Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 18:20

http://images.telerama.fr/medias/2010/07/media_58105/edwy-plenel-je-n-ai-jamais-vu-un-tel-deferlement-de-violence,M39855.jpgCahuzac possédait un compte en Suisse, et peut-être même un autre à Singapour (sait-il où se trouve cette riante mégalopole ?).

 

Mais ce qui est vraiment grave pour moi – et les lecteurs de ce blog n’en seront pas surpris – c’est qu’il vient de commettre un anglicisme de la pire espèce, de celle dont on est abreuvé dans les séries de télé étasuniennes de série B pour les gosses. Il s’est dit « dévasté par le remords ».

 

Non, Monsieur l’ex-ministre, plus qu’un crime, ceci est une faute. En français, on est anéanti, on reçoit un coup terrible, on est terrassé, foudroyé. Elle en a des ressources, la langue de ceux qui n’utilisent pas au quotidien l'idiome de la finance internationale.

 

Ce qui est grave, et Orwell l’a expliqué magistralement dans les années 1940, c’est que lorsque l’on s’exprime dans la langue de l’autre, on pense dans la langue de l’autre, donc on pense mal. Et l’on ment. Cahuzac ment lorsqu’il dit qu’il est « dévasté ».

 

À part cela, Mediapart a posé à chaud les bonnes questions : pourquoi la classe politique (ne parlons même pas du poujadiste à la voix de fausset Aphatie à qui il reste maintenant d’entrer dans les ordres ou dans la Légion étrangère) n’a-t-elle pas pris au sérieux ses infos ? Par delà le jugement auquel il devra faire face, ils faudra comprendre, par ailleurs, pour quels intérêts Cahuzac mentait, lui qui fut soutenu au premier chef par Éric Woerth.

Partager cet article
Repost0

commentaires