Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2022 6 08 /10 /octobre /2022 05:01
 

La gauche est au bord de la crise de nerfs. Comme dans un film d’Almodovar, la moindre étincelle peut provoquer une explosion. L’ennui est que ces explosions restent verbales. Quelques dizaines de tweets vengeurs, quelques numéros de vierge offensée à la télévision, et puis on passe à autre chose… jusqu’à la prochaine crise. Ces affrontements aboutissent rarement à un débat de fond, à une remise en question. Au mieux, on obtient une rétractation, un « on a mal interprété mes paroles », un « je n’ai jamais voulu dire que ».

Exemple, la sortie de Fabien Roussel à la fête de l’Humanité. Je rapporte la citation originale, parce que les mots ont leur importance : « La gauche doit défendre le travail et le salaire et ne pas être la gauche des allocations, minima sociaux et revenus de substitution ». On notera la prudence de la déclaration. Il ne s’agit pas d’opposer les titulaires d’allocation aux travailleurs, mais d’opposer deux « gauches », l’une qui se concentrerait sur la défense du travail et du salaire, l’autre dont le combat serait centré sur les allocations et autres revenus de substitution. Autrement dit, Roussel n’oppose pas deux catégories de Français, il oppose deux catégories de militants politiques « de gauche ».

La meilleure preuve que cette « gauche des allocations » existe bien est la réaction quasi unanime de la NUPES à cette déclaration, réaction comparable à celle d’un chat dont on a marché sur la queue. Il serait amusant mais certainement ennuyeux de lister ici ces réactions. La plupart de leurs auteurs ont entendu ce qu’ils voulaient entendre, quitte à déformer la formule originale. Olivier Faure, dans sa réponse, prend la défense de ceux qui touchent des allocations (« Les gens qui cherchent à utiliser les mécanismes de solidarité collectives sont minoritaires et celles et ceux qui fraudent le plus ne sont pas ceux qui touchent le RSA ou le chômage ») alors qu’ils ne sont nullement attaqués. François Ruffin se sent obligé d’écrire que « opposer « la France qui bosse » à « la France des allocs », ce n’est pas le combat de la gauche, ce ne sont pas mes mots », alors que personne n’a, je le répète, opposé une « France » à une autre, mais bien une « gauche » à une autre, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Sandrine Rousseau, devenue l’idéologue publique de la gauche radicale – ce qui vous donne une idée de l’état intellectuel de la gauche en question – décrète sur ce ton professoral n’admettant aucune contradiction qui la caractérise que « la valeur travail est une valeur de droite » – étiquette qui, dans la mentalité « gauche radicale », la disqualifie définitivement et sans qu’il soit besoin de l’examiner plus loin – et que « On a un droit à la paresse, on a un droit à la transition des métiers, on a le droit aussi de faire des pauses dans sa vie ».

Ce que cette éruption démontre, c’est qu’il y a une ligne de partage dans la gauche qui ne s’efface pas, et dont le déterminant est le rapport au travail. C’est celle qui divise la gauche sociale de la gauche sociétale, celle qui porte les intérêts des couches populaires et celle qui se consacre plutôt aux intérêts des classes intermédiaires. Et il est important de comprendre le pourquoi et comment de cette division.

Commençons par la « valeur travail ». Avant d’être une « valeur », le travail est une nécessité. Et c’est une nécessité parce que l’immense majorité des êtres humains vit entourée par une nature qui, n’en déplaise aux romantiques, n’est guère généreuse et souvent hostile. Les fruits et les poulets rôtis ne tombent pas des arbres dans notre assiette, le toit qui nous protège des intempéries et le feu qui nous réchauffe ne se construisent et ne s’alimentent pas tous seuls. Nos ancêtres ont bien compris que s’ils voulaient se nourrir, se protéger du froid et des bêtes sauvages, et bien, il fallait bosser. C’est le travail qui nous a permis de nous nourrir, de nous protéger, et puis, le temps aidant, de jouir de toutes sortes de biens qui non seulement nous rendent la vie plus agréable, mais nous permettent de moins travailler et donc d’avoir plus de temps pour penser, pour imaginer, pour créer. Car l’histoire humaine, c’est l’histoire d’une bestiole qui a appris à libérer du temps en augmentant sa productivité. Les chasseurs-cueilleurs passent le plus clair de leur temps à chercher la nourriture tous les jours de leur vie, et malgré cette masse de travail fourni ont une vie misérable. Nous, hommes modernes, travaillons moins de 10% du temps que nous passons sur cette terre… avec une qualité de vie incomparablement meilleure !

