Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 04:52

Dans Le Monde Diplomatique, le juriste Nils Melzer met en regard la manière dont les Britanniques ont organisé la captivité de Pinochet, pleine de douceur, et celle de Julian Assange, pleine de torture : "En tant que rapporteur spécial sur la torture, je suis mandaté par le Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour veiller au respect de l’interdiction de la torture et des mauvais traitements dans le monde, examiner les allégations de violation de cette interdiction et transmettre des questions et des recommandations aux États concernés en vue de clarifier les cas individuels. En enquêtant sur le cas de Julian Assange, j’ai trouvé des preuves irréfutables de persécution politique et d’arbitraire judiciaire, ainsi que de torture et de mauvais traitements délibérés. Les États responsables ont pourtant refusé de coopérer avec moi pour engager les mesures d’enquête requises par le droit international.

 

L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les secrets sordides des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits humains. C’est également l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des Parlements nationaux et du public. C’est enfin l’histoire de reportages manipulés et manipulateurs dans les grands médias aux fins d’isoler, de diaboliser et de détruire délibérément un individu particulier.

 

Dans une démocratie régie par l’État de droit, tout le monde est égal devant la loi. En substance, cela signifie que des cas comparables doivent être traités de la même manière. Comme Assange aujourd’hui, l’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet fut placé en détention extraditionnelle britannique, du 16 octobre 1998 au 2 mars 2000. L’Espagne, la Suisse, la France et la Belgique voulaient le poursuivre pour torture et crimes contre l’humanité. Comme Assange aujourd’hui, Pinochet se décrivait alors comme « le seul prisonnier politique de Grande-Bretagne »."

 

Dans le Grand Soir, Théophraste R. rappelle quelques vérités pleines de bon sens à propos de Taïwan : " Jusqu’à ce que De Gaulle provoque un « séisme diplomatique  » en décrétant (1964) que l’ONU devait accueillir en son sein l’immense Chine continentale et non pas son appendice Formose (Taïwan), le monde entier admettait que Formose était un bout de la Chine, capable même de la représenter tout entière.


Aujourd’hui, des séparatistes taïwanais et les Etats-Unis nous chantent que Taïwan n’est certes pas une terre chinoise.

 

Le 2 août, la Présidente de la Chambre des représentants états-unienne, Nancy Pelosi s’est rendu à Taïwan malgré l’opposition et les mises en garde des autorités chinoises. Si la Chine proteste, ne lisez pas en quels termes. Sachez seulement que « Pékin, furieux, menace et montre ses muscles ».

 

Peut-on, sans être un « idiot utile » alléguer que Taïwan (que le général MacArthur appelait le « porte-avions insubmersible »), île distante de 130 km de la mère patrie, serait un excellent port pour les navires de guerre états-uniens qui patrouillent dans les parages, à près de 13 000 km de Washington ?"

 

L'Humanité revient sur la disparition du timbre rouge :

 

Disparition du timbre rouge : postiers et usagers trinquent. Alors que la direction de La Poste a annoncé la dématérialisation de cette vignette, sous couvert de mieux répondre aux besoins des usagers, les syndicats alertent sur cette numérisation forcée et les restructurations à venir.

 

 

La fin d’une époque. Le 21 juillet, l’annonce par La Poste de la suppression du timbre rouge a suscité l’émotion. Né en 1849, il était utilisé pour les lettres prioritaires depuis 1969. À partir du 1er janvier 2023, il laissera la place à une e-lettre dématérialisée, envoyée depuis laposte.fr jusqu’à 20 heures, puis imprimée dans la plateforme de tri et distribuée le lendemain sous forme d’enveloppe ornée d’un dessin de timbre rouge. Cette révolution, qui permettra, selon La Poste de « mieux répondre aux nouveaux usages des clients », devrait surtout engendrer 110 à 130 millions d’euros d’économie et acter la généralisation de la distribution des missives à J + 3. Mais d’autres zones d’ombre persistent.

Une disparition orchestrée

Selon La Poste, « les ménages envoyaient 45 lettres prioritaires par an en 2010 », contre « seulement cinq en 2021 ». Si la chute globale du courrier n’est pas contestée (– 60% entre 2008 et 2021), en lien notamment avec la numérisation des échanges, elle ne suffit pas à expliquer cette désaffection brutale pour le timbre rouge. L’entreprise met en avant le fait que la lettre verte (transmission à J + 2) est « plébiscitée » par les usagers. Dans les faits, le timbre rouge n’était plus vendu dans de nombreux endroits, bureaux de poste ou de tabac et automates, depuis un bon moment. « On l’a supprimé de manière drastique, dénonce Eddy Talbot de la fédération SUD PTT . C’est pour cela qu’il y a une baisse globale du trafic urgent : il s’est reporté vers le timbre vert. C’est une politique volontariste et concertée. Les buralistes avaient un pourcentage supplémentaire s’ils privilégiaient la vente du timbre vert.

Revue de presse 418
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Julien Bayou le secrétaire nationale EELV et accessoirement député NUPES a critiqué la position de Mélenchon relativement à la visite de Nancy Pelosi à Taïwan.<br /> Jusque là rien d'étonnant et d'ailleurs c'est une première étape de ces petites et grandes particularités politiques qui différencient les verts et LFI. Bien évidemment nos JT se sont empressés d'en faire une interview. Mais ce qui est intéressant c'est qu'il a conclut sa critique par un prétendu réflexe chez certains - suivez mon regard - d'être, par nature et idéologie systématiquement, opposés aux décisions US quelqu'en soit le sujet. C'est évidemment faux mais il ne s'est pas rendu compte que chez lui et les siens c'est exactement l'inverse. : les USA sont à priori les défenseurs de la liberté, de la démocratie et peut être même du beau temps.<br /> Cette logique s'applique pour le cas Assange. Si tout cela ne relevait que du ridicule ce serait sans doute seulement pénible mais il y a malheureusement au bout de toute cette logique des malheurs innombrables.<br /> La plus grande difficulté pour tout individu est de s'extraire de ses apriori. Alors dans cette situation certains en profitent et d'autres les subissent.<br /> Ainsi et pour revenir sur l’exemple de Taïwan, on constate que les propos de Bayou sont bien présents dans Le Figaro, par exemple, accompagnés de commentaires favorables et complétés d’un mot sur une soi-disante absence de réaction de Mélenchon alors qu’il suffit d’aller sur son blog et d’y lire ses arguments. Le silence et le mensonge vont de pair.
Répondre