Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2022 5 23 /09 /septembre /2022 05:01

Dès ses 15 ans, elle entre dans des associations lycéennes et étudiantes néofascistes. Elle a été la plus jeune ministre de l'histoire politique italienne. Mais qui est Giorgia Meloni, candidate au poste de Premier ministre ?

 

Mais qui est cette Giorgia Meloni, qui a partagé une vidéo de viol en pleine campagne pour surfer sur l'insécurité ? Voici tout ce qu'il faut savoir sur cette candidate aux législatives italiennes, qui pourrait devenir la future Première ministre de l'Italie.

Giorgia Meloni est née à Rome le 15 janvier 1977, d'un père communiste et d'une mère de droite. Son enfance se résume brièvement : elle met le feu à l'appartement familial et lorsqu'elle a un an, son père part vivre aux Canaries. Elle s'installe ensuite à Garbatella, un quartier populaire de Rome avec sa mère et sa sœur. C'est là qu'elle fait ses premiers pas en politique.

Dès ses 15 ans, elle entre dans des associations lycéennes et étudiantes néofascistes. En 1996, elle prend la tête de "Azione Studentesca", un mouvement souverainiste, identitaire, néofasciste, traditionaliste et anti-communiste. La jeune femme disait d'ailleurs à l'époque au micro de France 3 : "Moi, je crois que Mussolini, c'était un bon politicien".

En 2006, elle devient députée puis vice-présidente de la Chambre des députés. En 2008, c'est son moment de gloire. Elle devient la plus jeune ministre de l'histoire italienne : elle est nommée ministre de la Jeunesse par Silvio Berlusconi à seulement 31 ans. Mais quatre plus tard, plus rien ne va. Giorgia Meloni fonde Fratelli d'Italia, son propre parti de droite radicale, en rupture totale avec Silvio Berlusconi.

On peut l'écouter ici (elle avait 19 ans).

 

Source

 

La future dirigeante fasciste de l'Italie ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Il se passe avec les idées la même chose que pour l'argent, ce que résume la loi de Gresham : la mauvaise monnaie chasse la bonne. Lors des affrontements initiaux, les idées d'extrême-droite l'emportent toujours sur celles de gauche, car ce sont les plus évidentes, les plus superficielles aussi. Ce n'est qu'à la longue, avec la diffusion des connaissances, et, surtout, de l'instruction, que les idées de gauche, nécessitant plus de réflexion finissent par l'emporter.
Répondre
A
"..car ce sont les plus évidentes " c'est vrai mais non pour ce qui suit "..Ce n'est qu'à la longue, avec la diffusion des connaissances, et, surtout, de l'instruction, que les idées de gauche etc...".<br /> Sans parler de supers diplômés dont certains sont d'ailleurs issus des classes populaires et qui sont aux manoeuvres du libéralisme, il y a toute une population dont le niveau d'instruction s'est énormément élevé en moyenne mais également au niveau le plus bas depuis le début du XXème siècle et dont la pensée reste, disons, traditionaliste et là on revient à votre première remarque juste concernant l'évidence ( spécieuse ) de certaines idées. D'autres appellent ça le " bon sens ". C'est dire ! <br /> On constate d'ailleurs qu'il se produit, en majorité, un glissement idéologique vers la droite quand le niveau sociale d'un individu s'améliore. Sans parler du facteur âge qui conduit à être raisonnable c'est-à-dire le contraire de la raison.<br /> C' est d'ailleurs globalement le problème contradictoire de la gauche qui en améliorant les conditions de vie de la population finit, pas toujours mais très souvent, par s'en aliéner une partie. <br /> En quelque sorte l'appartenance à une classe sociale conditionne les réflexes idéologiques.
A
Quand je lis ce genre de biographie la première idée qui me vient c'est que son succès personnel elle le doit à une volonté farouche puisqu'apparemment sa condition sociale originelle ne l'en prédisposait pas et que ses idées devaient bien l'isoler dans son quartier. <br /> La seconde c'est que, si elle arrive au pouvoir, ce n'est pas parce qu'elle aura forcé la porte mais parce qu'une majorité d'italiens auront voté pour elle ou son parti.<br /> Moralité : les idées les plus pourries auront toujours leur chance à condition qu'un ou ici une illuminée sera suffisamment convaincue de la justesse ou de la légitimité de ses convictions et que le peuple en partie amorphe et en partie tout aussi convaincu qu'elle, c'est-à-dire au total une majorité d' électeurs moitié passifs, moitié actifs accompagneront le mouvement.<br /> Il était beau le film d' Ettore Scola, une journée particulière, avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni
Répondre
G
"Mais qui est cette Giorgia Meloni, qui a partagé une vidéo de viol en pleine campagne pour surfer sur l'insécurité ?" A ce compte la , chez nous , de bayrou à l'extrême droite , tous sont des fascho !
Répondre