Oui, il faut du temps et de l’effort pour arracher à mère nature – qui plus qu’une mère aurait plutôt le caractère d’une marâtre de conte de fées – de quoi subsister, de quoi nous épanouir. C’est ce temps d’effort obligatoire qui définit le travail. Et on comprend donc bien qu’il n’y a pour un être humain que deux moyens de se procurer les biens nécessaires à sa vie et survie : soit de travailler pour les produire, soit prélever sur le produit du travail des autres.

Que deviendrait une société qui n’invoquerait pas le travail comme valeur sociale, qui aurait autant de considération pour le travailleur productif que pour l’oisif parasitaire, pour celui qui produit la valeur qu’il consomme que pour celui qui la consomme sans la produire ? Un tel système de valeurs ne peut conduire qu’à une société où tout le monde consomme et personne ne travaille. Ce n’est pas là une organisation sociale réaliste. C’est pourquoi le travail n’est pas une valeur « de gauche » ou « de droite », mais une valeur anthropologique des sociétés humaines, tout simplement parce la valorisation du travail est la condition nécessaire de leur existence, de la même manière que le travail est la condition nécessaire de la survie des individus.

L’oisiveté, la paresse ne peuvent être les valeurs de l’ensemble de la société. Elles peuvent être – et l’ont été historiquement – les valeurs pour un groupe social déterminé, un groupe privilégié dont le caractère dominant lui permet de prélever de la valeur sur le travail des autres. A l’inverse, la « valeur travail » est souvent revendiquée par les classes exploitées, celles sur qui la valeur est prélevée, parce qu’elle souligne l’injustice qui leur est faite. Paul écrit, à une période où l’église chrétienne était celle des opprimés, que « si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » (deuxième épitre aux Thessaloniciens 3 :10), et que les révoltes des « travailleurs » contre les « oisifs » sont chose courante dans l’histoire, révolte toujours légitimée par le fait que c’est le travail qui nourrit les hommes, qui est seule source de valeur.

Cela ne conduit pas bien entendu à refuser l’idée même d’allocation. Pour reprendre la formule paulienne, il ne s’agit pas de priver de nourriture ceux qui ne travaillent pas, mais bien ceux qui ne veulent pas travailler. La nuance est tout à fait essentielle. Toutes les sociétés admettent plus ou moins le besoin d’assurer un revenu suffisant à ceux qui veulent travailler et ne le peuvent pas ou plus, soit parce qu’un handicap, une maladie ou l’âge les en empêchent, soit parce que l’état de l’économie ne leur permet pas de trouver un emploi. Mais en aucun cas un allocataire n’est, au plan symbolique, l’égal d’un travailleur. Le travailleur vit de son travail, l’allocataire vit du travail des autres (1). C’est pour cela que le travailleur a une légitimité politique que l’allocataire ne peut avoir.

La gauche, parti des travailleurs ?

On comprend bien mieux à cette lumière pourquoi une gauche dominée par les classes intermédiaires tire à boulets rouges sur la « valeur travail ». Parce que la « valeur travail » est l’outil de légitimation politique de la classe ouvrière, cette classe avec laquelle les classes intermédiaires ont rompu et dont elles ne veulent pas entendre parler. C’est pourquoi dans le discours de la gauche le « pauvre » a remplacé progressivement le « travailleur ». L’avantage étant que contrairement au travailleur, qui a une légitimité politique et donc une voix propre, le « pauvre » ne plaide que par l’intermédiaire de ses avocats… c’est-à-dire, des classes intermédiaires qui ont toute liberté pour plaquer sur lui leurs propres revendications. Et cela a eu une traduction au plan de la tactique politique : depuis quarante ans, la gauche a compensé ses pertes dans le monde du travail en se constituant une « clientèle » par la distribution d’allocations de toutes sortes.  Ce sont ces clientèles qui votent à gauche de peur de perdre ces bénéfices. Or, c’est à ce type de clientélisme que Roussel s’attaque lorsqu’il écrit que « La France pour laquelle je me bats, c’est une France du travail dans laquelle nous arrivons à éradiquer le chômage. Cela veut dire que nous avons tellement de défis à relever, d’emplois à pourvoir, que, dans ma France, il n’y a plus d’allocation-chômage. C’est de ces allocations-là que je parle. Il n’y a plus de RSA, plus de revenu de substitution qui permettent de nourrir le chômage. Je veux nourrir le travail ». Parce que si demain « il n’y a plus de RSA », il n’y aura pas non plus de gens qui voteront pour cette gauche de peur de perdre le RSA.

Certains ont le culot d’invoquer le nom de Marx pour placer à droite la « valeur travail ». Mais Marx n’a jamais dit pareille chose. Marx critique le travail aliéné, c’est-à-dire, le fait de travailler pour un patron qui prélève une partie de la valeur produite sans avoir contribué à la produire. Car Marx, n’en déplaise à certains de ses prétendus disciples, était d’abord un matérialiste, ce qu’ils ne sont pas. C’est d’ailleurs lui qui expliquait que l’homme n’arrive au royaume de la liberté qu’en passant par le royaume de la nécessité. C’est ce qu’oublient ceux qui invoquent un « droit à la paresse ». Bien sur, on a le « droit » de s’arrêter de travailler quand on veut. Ce qu’on n’a pas, c’est le droit à s’arrêter tout en continuant à être payé. Une nuance que certains semblent avoir du mal à comprendre…

Sandrine Rousseau, avec son « droit à la paresse », est un peu Marie-Antoinette avec son « qu’ils mangent de la brioche ». Appartenant à une classe qui a tout, Rousseau invoque le « droit » de ne pas travailler – droit qui n’a comme contrepartie aucun devoir, même pas celui de réduire sa consommation. Alors qu’à l’autre bout de l’échelle, des gens condamnés à la paresse forcée clament au contraire à cor et à cri leur désir de travailler…

Descartes

(1) Je parle ici bien entendu des allocations non-assurantielles. Pour les allocations assurancielles, c’est un peu différent : tout le monde cotise pour couvrir un risque qui ne se réalisera que dans un nombre limité de cas. Celui qui est désigné par le hasard souffre du risque et bénéficie de l’assurance. Il n’y a donc pas véritablement de « prélèvement », mais plutôt une mutualisation.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
La lecture de ce texte est une contrariété tout du long. Pour moi. Tout y est a rebours de ce que je pense du travail, de sa valeur et de ce qu'en a fait la bourgeoisie. Dire que le travail est une nécessité c'est enfoncer les portes ouvertes. Après en faire une finalité c'est autre chose car c'est d'abord et avant tout un moyen car dans le cas contraire toutes les activités professionnelles seraient justifiables ce qui ne peut pas l'être. Dans cette dernière hypothèse et pour prendre un cas extrême, le personnel chargé de l'administration des camps de concentration s'en verraient justifié.<br /> À propos de la phrase de Roussel et puisqu'ici il s'agit d'évaluer son degré de gauchitude, il suffit de constater qu'elle a fait le bonheur unanime des médias et de tout ce qui compte de réactionnaire. Elle accompagne tranquillement les projets de lois en cours, en déplacement le débat, qui visent à réduire les allocations chômage et elle aide à invisibiliser les causes et la nécessité et la justesse du recours à ces allocations chômage. Par ailleurs ne nous y trompons pas, cette logique qui consiste à associer, sans le dire mais tout en le suggérant, chômeur et fainéant viendra bientôt s'appliquer aux retraités car après tout nous aussi sommes payés à ne rien faire. Quoique le problème ne se posera plus quand tout le monde devra partir en retraite à 70 ans ou mourir au travail comme avant.<br /> Là où il y a une grosse pincée supplémentaire c'est quand en contrepoint de Roussel l' auteur enfourche, dans une logique qui irait du positif Roussel à l'abominable Rousseau, les chevaux de bataille de la droite pour enfoncer cette dernière. Ainsi on oublie la manifestation de l'un devant l' Assemblée Nationale avec les syndicats policiers d'extrême droite et en met en exergue des phrases tronquées de l' autre ou ses maladresses. On finit ainsi à deviser les uns avec les autres droite et "gauche" confondues et de manière consensuelle sur les idées réactionnaires de la classe dominante. Par cela nous satisfaisons à l'injonction qui est faite par le ministre de droite au syndicaliste de s'exprimer calmement, poliment, comme il le fait lui même, avec sa morgue tranquille de dominant.<br /> Encore un mot sur Sandrine Rousseau et sur le sort qui lui est fait par les médias. Lors d'une manifestation en faveur des femmes iraniennes, elle a été huée sous prétexte qu'elle défendrait le port du voile. C'est évidemment faux car elle défend la liberté d'en porter ce qui très différent car on peut être résolument contre cette pratique puisqu'elle est rétrograde et trouver, comme moi, insupportable sa présence dans l'espace public autorisé mais il y aurait une logique en marche de réduction des toutes les libertés si nous acceptions une première entorse. <br /> Nous sommes devenus réalistes alors du coup nous oublions les arguments développés par Paul Lafargue dans son célèbre droit à la paresse. En réponse au texte ici publié je pourrais pourtant citer de nombreux passages. On pourrait dire aussi qu'il s'agit ici d'un gaucho, gendre de Marx mais faut-il rappeler que même dans la religion chrétienne le travail est une punition puisque Dieu en chassant Adam et Ève du Paradis a condamné l'un au travail et l'autre à l'enfantement dans la douleur. <br /> Alors pour compléter l'argumentaire je vais cirer des passages d'un livre moins connu que le droit à la paresse, celui de Kazimir Malevitch : la paresse comme vérité effective de l'homme ( 1921 ).<br /> Voici :<br /> Pour l'homme, il n'y a rien de plus dangereux au monde ; il suffit de songer que la paresse est la mort de " l'être ", c'est à dire de l'homme, qui ne trouve son salut que par la production, par le travail - s'il ne travaille pas, le pays tout entier ira à la mort, le peuple entier est menacé de mort.<br /> ......ce système ( socialiste ) ne se soucie pas de l' individu, mais de toute l'humanité, est incontestablement juste. Mais le système capitaliste aussi. Il offre le même droit au travail, la même liberté du travail, d'accumulation de l'argent dans les banques pour se garantir la " paresse " dans l'avenir, et présuppose donc que la monnaie est ce signe qui séduira parce qu'il apportera la félicité de la paresse. Plus on en aura et plus on connaîtra la félicité de la paresse.<br /> ......le capitalisme et le socialisme ont la même préoccupation : parvenir à la seule vérité de l'état humain, la paresse.<br /> ...ne jouissent de la paresse que ceux qui sont assurés d'un capital. Ainsi, la classe capitaliste s'est-elle affranchie de ce travail dont l'humanité toute entière doit s'affranchir.<br /> ..ainsi, donc, tout ce qu'il y a de vivant tend à la paresse. D'autre part la paresse est l'aiguillon principal pour le travail car c'est seulement par le travail qu'on peut l'atteindre...<br /> ...on a l'habitude de considérer l'art comme un loisir. Or,il me semble que justement, cette deuxième face de l'activité ne peut justifier la première, le travail proprement dit, car la science toute entière, ainsi que les autres branches de la connaissance, sont elles aussi du travail, travail d'un autre ordre, certes, orienté vers des révélations créatrices, vers la liberté d'action, vers l'expérience libre, la recherche......
Répondre
G
" Les chasseurs-cueilleurs passent le plus clair de leur temps à chercher la nourriture tous les jours de leur vie, et malgré cette masse de travail fourni ont une vie misérable. Nous, hommes modernes, travaillons moins de 10% du temps que nous passons sur cette terre… avec une qualité de vie incomparablement meilleure ! " Vous croyez ce que vous recopiez ou c'est juste pour remplir du vide avec rien ?
Répondre