Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 14:18

Lorsque j’étais enfant dans les années cinquante, deux champions français étaient tellement populaires que leur nom étaient devenus des génériques : Alain Mimoun et Jean Robic. D’origine modeste, ils nous venaient des marges, Robic de la Bretagne, Mimoun de l’Oranais (qui était « la France », souvenons-nous en) ; ils étaient petits (1m 57 et 1m 70), pas vraiment beaux. Ils étaient doués d’une volonté peu banale.

 

Quand on faisait du vélo, on s’encourageait en s’apostrophant par des « Vas-y Robic ! ». Quand on courait, c’était « Vas-y Mimoun ! ». Dans le cyclisme, Louison Bobet était l’antithèse de Robic. Il était élégant, s’exprimait bien, faisait preuve de fair play. Robic, pour qui rien ne fut simple dans la vie, était un gueulard aux méthodes parfois douteuses. En 1947, il paya l’équipe adverse pour gagner le Tour de France (100 000 francs, une somme très rondelette pour l’époque).

 

Pendant la guerre, Robic tourna autour du STO et parvint à commencer une vraie carrière de cycliste amateur. Mimoun n’eut pas cette chance. Né comme Robic en 1921, il lui avait été refusé une bourse malgré sa mention « Bien » au certificat d’études. Il s'engagea alors dans l’armée au début de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il combattit d’abord sur la frontière belge. En 1943, il participa à la campagne d’Italie comme caporal au sein de l’infanterie algérienne du Corps expéditionnaire français. Il fut grièvement blessé au pied lors de la bataille du Mont Cassino en janvier 1944. Des médecins militaires étasuniens décidèrent de lui amputer la jambe gauche, mais des médecins français le prirent en main et le soignèrent. Il participa au débarquement de Provence en août 1944.

 

Son palmarès est extraordinaire. Outre sa médaille d’or au marathon de Melbourne en 1956, il remporta une trentaine de titres de champion de France, trois médailles d’argent aux Jeux Olympiques derrière son grand rival et ami Emil Zatopek et diverses médailles d’or aux Jeux méditerranéens. Il remporta son dernier titre de champion de France du marathon à l'âge de 45 ans.

 

 

À 90 ans, il courait encore une dizaine de kilomètres par jour. Il est toujours le recordman de France vétéran du 5 000, du 10000, du 20 000 et de l’heure.

 

Ce Français d’Algérie (son vrai nom est Ali Mimoun Ould Kacha) était un catholique fervent et un grand admirateur de De Gaulle. Celui qui est considéré comme le champion des champions français d’athlétisme du XXe siècle (devant Marie-Jo Pérec ou Guy Drut) fut amateur sa longue vie sportive durant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

naudon bernard 09/06/2015 19:11

Jean Robic contourna le sto et fut meme décoré pour faits de résitance , voir sur sa carte de visite ROBIC intime- Un Poitevin ami de j robic-

louanchi 29/06/2013 09:22

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche