29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 06:24

http://dallazuanna.free.fr/images/mocellin_1934.jpg

 

« J’aimerais avoir une famille » (« I’d like to have a family »).

 

Combien de fois n’avons-nous pas entendu cette phrase dans la bouche de personnages de films ou de séries anglo-saxonnes doublés en français. Et aussi dans celle de personnages de films français.

 

 

 

 

En français, on a deux possibilités :

 

-       « J’aimerais avoir des enfants »

-       « J’aimerais fonder une famille ».

 

Ces deux phrases ne signifient pas exactement la même chose. D’où, d’ailleurs, en anglais, des phrases du style : « I’d like to start a family and have children. » Il y a donc appauvrissement dans cette anglicanerie.

 

Bien sûr, existent des expressions du style « Have you any family in Paris ? » (« Avez-vous de la famille à Paris ? »), mais nous sommes alors dans un autre registre.

Partager cet article

Published by Bernard Gensane
commenter cet article

commentaires

Torsade de¨Pointes 29/06/2012

L'effet le plus délétère des anglicismes me semble être cependant les ambiguïtés qu'ils introduisent dans le langage. Quand quelqu'un aujourd'hui utilise le mot «global», vous ne pouvez plus savoir
ce qu'il entend veut dire: soit général, qui englobe beaucoup de choses ou d'aspects (comprehensive en anglais), soit planetaire, mondial (sens que le mot a en anglais). C'est là est un double sens
très fâcheux. De même pour le mot réaliser: impossible de savoir ce que signifie «réaliser son erreur» (s'en aviser, ou bien mettre à exécution quelque projet erroné).

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog