre